icon Vous êtes ici : Harry Potter et la Clef de la Paix -> Chapitres -> Chapitre 122: Walden Macnair et les Sortilèges Impardonnables

icon Derniers sorts

- Stupéfix *
- Despoussieris
- Black reveror *
* : modification récente

icon Derniers personnages

Chapitre 122 : Walden Macnair et les Sortilèges Impardonnables

Imprimer Version imprimable        
Diane Penn leva la main et Pansy laissa échapper un grognement méprisant. Visiblement, Diane, Paul et Patrick Blake passaient beaucoup de temps ensemble et ils n’avaient pas souhaité rejoindre les J.M.P.
En plus de cela, Diane avait un certain charme et Zabini et Nott l’observèrent non sans une certaine envie. Diane était de type asiatique, elle avait de longs cheveux bruns soyeux qui ondulaient légèrement derrière elle quand elle tournait la tête. Ses yeux noirs intenses caractérisaient une certaine intelligence et elle avait, pour couronner le tout, l’air sympathique. 
Bref elle avait tout pour déplaire à Pansy Parkinson.
On peut citer l’ensemble des potions de très grande magie noire, dit-elle d’une voix mélodieuse. Il y avait un article hier dans La Gazette du Sorcier qui disait d’ailleurs qu’elles seraient bientôt de nouveau autorisées.
Effectivement, répondit Rogue sur un ton qui montrait qu’il semblait parfaitement heureux avec cette décision. Les potions de très grande magie noire, bien que très dangereuses et mortelles pour la plupart, sont merveilleuses et cela vaut le coup de les préparer au moins une fois dans sa vie. Pouvez-vous m’en dire plus, Miss Penn ?
Sur les potions de très grande magie noire ?
Oui, le but de ma question était justement de les introduire.
D’accord, une liste a été établie durant la première moitié du XIXe siècle pour y répertorier les potions les plus dangereuses, dans le but de les interdire. Parmi elles, il y a l’Eau Noire, la potion de Sang Vert, la potion des Os Mous, la potion d’Assèchement, et quelques années plus tard, le Philtre de Haine a été ajouté à cette liste.
Correct, répondit Rogue laconiquement. Cela fera cinq points pour Serpentard.
Rogue eut un sourire ravi et Harry pensa qu’il devait être heureux qu’il n’y ait pas que des cornichons incapables dans sa classe.
Prenez des notes. Le ministère de la Magie a décidé d’interdire certaines potions, qualifiées de potions de très grande magie noire, en 1823, suite à une série d’empoisonnements qui ont frappé la communauté.
« Cette décision totalement inappropriée a conduit à la disparition progressive de ces merveilleuses potions et plus personne ne les connaît de nos jours. En réalité, si les cerveaux des gens n’étaient pas totalement vides, ou remplis de choses inutiles, ils seraient certainement capables de les reconnaître et de ne pas être empoisonnés.
« Je vais vous les montrer lors d’un prochain cours et vous apprendrez à les reconnaître. Ces potions sont en général difficiles à préparer, ou au moins les ingrédients qu’elles nécessitent sont rares et chers. Pour la semaine prochaine, je vous demande un mètre de parchemin sur ces potions. Vous détaillerez le contexte historique ayant conduit à la création de cette liste, puis vous expliquerez en quoi la décision prise par le ministère récemment est une excellente chose. Ensuite, pour chaque potion de cette liste, vous en présenterez les effets mais surtout son aspect, et les antidotes et les sorts qui peuvent éventuellement permettre d’en atténuer les effets. Je vous préviens que tout élève qui me rendra un travail bâclé sera exclu de ma classe.
Rogue appuya particulièrement son regard sur les J.M.P.
Vous avez une remarque, Miss Parkinson ? Peut-être trouvez-vous ce travail inutile et rébarbatif ? Je ne peux m’empêcher d’être déçu, j’espérais que vous seriez ravis de savoir les préparer pour pouvoir les faire goûter à Mr Potter. Après tout c’est devenu un spécialiste en la matière, n’est-ce pas ? Vous pouvez peut-être nous dire quel goût a la potion de Sang Vert, ou l’élixir de Tourment ?
Rogue regarda Harry avec un sourire démoniaque et ses amis de Gryffondor craignaient qu’Harry ne puisse s’empêcher de réagir.
Mais Harry avait perdu toute son animosité à l’égard de Rogue ces derniers temps. Il savait que l’année dernière, il n’aurait pu s’empêcher de répondre et d’avoir envie de lui envoyer un Cognard dans la face. Au contraire, il était maintenant plutôt admiratif de la façon avec laquelle Rogue jouait son rôle, et il était plus tenté de rire que de piquer une colère.
Ces deux potions n’ont aucun goût, répondit Harry, mais malheureusement vous semblez ne les avoir jamais goûtées pour confirmer cela.
Rogue eut un sourire ironique.
Mr Potter, je ne crois pas que vous soyez en position de faire de l’humour. Dix points de moins pour Gryffondor et nous allons maintenant passer à la pratique.
« Parmi les potions de très grande magie noire, la potion de Sang Vert est l’une des plus faciles à préparer, et nous aurons le temps d’ici à la fin de ce cours. Seuls les ingrédients sont particulièrement chers et rares. Elle nécessite en particulier un cerveau de dragon en état avancé de moisissure. 
« Il y a beaucoup de cerveaux en état avancé de moisissure dans cette école, dont certains dans cette classe, mais jusqu’à preuve du contraire il ne s’agit pas de dragons mais de… Véracrasses, peut-être ?
« Je vais préparer deux potions de Sang Vert séparément. Pour l’une d’elles, je ferai en sorte de la préparer avec de mauvaises intentions, en utilisant la partie noire de mon âme, si vous préférez, et pour l’autre, je la préparerai avec de bonnes intentions, en utilisant la partie blanche de mon âme… Nous verrons bien la différence. 
« De votre côté, vous allez faire la même chose avec de simples potions de Migraine. Pour ceux qui ont avec eux le Manuel avancé de préparation de potions, ouvrez-le à la page 235. Pour les autres, voici les instructions au tableau. La salle n’est pas adaptée pour cela, mais vous trouverez des chaudrons dans la réserve dans la salle à côté, ainsi que les ingrédients qui conviennent.
« Ces potions de Migraine sont relativement faciles à préparer, et sont censées être du niveau des première année, aussi je suppose que vous ne rencontrerez aucun problème.
« Le but étant de préparer deux potions distinctes avec des intentions différentes, vous vous concentrerez pour l’une d’elle sur l’envie de faire le mal, et pour l’autre, l’envie de faire le bien, si vous êtes encore capable de ressentir cela.
Il grimaça et se dirigea vers le fond de la classe pour préparer ses potions sur une vieille table. Tous les élèves se dirigèrent dans la salle à côté pour prendre le matériel nécessaire.
La potion de Migraine était particulièrement simple, et même Crabbe et Goyle avaient réussi à la faire parfaitement. Alors que d’après les instructions, elle demandait une demi-heure de préparation, la potion d’Harry avait évolué à une vitesse phénoménale, et il avait pu mener de front la préparation des deux potions, contrairement à ses camarades qui avaient préféré se concentrer sur une seule.
Hum, Potter, vous ne pouvez décidément pas vous empêcher d’éprouver le besoin de ne pas faire comme les autres, lança Rogue sèchement quand il passa à côté d’Harry.
Finalement, il avait obtenu deux flacons de chaque version de la potion, et il avait passé le reste du temps à lire le Manuel avancé de préparation de potions – qu’il connaissait pourtant presque par cœur après avoir feuilleté tant de fois celui du Prince de Sang-Mêlé – et à jeter des coups d’œil à ce que Rogue faisait au fond de la classe.
Une dizaine de minutes avant la fin du cours, Rogue termina sa préparation et tous les élèves avaient déjà terminé leur préparation depuis quelques minutes.
Très bien, Potter, Parkinson, apportez-moi vos flacons.
Harry et Pansy s’exécutèrent et rejoignirent Rogue à son bureau.
Vous vous détestez, tous les deux, je suppose ?
Harry s’amusa à lancer un regard le plus terrifiant possible à Pansy qui réfléchit un instant avant d’acquiescer légèrement.
Vous ne m’avez pas l’air très convaincue… ne me dites pas que…
Hey, je le hais ! ajouta Pansy.
Me voilà rassuré, grinça Rogue. Très bien, vous devez savoir que normalement, lorsque vous préparez une potion, vous ne pensez pas à concentrer des intentions mauvaises ou bonnes. Vos potions sont donc intermédiaires entre les potions obtenues aujourd’hui. A certaines étapes de la préparation, comme vous le savez, ces intentions interviennent, mais cela ne concerne que quelques étapes, et rarement la préparation complète. 
« En temps normal, une potion de Migraine que vous prépareriez affecterait tout le monde, vous allez voir que ce n’est pas le cas avec ces potions. Si vos potions sont réussies, les potions préparées avec de mauvaises intentions affecteront forcément n’importe qui, que ce soient vos amis ou vos ennemis. En revanche, des potions préparées avec de bonnes intentions n’affecteront pas des amis ou des personnes qui ne le mériteraient pas, mais seulement des ennemis. En réalité, le but doit être… comment dire, noble ?
Il eut un ricanement méprisant, signifiant à quel point il trouvait cela ridicule.
Très bien, Harry Potter, l’Elu, celui qui doit nous sauver de tous nos maux… faites boire votre potion de magie blanche à Miss Parkinson.
Quoi ? s’exclama Pansy. Je ne suis pas un cobaye !
Si je le décide oui, répondit Rogue. De toute façon vous n’avez rien à craindre de cette potion ridicule, et, au cas où, j’ai un antidote.
Rogue versa un peu de la potion d’Harry dans sa version blanche dans un verre et la fit boire à Pansy qui prit soudain sa tête entre ses mains.
Miss Parkinson, je dois en déduire que vous êtes un danger pour notre communauté si la potion de Potter vous a affecté. Effrayant, n’est-ce pas ? Maintenant, Potter, buvez la potion blanche de Miss Parkinson.
Harry n’était pas très rassuré, mais il savait que cette potion n’était pas très grave.
Il ne ressentit absolument aucun effet, c’était comme si la potion n’était que de l’eau.
Quelle surprise, Potter, notre gentleman, évidemment, une potion de magie blanche ne pourrait pas vous affecter, vous êtes trop… parfait. Essayez maintenant avec cette potion de Sang Vert blanche…
Rogue lui tendit un flacon d’une potion incolore.
Je ne suis pas fou, dit Harry, repoussant le flacon. Vous allez essayer de m’empoisonner.
Ne soyez pas paranoïaque, Potter, siffla Rogue, je ne prendrais pas le risque de vous tuer sachant que le Seigneur des Ténèbres rêve de le faire depuis tant d’années…
Il y eut quelques expressions de surprise parmi les amis d’Harry et Rogue avait visiblement décidé qu’il était temps de ne plus cacher la vérité. De toute façon tout le monde avait compris ce qui se passait, et plus personne n’avait la possibilité de le refuser maintenant.
De toute façon, puisque vous êtes si intelligent, vous êtes capable de préparer rapidement un antidote, je suppose ? demanda Rogue.
Mais Harry ne répondit rien et lui lança un regard noir.
Très bien, imperium ! siffla Rogue d’une voix douce.
Harry aurait très bien pu lutter contre l’Imperium de Rogue, mais il jugea que si Rogue lui faisait boire cette potion vraiment, c’est qu’il n’y avait aucun danger. Il ne chercha pas à résister et se laissa dicter par la voix de Rogue.
Harry but un verre entier de potion et Rogue relâcha son maléfice.
Mais il ne ressentit absolument aucune douleur, et après quelques minutes, les symptômes caractéristiques de l’empoisonnement à la potion de Sang Vert n’étaient toujours pas apparus, et ils n’apparaîtraient jamais.
Très bien, maintenant, Potter, si vous souhaitez boire l’autre potion, j’en serais ravi !
Finalement, Rogue récupéra les flacons de chacun d’eux pour les examiner plus tard, et il les libéra.
Rogue retrouva Ron et Hermione dans le couloir du troisième étage, devant la cafétéria, et ils discutèrent de leurs nouveaux cours.
Ombrage a été horrible ! pesta Hermione en jetant sèchement une pile de livres sur une table de la cafétéria. Ses cours sont une perte de temps, nous n’avons fait que recopier un livre qui parlait de lois magiques, mais surtout, elle n’a cessé de donner la parole à Egogonde !
Harry et Ron évitèrent de se regarder. Décidément, Hermione avait du mal à supporter que l’on puisse rivaliser avec elle dans un cours. Harry avait vécu l’expérience l’année dernière en potions, et la situation était encore pire cette année puisqu’il n’y avait aucune matière dans laquelle Hermione pouvait distancer clairement Egogonde, du moins tant qu’aucun cours n’était consacré aux elfes de maison.
Comment ça s’est passé avec Rogue ? demanda Ron.
Oh, il a été horrible, comme d’habitude, répondit Harry. Mais c’était plutôt intéressant, il m’a fait boire une potion de Sang Vert, ne vous inquiétez pas, c’était la version magie blanche, ajouta-t-il en voyant le regard inquiet de ses amis. Et je n’ai pas été empoisonné. Sinon il a raconté plein de choses à propos de magie noire et de magie blanche, c’était plutôt intéressant.
Au moins tu n’as pas dû t’ennuyer ! Et toi, Ron ?
Double cours de réactions face à une situation périlleuse avec Philipett, c’était intense et on s’est bien entraînés, au moins, contrairement à Maugrey, il n’a pas passé son temps à nous stupéfixer. Par contre, il nous a donné un devoir sur les « déguisements d’incantations », tu sais ce que c’est, Hermione ?
Les-déguisements-d’incantations-consistent-à-prononcer-volontairement-une-incantation-ne-correspondant-pas-à-un-sortilège-non-verbal-que-l’on-utilise-pour-créer-un-effet-de-surprise ! répondit-elle d’une traite.
Très bien, je suppose que tu as plein d’idées sur le sujet, je dois écrire vingt centimètres ! ajouta Ron, qui semblait outré d’avoir du travail à faire en dehors des cours.
Ne compte pas sur moi, Ronnie, répondit Hermione, je dois déjà présenter un exposé sur le thème « les droits des créatures magiques » et même si j’ai déjà passé deux heures à faire des recherches…
Pourquoi tu t’embêtes à faire encore des recherches alors que tu connais déjà tout, coupa Ron.
Hermione sembla embarrassée, Ron ne pouvait avoir plus raison, mais elle préféra l’ignorer.
… il me reste encore beaucoup de choses à faire ! 
Harry mit à profit le peu de temps qu’il avait de libre avant le repas pour commencer son essai pour Rogue. Il savait qu’il aurait toute la journée de libre le lendemain, et il préférait éviter de l’occuper avec trop de travail.
Finalement, il avait trouvé toutes les informations qu’il avait voulu sur les potions de très grande magie noire à la bibliothèque et il avait eu le temps d’entamer son essai ce qui le rendit heureux.
Quand ils quittèrent la bibliothèque pour aller manger, il y se produisit un incident qui attira beaucoup d’élèves. C’était pourtant en général un endroit relativement préservé de Poudlard. Mme Pince était en général intransigeante sur la discipline et il ne se passait jamais rien d’intéressant là-bas.
En fait, Rogue était venu voir Mme Pince et ils avaient eu une discussion à propos de la Réserve. Rogue avait jugé que son accès devait être libre car il n’y avait pas de raisons que les élèves ne puissent pas lire des choses passionnantes sur la magie noire.
Mme Pince avait catégoriquement refusé et elle ne semblait pas vouloir abdiquer, en fait, elle s’était carrément mise à hurler. Rusard s’était finalement mêlé à la conversation pour défendre Mme Pince ce qui n’avait fait qu’augmenter les rumeurs selon lesquelles ils sortaient secrètement ensemble.
Au cas où vous ne le sauriez pas, c’est moi qui décide dans cette école, dit Rogue pour couper court aux discussions qui semblaient sérieusement l’embarrasser. L’accès à la Réserve de la bibliothèque sera désormais libre. Me suis-je bien fait comprendre ?
Mme Pince n’avait finalement pas d’autre choix que d’obéir alors que Rogue avait sorti discrètement sa baguette magique de sa poche, et elle avait acquiescé.

Tout le monde discuta de cet évènement pendant le repas, et Harry jugea que ce n’était pas une si mauvaise chose, et que cela leur épargnerait bien des problèmes s’ils étaient amenés à devoir consulter un livre de la Réserve.
Harry, tout le monde aura accès à ces livres, contesta Hermione. Certains parlent de choses horribles ! Je suis sûre que Dumbledore n’aurait pas apprécié…
De toute façon cela ne va pas durer longtemps, non ? coupa Ron. Quand on aura éjecté Rogue de l’école, tout rentrera dans l’ordre !
Harry appréciait la façon de voir les choses de Ron, mais il doutait que cela soit aussi facile d’éjecter Rogue de Poudlard.

Les Gryffondor et les Serpentard avaient ensuite un cours commun de réaction face à une situation périlleuse avec Macnair et Harry, même s’il ne le craignait absolument pas, était un peu inquiet à l’idée qu’un Mangemort leur donne des cours.
Le cours avait eu lieu dans la salle habituelle de Maugrey et elle n’avait quasiment pas changé, si ce n’est qu’elle était maintenant beaucoup plus sinistre, avec les rideaux noirs qui pendaient le long des murs, ornés chacun d’une Marque des Ténèbres formée d’émeraudes.
Macnair était chauve et portait toujours la même moustache noire. Il regarda les élèves entrer dans sa classe avec délectation et il adressa un sourire aux J.M.P. qui semblaient s’attendre à un traitement de faveur.
Macnair avait une expression un peu maladroite comme s’il ne savait pas vraiment quoi dire.
Bonsoir ! dit-il d’une voix rauque et froide. Bienvenue dans ce cours qui vise à faire de vous des Mangemorts. Je vois que vous avez tous l’air ravis.
Mais hormis les J.M.P, les élèves ne le regardaient pas avec beaucoup d’enthousiasme.
Nous allons aujourd’hui parler des Sortilèges Impardonnables. Tout bon Mangemort doit savoir les pratiquer. Je sais que vous en avez tous entendu parler et que vous connaissez leur formule. Mr Nott par exemple, dites-moi !
Le maléfice de Mort, répondit Nott avec enthousiasme, Avada Kedavra qui donne la mort, le maléfice Doloris, Endoloris, qui torture, l’Imperium, Imperium, qui force notre victime à nous obéir.
Excellent ! se réjouit Macnair. On voit que vous êtes initié ! Voilà cinquante points pour Serpentard !
Cinquante ? s’insurgea Hermione à haute voix.
Macnair se retourna et lança un regard étonné à Hermione.
Ah c’est vous ! dit-il avec un ton méprisant.
Hermione avait enfoncé sa baguette magique dans un œil de Macnair lors de la bataille du Département des mystères et il devait certainement s’en souvenir. D’ailleurs, il avait conservé une large cicatrice sous son œil gauche.
Nous allons faire une démonstration, dit-il avec un sourire cruel. Approchez-vous…
Mais Hermione ne bougea pas et resta assise les bras croisés à sa table.
Dans ce cas… imperium !
Hermione se leva brusquement et alla se placer à côté de Macnair sur l’estrade.
Voilà un exemple d’utilisation de l’Imperium, je peux lui faire faire ce que je veux. Maintenant, passons au Doloris…
Non ! s’écrièrent Ron et Harry, qui s’étaient levés ensemble, leur baguette pointée sur Macnair.
Harry aurait espéré ne pas avoir à menacer Macnair dès les deux premières minutes de cours mais il ne pouvait pas le laisser torturer Hermione.
Toujours les mêmes élèves perturbateurs, dit une voix sifflante.
Rogue était sur le pas de la porte et regardait Harry et Ron avec amusement.
Je venais voir si tout se passait bien, Macnair. Apparemment, ces deux là n’ont pas compris la notion d’obéissance. Potter va servir d’exemple, endoloris !
Harry reçut le sortilège de Rogue en plein dans le ventre mais la douleur était très faible, et en fait, il avait même l’impression de l’avoir imaginée.
Puis le visage de Rogue lui apparut et il semblait vouloir lui dire fort « faites semblant ». 
Harry comprit que Rogue avait utilisé la légilimancie, et qu’il n’était qu’en train de simuler qu’il le torturait.
Bien qu’Harry mît un peu de temps avant de tomber au sol et de se tordre de douleur, cela avait produit son effet devant le reste de la classe qui était stupéfait. 
Harry se mit à gémir dans une imitation réussie des effets que procurait le maléfice Doloris. Ron essaya de stupéfixer Rogue pour aider Harry mais Rogue l’en empêcha en l’envoyant rouler par terre en claquant simplement des doigts.
Vous êtes résistant, Potter, à croire que vous en avez l’habitude.
Finalement, Rogue alla s’asseoir au fond de la classe et adressa des regards menaçants à tous ceux qui se retournaient pour voir ce qu’il faisait.
Bien, il ne reste plus qu’à tester l’Avada Kedavra, un volontaire pour mourir ? demanda Macnair.
Mais personne ne répondit, et les élèves se demandaient si c’était une blague ou si Macnair était sérieux.
Je vais donc tester sur un cobaye.
Il agita sa baguette magique et une petite cage en bois s’ouvrit, d’où sortit un adorable chiot visiblement apeuré.
Qu’il est mignon ! gloussa Lavande.
Avada Kedavra !
Il y eut un éclair vert et Harry ferma les yeux pour ne pas voir ça. Des cris horrifiés envahirent la salle et Lavande se mit à pleurer.
Tout le monde était sous le choc, même les J.M.P. malgré toute la cruauté qu’ils pouvaient avoir.
Macnair dut attendre cinq bonnes minutes que les pleurs cessent et il reprit son cours.
Le Seigneur des Ténèbres serait ravi que vous sachiez tous pratiquer ces trois Sortilèges Impardonnables. C’est pourquoi nous allons maintenant nous entraîner.
L’entraînement ne se déroula pas sans accrocs. La plupart des élèves (tous, en fait, sauf les J.M.P.) avait refusé de tuer ou de torturer les crapauds qui étaient dans les cages devant eux. Ils s’étaient contentés de les soumettre à l’Imperium et à leur faire faire des sauts et des acrobaties. 
Mais ils étaient tous encore un peu sous le choc et ils avaient énormément de peine à réussir ce maléfice si compliqué. Finalement, les crapauds avaient essayé de s’échapper et il y en avait partout dans la salle.
Harry essaya d’écouter la conversation entre Rogue et Macnair et il put comprendre assez clairement que Rogue trouvait qu’il allait un peu trop vite. Il était vrai qu’Harry ne s’était pas préparé à apprendre dès le premier jour de cours l’Avada Kedavra.
Il faut les y préparer lentement, expliqua Rogue sérieusement, il vaut mieux commencer par quelques maléfices, ensuite ils apprendront les Sortilèges Impardonnables. Mais pour aujourd’hui ça ira, au moins ils sauront ce qui les attend.

Pendant la suite du cours, ils firent un exercice encore plus pratique. Macnair avait ensorcelé des sortes de mannequins qui étaient cachés un peu partout dans la salle. Certains étaient cachés derrière des rochers, d’autres dans des plantes et enfin d’autres dans les cages sous l’estrade. 
Certains sont déguisés en membres de l’Ordre du Phénix, vous devez les tuer, d’autres sont déguisés en Mangemorts et ce sont vos alliés, vous ne devez pas les toucher. Vous allez passer à tour de rôle dans l’arène pour voir ce que vous savez faire.
Zabini fut le premier à passer et il se plaça au centre de l’arène. Les mannequins déguisés sortirent d’un peu partout et s’approchèrent lentement de Zabini.
Les J.M.P. éclatèrent de rire en voyant que les mannequins censés représenter l’Ordre du Phénix portaient des masques représentant grossièrement des poulets.
Zabini se fit un plaisir à leur envoyer des maléfices de Mort. Tous les mannequins de l’Ordre du Phénix avaient été touchés par des éclairs verts et s’étaient enflammés.
Très bien, Zabini, lui dit Macnair. Mais il sera plus difficile de produire le maléfice de Mort sur des vrais membres de l’Ordre du Phénix ! 
Macnair répara les mannequins d’un coup de baguette et demanda :
Suivant ?
Moi ! s’écria Harry tellement fort que tout le monde se tourna vers lui.
Potter ! aha ! ricana Macnair.
Rogue eut une expression voulant dire « toujours besoin de se faire remarquer, celui-là » qui fit rire tout le monde.
Hermione et Ron le regardèrent avec un regard interrogateur mais Harry se précipita dans l’arène et attendit le signal de départ.
Les mannequins s’animèrent et sortirent d’un peu partout autour d’Harry pour l’attaquer.
Mais au lieu de s’attaquer aux mannequins de l’Ordre du Phénix, Harry s’acharna sur les mannequins des Mangemorts.
En quelques instants seulement, il les détruisit grâce à des flèches empoisonnées, des sortilèges d’Embrasement, des explosions de toute sorte, et il n’en resta plus que quelques morceaux éparpillés dans toute la salle, complètement déchiquetés.
Il y eut un silence de mort et les Gryffondor avaient envie d’applaudir mais ils se retinrent en voyant l’expression de Macnair.
Potter, retenue mercredi soir à vingt heures dans mon bureau, dit-il froidement. Et cinquante points de moins pour Gryffondor.
C’est malheureusement inutile, Walden, répondit Rogue sur un ton mielleux, cela fait bien longtemps que leur sablier est vide… 
Plus personne d’autre n’avait finalement attaqué les mannequins des Mangemorts au lieu de ceux de l’Ordre du Phénix, sauf Ron, qui n’avait pas pu se retenir d’expulser à l’autre bout de la salle un mannequin de Mangemort qui s’était approché trop près de lui.
Eh bien Potter ne sera pas tout seul, se réjouit Macnair.
Ron, tu n’aurais pas dû, murmura Hermione sur un ton de reproche.
Je n’allais pas laisser Harry aller tout seul en retenue toute la soirée, répondit Ron, ça passe plus vite à plusieurs.
Harry ressentit une bouffée d’amitié à l’égard de Ron et il se dit qu’effectivement la retenue serait certainement moins longue à deux.
Macnair les libéra finalement et il rappela à Harry et Ron de ne pas oublier leur retenue sous peine d’être emprisonnés dans les cachots avec des Détraqueurs pendant tout le week-end.
Il faut que j’aille voir Rogue pour qu’on se donne une date pour notre prochaine leçon ! dit soudain Harry quand ils arrivèrent dans leur salle commune.
Ca t’amuse d’avoir monté sept étages pour rien ? demanda Ron.
Maintenant, Harry ? demanda Hermione. Il est tard…
Au moins il n’y a plus personne dans les couloirs, et Ron, je n’aurais qu’à utiliser Fumseck !
Harry transplana dans les cachots et frappa à la porte du bureau de Rogue où il se trouvait d’après la Carte du Maraudeur.
Entrez ! dit la voix de Rogue.
Il fut surpris de le voir.
Nous n’avions pas rendez-vous, à ma connaissance. Et cela ne vous dérange pas de venir voir les gens à cette heure-là ?
Harry ne répondit pas, Rogue était en train de préparer des potions dans plusieurs chaudrons fumants.
Et vous vous préparez des potions à cette heure-là ? demanda Harry.
Je préfèrerais ne pas avoir à le faire, voyez-vous, cela fait partie du plan, je dois préparer ces potions pour le Seigneur des Ténèbres, elles sont terriblement compliquées et prennent des mois de préparation, mais elles doivent affaiblir ses défenses.
Et il les boit ? demanda Harry, étonné.
Oui, répondit Rogue. Je passe un certain temps avec Jigger à le convaincre.
Harry resta bouche bée.
Alors c’est ça, le plan ? Lui faire boire des potions qui vont le tuer ? Mais en quoi la mort…
Vous êtes d’une naïveté, parfois, Potter, répondit Rogue. Mais si vous le voulez bien, j’ai bien d’autres choses à faire, d’autant plus que je ne suis pas censé vous raconter tout ça.
Harry resta stupéfait et il essaya de voir ce qu’il y avait dans les chaudrons.
Pourquoi êtes-vous venu me voir ? pressa Rogue, agacé.
Euh… pour notre prochaine leçon, je me disais qu’il fallait que l’on se mette d’accord…
Voyez-vous, Potter, je pensais que mercredi soir était une très bonne date, je suis libre, et vous étiez libre…
Mais… coupa Harry.
… mais vous avez la salle habitude de collectionner les retenues parce que vous ne savez pas vous retenir de rester calme.
Rogue lui lança un regard réprobateur mais Harry ne baissa pas les yeux.
Bien, de toute façon il faut bien trouver une solution… Que diriez-vous de demain soir à dix-sept heures trente ? Je serai certainement légèrement en retard car j’ai cours juste avant, mais je pense que c’est le meilleur moment.
Très bien, répondit Harry.
Alors tant mieux, au moins je suis content de voir que vous ne prenez pas votre entraînement à la légère.

Alors ? demanda Ron.
Demain à dix-sept heures trente… Où est Hermione ?
Elle est partie se coucher, elle a cours toute la journée demain ! Tu te rends compte, trois heures d’histoire de la magie le matin ! Moi c’est cool, j’ai une matinée de libre !
Cool, je n’ai cours que le soir, répondit Harry.
Veinard ! Bon au moins on va pouvoir dormir un peu ! 
Et Ginny ? demanda Harry.
Elle dort, elle devait être fatiguée, tu as entendu tous les devoirs qu’elle a eu dès le premier jour ? J’ai l’impression qu’ils travaillent encore plus que nous, les sixième année !

Harry se réveilla à la même heure que Ron et Ginny le lendemain, il voulait profiter de sa journée pour s’entraîner efficacement. Hermione était déjà partie en cours et Harry parcourut rapidement La Gazette du Sorcier.
Alors ? demanda Ron, avec un peu d’appréhension.
Hum, ils disent à nouveau que le ministère donnera une récompense pour la capture de Fred et George. Apparemment ils ne veulent pas lâcher l’affaire. Il paraît que les sorciers du ministère n’ont toujours pas pu accéder au Hall de la Paix pour aller fouiller la boutique et la salle de cinéma.
Si vous voulez mon avis, le ministère ne leur mettra jamais la main dessus, dit Ginny qui venait d’arriver. Ils sont trop forts tout simplement !
Ron but une gorgée de jus de citrouille et faillit s’étouffer.
Bien dormi, Ginny ? demanda Harry en l’embrassant tendrement.
J’aurais mieux dormi si tu n’avais pas arrêté de remuer et de parler, répondit Ginny en souriant.
Moi ? demanda Harry.
A ma connaissance c’est avec toi que je dors, oui, répondit Ginny.
Ron grimaça un peu, et fit semblant de faire attention à boire doucement son jus de citrouille. Il n’arrivait pas vraiment à se faire au fait qu’Harry et Ginny dormissent dans le même lit.
Bizarre, j’ai dû mal fermer mon esprit, alors, dit Harry. 

Harry se remit à son essai sur les potions de très grande magie noire pour Rogue. Il voulait s’en débarrasser le plus vite possible et l’avoir terminé avant de sortir. Ron resta avec lui mais il avait vraiment du mal à travailler et il se mit à faire les mots-croisés magiques de La Gazette du Sorcier, profitant de l’absence d’Hermione.
Mais alors qu’Harry écrivait, son regard se posa dans le parc enneigé. Il aperçut une silhouette qui semblait se diriger vers la cabane d’Hagrid.
Mais il ne pouvait reconnaître son identité et il déplia la Carte du Maraudeur. Il s’agissait de Rogue.
Harry ne put lutter contre la tentation d’aller voir de plus près, il avait envie de se balader et l’occasion était idéale d’aller faire un tour dans le parc et d’aller prendre des nouvelles d’Hagrid.
On y va ? proposa Harry.
Il n’eut même pas à attendre la réponse de Ron qui était déjà levé.
Harry Potter devrait boire son jus de citrouille avant de sortir, lui dit Dobby.
Merci, Dobby, mais ne t’inquiète pas, on revient tout de suite !
On n’aura pas le temps, Rogue arrive presque ! dit Ron.
Prenons nos balais ! dit Harry.
Ils s’extirpèrent tant bien que mal par l’une des étroites fenêtres de leur salon et ils se désillusionnèrent pour ne pas risquer d’être aperçus.
Rogue n’était plus qu’à quelques mètres de la maison d’Hagrid et il vint frapper à la porte.
Qui est là ? tonna la voix d’Hagrid, accompagnée des aboiements féroces de Crockdur.
Harry et Ron avaient traversé le parc à toute allure et étaient allés s’arrêter en vol stationnaire quelques mètres au-dessus de Rogue.
Rogue répondit d’une voix faible et ce qu’il dit fut couvert par le bruit d’une bourrasque. Mais Hagrid ouvrit la porte et Harry et Ron s’approchèrent discrètement pour mieux entendre.
Vous ! vociféra Hagrid en pointant son arbalète sur Rogue.
Je viens…
Je ne sais pas ce qui me retient de t’assassiner, Rogue ! Je ne reste ici que pour les élèves…
Oui, et ils sont sans nul doute enchantés par le geste, railla Rogue. De toute façon, plus aucun cours ne vous sera confié, je le crains. Le professeur Potiron est excellente pour le poste.
Hagrid s’apprêta à sauter sur Rogue mais celui-ci l’arrêta d’un geste de la main. Puis il parla en baissant la voix et Harry ne put l’entendre que très difficilement.
Cependant si vous souhaitez rester habiter à Poudlard, je sais que cet endroit est important pour vous… mais sachez que vous serez en danger, les Mangemorts sont partout autour de vous.
Rogue avait prononcé sa dernière phrase dans un murmure et Hagrid donnait l’impression d’avoir mal entendu.
Puis Rogue se retourna sans ajouter un mot de plus et il s’en alla.
Mais il s’arrêta un instant et il ajouta d’une voix redevenue féroce :
Et n’oubliez pas de couper les douze sapins pour la Grande Salle d’ici mercredi !
Lorsque Rogue fut suffisamment loin, Harry et Ron se désillusionnèrent et apparurent devant Hagrid. Celui-ci était toujours sur le pas de sa porte, l’air béat et l’air froid s’engouffrait dans sa maison. Son arbalète était tombée par terre dans l’épaisse couche de neige.
Ca va, Hagrid ? demanda Harry joyeusement.
D’où vous venez comme ça, vous deux ? demanda-t-il en essayant de chasser de son esprit la scène qu’il venait de vivre.
On se baladait, répondit Harry évasivement.
Je ne vous ai pas vus arriver. Très bien, entrez alors !
Ils s’installèrent et Crockdur vint poser sa tête sur les genoux de Ron, y déposant une bonne quantité de bave.
J’ai entendu Rogue, c’est dommage pour les cours, dit Harry un peu maladroitement. Mais c’est bien que vous restiez !
Oh… plus personne ne s’intéresse à moi, dit-il d’un air triste.
Harry et Ron s’attendaient à ce qu’il se mette d’un instant à l’autre à pleurer à chaudes larmes et ils se regardèrent avec crainte. Habituellement, c’était Hermione qui le consolait. Mais  heureusement ce ne fut pas le cas.
On serait très content si vous restiez, dit Harry. Il faut juste faire attention aux Mangemorts.
Je pensais que Rogue me chasserait, dit Hagrid. Il a bien chassé Lupin et Tonks… 
Harry se demanda si Hagrid avait remarqué le ton plutôt gentil sur lequel Rogue lui avait parlé. Cela semblait avoir fait son effet mais Harry préférait ne pas lui en parler. S’il y avait bien une personne qui ne devait pas être mise au courant à propos de la véritable position de Rogue, c’était Hagrid, car Harry savait bien qu’il était incapable de tenir sa langue, et d’ailleurs il avait par le passé particulièrement profité de ce petit défaut. Ron lui semblait n’avoir rien remarqué.
Où est Hermione ? demanda Hagrid d’une voix suspicieuse. 
En cours, répondit Harry.
Vous êtes en train de sécher ? demanda Hagrid, de plus en plus méfiant.
Non, non, on n’a plus les mêmes cours.
Oh, très bien. Je dois m’occuper des sapins maintenant, je pensais avoir à partir avant et je ne suis pas encore allé repérer ceux que je vais couper. Vous voulez peut-être venir avec moi ?
Oh, non merci, désolé, répondit Harry, craignant qu’Hagrid n’en profite pour l’emmener rendre une petite visite à Graup. J’ai plein de travail…
Oui moi aussi, ajouta Ron.
Puis il marmonna quelque chose et Harry distingua les mots « essai » et « maudit ».
Oui, vous avez raison, c’est important, et puis la forêt n’est pas très sûre ces temps-ci. 

Harry et Ron ne restèrent pas très longtemps chez Hagrid, ils discutèrent de la vie à Poudlard et ils lui expliquèrent que tout le monde allait très bien malgré l’arrivée des Mangemorts dans Poudlard.
En tous cas, Rogue était encore monté dans l’estime d’Harry après ce court échange avec Hagrid. Jusqu’à présent, Rogue n’avait jamais semblé lui accorder le moindre respect, du moins c’est ce qu’il avait montré, mais Harry avait été très touché par la proposition qu’il avait faite à Hagrid de rester à Poudlard car il n’avait pas vraiment d’autre endroit où aller vivre.
Ils remontèrent tranquillement jusqu’à leur salle commune et ils croisèrent les J.M.P. qui retournaient vers les cachots.
Quoi, c’est pas interdit de marcher dans les couloirs, aux dernières nouvelles, lança Ron en réponse au regard agressif de Pansy Parkinson.
Ne sois pas insolent, Weasley, et bon courage pour votre retenue avec Macnair, il paraît qu’il vous réserve une surprise… Et qu’est-ce que vous faites avec vos balais ?
Harry tira Ron par le bras pour ne pas risquer d’ennuis inutiles et ils ne répondirent pas aux J.M.P. qui restèrent un peu stupéfaits de les voir partir comme cela, sans dire un mot.
Ils discutèrent pendant tout leur trajet de ce que Macnair pourrait bien leur faire faire comme travaux fastidieux pendant leur retenue.
Il va peut-être vouloir nous torturer, non ? proposa Ron soudain inquiet.
Peut-être, répondit Harry évasivement.
Tant qu’il ne m’enferme pas avec des araignées, ou pire…
Il y a pire pour toi ? demanda Harry en rigolant.
Qu’il me les fasse manger vivantes, dit Ron, choqué.
Vous n’avez pas des sujets de conversation plus intéressants ? demanda la grosse dame qui les avait écoutés, et qui semblait outrée.
Parfois, oui…
En attendant, le mot de passe ?
Névés !
De retour dans leur appartement, Dobby attendait Harry avec son jus de citrouille, et il lui posa quasiment le verre dans la main quand il passa la porte. En fait, l’elfe était un peu comme une grand-mère qui veillait sur lui et ses amis en permanence.
Pendant le peu de temps qui leur restait avant d’aller manger, Harry et Fumseck s’entraînèrent ensemble pendant que Ron termina ses devoirs tout en jetant un œil de temps en temps à ce que ses amis faisaient. 
Fumseck parvenait maintenant relativement facilement à transformer la flamme d’une bougie en eau, et Harry se demandait si cela fonctionnerait sur des flammes magiques ou des feux plus intenses. Mais il ne valait mieux pas essayer cela ici pour ne pas griller l’appartement entier.

Il faut que j’aille à la bibliothèque ! s’exclama Hermione, en sortant de son cours d’histoire de la magie.
Pourquoi ? demanda Ron, surpris.
Lorsqu’Egogonde l’entendit dire cela, elle se précipita vers les escaliers pour arriver avant Hermione.
Hermione s’apprêta à la suivre en courant mais Harry et Ron joignirent leurs forces pour la retenir.
Ca va bien ? demanda Ron.
Hermione, lâche-lui la grappe, un peu, ajouta Harry, lassé.
Vous ne vous rendez pas compte, le professeur Fresnel nous a donné deux essais, cinquante centimètres chacun, cela veut sûrement dire qu’il attend au moins un mètre pour chacun ! Je…
Tu les feras plus tard, coupa Ron. Tu dois bien avoir du temps de libre quelque part…
Demain toute la journée mais…
Eh ben viens manger !
… on va sûrement avoir d’autres devoirs d’ici là !
On a trouvé quelque chose sur la Clef de la Paix, dit soudain Harry en adressant un clin d’œil à Hermione.
Vous vous rendez compte… QUOI ? Qu’est-ce que tu as dit ? demanda Hermione.
Viens manger, je t’expliquerai, répondit Harry.
Ron ne put s’empêcher de pouffer de rire mais Hermione ne lui prêta pas attention.
C’est vrai, oh c’est merveilleux, je m’en doutais qu’on réussirait ! Comment… ?
Ils s’assirent à la table des Gryffondor et Harry remarqua qu’il y avait beaucoup d’effervescence. 
En fait ce n’est pas vrai, dit Harry.
Quoi ? Mais… pourquoi ? A quoi…
C’était juste pour que tu viennes manger, à la limite tu iras à la bibliothèque après mais pas maintenant !
Hermione sembla se vexer et elle ne parla pas beaucoup pendant la suite du repas. Finalement, dix minutes plus tard, elle était la première à quitter la Grande Salle sous les regards moqueurs des J.M.P. qui l’imitèrent en train de lever le doigt pour répondre à une question d’un professeur.
Harry aurait bien rigolé s’il ne s’était pas agi des J.M.P, et au contraire, il leur lança un regard féroce.
Il s’autorisa finalement une bonne pause avec ses amis, à la cafétéria, avant d’aller s’entraîner pour toute l’après-midi ensuite.
La rumeur qu’Harry, Ron et Ginny avaient vu le film de Fred et George s’était propagée à une vitesse folle et un attroupement s’était formé dans la cafétéria.
Harry sembla un peu désemparé en voyant cela, il ne voulait pas se retrouver convoqué dans le bureau de Rogue et passer encore une fois un mauvais quart d’heure. Il savait de plus que le sujet était très sensible et il lui fallait trouver une solution rapidement.
Alors, Harry ?
Est-ce que Voldemort meurt à la fin ?
Il paraît qu’Ombrage joue dans le film, c’est vrai ?
Et Mrs Bett ?
Les première année disent que tu joues dans le film !
C’est Harry Potter ! s’exclama une fille.
Où ça ? demandèrent plusieurs voix.
Qu’est-ce qu’il ne ferait pas pour faire parler de lui ! railla une voix de garçon.
Mais non c’est un héros ! 
Oui, c’est l’Elu !
SILENCE ! hurla Harry, dont les oreilles commençaient à bourdonner. Pourquoi vous n’allez pas voir dans les cachots, Peeves et Pooves ont pendu Ombrage par les cheveux dans le bureau de Rusard et ils l’ont déshabillée !
Wouuuuh ! 
Tous dans les cachots !
Ombrage se balade nue dans les cachots !
Peeves et Pooves lui ont fait manger ses cheveux !
Poussez-vous !
Par la barbe de Merlin, un mort dans les cachots !
Un mort ? Aaaaaaaaaaaaah !
UN MORT !
Deux minutes plus tard, la cafétéria s’était totalement vidée et un troupeau d’élèves s’était dirigé massivement vers les cachots.
Ce n’est pas vrai, bien sûr ? demanda Ron.
Non, bien sûr ! répondit Harry un peu sous le choc. Je ne pensais pas que ça ferait cet effet là…
Certains auraient vraiment besoin d’aller s’aérer l’esprit ! pesta Alix. Ils ne vont pas bien du tout !

Ron avait un cours de formalités administratives avec Mrs Weasley dans les amphithéâtres des cachots, qui était commun avec Hermione. Ginny devait aussi se rendre dans les amphithéâtres pour un cours avec le professeur Tanghudaï.
Apparemment, l’agitation n’était toujours pas retombée et même les professeurs avaient été atteints.
Apparemment les cachots ont été fouillés, dit le professeur Fitz avec inquiétude. On n’a pas trouvé de cadavre.
Il était en grande discussion avec le professeur Chourave et la Dame Grise.
Pourtant j’ai entendu des élèves dire qu’il y avait un cadavre, répondit le professeur Chourave.
Ils ont parlé d’un cadavre de troll, répondit la Dame Grise.
Les élèves appellent Dolores Ombrage comme ça, répondit le professeur Fitz, rien à voir avec un vrai troll, mais ce n’est qu’une rumeur, Dolores était dans le bureau de Rogue il y a encore quelques minutes.
Dans le bureau de Rogue, couina le professeur Chourave avec dédain.
Oui, elle fait tout pour bien se faire voir, répondit le professeur Fitz. Apparemment elle aimerait bien que Rusard la lâche un peu, il est très partagé entre elle et Mme Pince depuis qu’elle est revenue. Il y a eu une scène de ménage ce matin à la bibliothèque entre tous les deux, d’ailleurs.
Oh vous êtes vivants ! s’exclama Hermione en les voyant descendre les escaliers de marbre du hall d’entrée.
Harry commençait à devenir sérieusement ennuyé par cette affaire de mort imaginaire dans les cachots.
Seulement une rumeur, râla Ginny. Les gens sont dingues, ici.
Rogue et Macnair passèrent à côté d’eux, apparemment en grande discussion.
Ah, Potter est toujours vivant, quel dommage, j’ai eu une lueur d’espoir… Weasley aussi, quel dommage !
Il y eut plusieurs explosions de sortilèges venant des cachots et quelques instants plus tard, un flot d’élèves en ressortit, alors que la sonnerie indiquant la reprise des cours retentissait.






Chapitre précédent - Chapitre suivant

Commenter ce chapitre sur le forum