icon Vous êtes ici : Harry Potter et la Clef de la Paix -> Chapitres -> Chapitre 125: En mission au ministère

icon Derniers sorts

- Stupéfix *
- Despoussieris
- Black reveror *
* : modification récente

icon Derniers personnages

Chapitre 125 : En mission au ministère

Imprimer Version imprimable        
Quoi ? s’exclama Harry brutalement. C’est une blague ? Pas Maugrey, pas Mrs Bett !
Je ne crois pas que les Aurors plaisantaient, répondit le professeur Chourave gravement. J’ai entendu qu’ils sont emprisonnés au ministère, nous devons réagir vite. J’ai bien peur qu’ils ne veuillent les livrer aux Détraqueurs.
Comment se sont-ils fait capturer ? demanda Harry, qui n’arrivait toujours pas à le croire.
Je ne sais pas et ce n’est de toute façon pas le plus important. Il faut réunir l’Ordre du Phénix le plus vite possible. Nous devons les libérer coûte que coûte et dans les plus brefs délais.
Le professeur Chourave se rendit compte que de nombreux élèves écoutaient leur conversation autour d’eux.
Allez tous en cours immédiatement ! aboya-t-elle sèchement. Je ne veux plus personne dans la Grande Salle.
Elle abaissa ensuite nettement la voix de manière à ce que seuls Harry, Ron, Hermione et Ginny puissent entendre.
Harry, est-ce que vous pouvez faire rapidement un tour à la Cabane Hurlante pour prévenir Lupin et Tonks ? Ils sauront quoi faire et avec Fumseck, ce ne sera qu’une question de secondes pour vous. Nous autres, on se rejoint à la Salle du Phénix pour mettre en place un plan.
Harry suivit les instructions et transplana immédiatement vers la Cabane Hurlante en s’accrochant à Fumseck.
Il se retrouva dans le tunnel qui menait au Saule Cogneur, où régnaient un silence et une obscurité parfaits. 
Il dut allumer sa baguette pour pouvoir progresser, et après quelques pas, il arriva devant une lourde porte en bois qui lui bloquait le passage.
Mince, l’endroit doit être protégé.
Fumseck émit alors un petit cri pour lui indiquer qu’il était capable de transplaner de l’autre côté.
Et en effet, cela réussit. Quand Harry rouvrit les yeux, il se trouvait dans le hall d’entrée d’une vieille maison, qui avait un aspect tout de même moins lugubre que ce qu’il avait connu de la Cabane Hurlante. Toute la poussière avait été retirée et les meubles étaient en bien meilleur état. On voyait, en tous cas, que des personnes, y étaient venues récemment.
Il y a quelqu’un ? demanda Harry à voix haute.
Il entendit des légers craquements à l’étage qui lui donnèrent des frissons. Puis un rat passa en courant le long du mur en face de lui, et s’échappa par un trou.
Il y a quelqu’un ? répéta Harry, espérant une réponse positive. 
Il n’avait pas envie de rester plus longtemps seul dans cet endroit qui de surcroît lui rappelait de mauvais souvenirs même s’il savait que c’était pourtant le nouveau Quartier Général de l’Ordre du Phénix.
Pour lui la Cabane Hurlante appartenait à Sirius, et le souvenir de sa mort et de la trahison de Queudver lui revint immédiatement à l’esprit. Comme pour le narguer, le rat sortit à nouveau de son trou et le regarda de ses petits yeux brillants si narquois.
Harry resta immobile pendant une bonne minute, pensant à Sirius, avant que Fumseck ne se mette à lui mordiller une oreille pour le rappeler à la réalité.
Il se décida alors à monter dans les étages pour s’assurer qu’il n’y avait vraiment personne ici.
La première marche grinça dangereusement et Harry crut qu’elle allait se briser sous son poids.
Un énorme craquement retentit soudain derrière lui et il manqua de tomber dans l’escalier.
Une vieille armoire en bois venait de se renverser sans raison, et elle s’était brisée contre le sol. Harry dégaina sa baguette en un éclair.
Il y avait un trou dans le mur derrière l’armoire et deux silhouettes en sortirent.
Qui est là ? demanda Harry, ce qui fit sursauter les deux personnes, qui pointèrent immédiatement leur baguette vers lui.
Harry ?
Harry reconnut la voix de Lupin ce qui le rassura tout de suite. Puis les cheveux violets de Tonks apparurent lorsqu’elle se plaça dans le faisceau de lumière qui venait de l’escalier.
Qu’est-ce que tu fais là ? demanda Lupin. Tu nous as fait peur !
Maugrey et Mrs Bett ont été capturés par le ministère, je ne sais rien de plus, Chourave m’a envoyé vous prévenir. Ils se réunissent dans la Salle du Phénix. Est-ce qu’ils étaient ici avec vous ?
Oui, ils étaient ici, ils sont partis en mission tout à l’heure. Nous leur avions déconseillé de partir car il s’agissait d’une mission risquée et qu’ils sont assez incontrôlables, mais c’était impossible de les retenir.
Quel genre de mission ? demanda Harry.
Ils devaient survoler la Forêt Interdite en balai pour repérer le gouffre où Voldemort s’est installé.
Ils se sont fait capturer là-bas ? demanda Harry, sérieusement inquiet.
Je ne sais pas, tu m’apprends leur capture à l’instant, Harry.
Oui, c’est vrai… Ce serait quasiment impossible de les libérer si c’est le cas, nous ne savons pas où c’est, et ils sont en surnombre. 
Tu as dit que le ministère les a capturés ? demanda Tonks.
Je ne sais plus exactement ce que Chourave m’a dit, vous feriez mieux de venir. Il y a d’autres personnes ici ?
Non, nous sommes seuls, nous étions en train de visiter les sous-sols pour construire un abri mieux sécurisé que les étages de la maison. Si nous devons habiter là en permanence, ça devient nécessaire, répondit Lupin.
Dépêchons-nous, alors, il n’y a pas de temps à perdre, il faut rejoindre l’école.
Nous ne pourrons jamais rentrer ! répondit gravement Lupin. Je ne sais pas si tu as lu La Gazette ce matin, mais nous sommes officiellement recherchés par le ministère. Non, non, nous resterons là…
Lupin commença à monter l’escalier d’un pas décidé.
Mais… commença Harry.
Harry, tu comprendras, je dois te montrer quelque chose, suis-nous.
Ils montèrent au dernier étage de la Cabane Hurlante, et l’escalier devenait de plus en plus étroit et dangereux à cause des vieilles marches en bois qui menaçaient de rompre à chaque pas.
Lupin appuya sur le nœud d’une planche d’une petite porte cachée par la pénombre, et celle-ci s’ouvrit dans un grincement, laissant apparaître une petite pièce basse de plafond et sombre. Elle semblait seulement éclairée par une lueur jaune vacillante qui avait quelque chose d’attirant.
Harry surprit un sourire sur le visage de Lupin et de Tonks, et il s’attendit à découvrir quelque chose de merveilleux.
Cette lumière s’échappait en fait de la serrure d’un petit coffre en bois.
Lupin sortit une vieille clef argentée de sa poche et la tourna. Puis il pointa sa baguette sur le coffre en murmurant une incantation et la clef fit un autre tour.
Enfin il ouvrit délicatement le coffre et Harry comprit toute la puissance de cet objet magique lorsque la lumière jaune s’échappa pour venir l’envelopper.
Il se sentit comme aspiré et lorsqu’il rouvrit les yeux, il se trouvait dans la Salle du Phénix.
En réalité, il n’y était pas vraiment, il ne la voyait pas aussi clairement que s’il y était, mais à travers un filtre de cette même lumière jaune. Pourtant, toutes les personnes qui y étaient présentes avaient sursauté.
Il remarqua aussi que Lupin et Tonks étaient là, mais ce n’était pas vraiment eux, simplement une représentation assez grossière de leur image, constituée de lumière jaune.
Harry, tu viens de découvrir le système de magicoconférence développé par l’Ordre du Phénix en secret, annonça fièrement Lupin d’une voix lointaine et déformée.
Ravi de voir que cela fonctionne, se réjouit le professeur Tanghudaï en venant observer Harry de plus près. Il reste cependant quelques réglages à faire pour améliorer l’image et votre voix… oh ! même Fumseck !
Harry regarda l’endroit que montrait le professeur Tanghudaï et effectivement, une sorte de boule jaune tournoyait dans les airs près du plafond de la salle.
Bien, nous n’avons pas de temps à perdre pour les libérer, annonça le professeur Chourave, qui semblait devoir prendre le commandement des opérations.
Que s’est-il passé exactement ? demanda Lupin de sa voix toujours déformée.
Nous ne savons pas encore grand-chose, par chance, il semble qu’ils aient été capturés par des Aurors du ministère et pas directement par des Mangemorts. Ils ont été transférés quelque part dans les bâtiments du ministère. Mais les Mangemorts vont vouloir les extrader vers le repaire de Voldemort dans la Forêt. Ils sont déjà au courant de leur capture. Nous devons absolument les libérer avant qu’ils soient emmenés là-bas, sinon nous n’aurons plus aucune chance.  Il faut rassembler nos troupes et lancer l’assaut sans plus attendre. Toute aide sera la bienvenue et même si nous, professeurs, nous devons prendre la décision d’abandonner l’école, nous le ferons.
Je vais aller voir Fred et George, annonça Ron. Nous aurons peut-être besoin de diversions et ils ont tout ce qu’il faut pour ça. Je reviens dans deux minutes.
Luna et Neville sont prévenus ? demanda Harry.
Je peux aller les chercher ! s’exclama Ginny.
Bien, très bien, poursuivit le professeur Chourave. Lupin, Tonks, je pense qu’il serait bon que vous restiez à la Cabane Hurlante en observation. Vous pourrez nous transmettre les informations plus facilement avec le système de magicoconférence. Est-ce que le système de diversion est au point ?
Presque, répondit Lupin, tout n’est pas parfait, mais on peut déjà simuler une attaque conséquente. Cela peut capter l’attention d’une bonne partie des troupes d’Aurors et de Mangemorts. La supercherie peut faire son effet pendant une dizaine de minutes je pense, ça vaut vraiment la peine de tenter.
Très bien, on fera en sorte de vous prévenir au meilleur moment. Harry, êtes-vous prêt à faire des allers-retours entre Poudlard et la Cabane Hurlante ?
Autant que vous voudrez, répondit Harry en regardant le Phénix qui tournoyait toujours dans les airs.
D’accord, il nous reste à attendre encore deux minutes que tout le monde soit revenu, nous allons avoir besoin d’un plan du ministère pour nous repérer.
Elle agita sa baguette et les portes d’une armoire s’ouvrirent, laissant s’échapper un rouleau de parchemin qui vint atterrir dans ses mains.
C’est une chance que ce soit justement Arthur qui ait conçu les plans du nouveau ministère. Nous savons qu’ils ont choisi de conserver le projet initial, c’est une excellente nouvelle pour nous.
Ginny revint accompagnée de Luna et Neville qui semblaient motivés à venir aider.
Puis ce fut au tour de Ron d’arriver en courant avec les poches remplies d’objets divers, et un grand sourire.
Comment as-tu fait pour faire si vite ? s’étonna Hermione.
Je t’expliquerai, répondit Ron évasivement.
Tout est prêt, allons-y ! lança le professeur Chourave.
Harry, tu dois d’abord revenir avec nous, dit Lupin, le système de magicoconférence ne fonctionne que dans la Salle du Phénix. Concentre-toi très fort pour revenir ici et ça suffira.
Il se concentra fort sur la petite salle de la Cabane Hurlante, à la manière d’un transplanage, et quand il rouvrit les yeux, il s’y trouvait avec Fumseck. Lupin et Tonks apparurent à leur tour.
Harry, nous allons devoir rester ici, expliqua Lupin. Il y aura toujours l’un de nous deux à la Salle du Phénix, mais on surveillera aussi le parc et on retardera les Mangemorts qui viendraient. Rejoins-les vite et n’hésite pas à revenir souvent à la Salle du Phénix pour qu’on te tienne au courant.
D’accord, à tout à l’heure.
Harry transplana avec Fumseck et rejoignit le groupe de Poudlard qui s’en allait d’un pas décidé vers le donjon de l’aile sud où se trouvait l’accès au ministère. Le château était à nouveau désert alors que la plupart des élèves avaient rejoint leur cours.
Ils croisèrent le professeur Fitz dans le couloir du deuxième étage, et le professeur Chourave lui donna rapidement des instructions.
L’escalier en colimaçon qui menait aux bâtiments du ministère était surveillé par des Aurors qui en contrôlaient l’accès. Ils étaient une dizaine, portant une longue robe noire avec une Marque des Ténèbres argentée brodée sur la poitrine.
Vous ne passez pas, dit l’un d’eux d’une voix forte et grave.
Barnabas, soyez sérieux, répondit le professeur Chourave d’une voix conciliante.
Je suis sérieux, retournez d’où vous venez ou nous allons devoir vous arrêter.
Il n’a pas l’air dans son état normal, intervint le professeur Tanghudaï sur un ton de conversation.
Ils sont peut-être sous Imperium, répondit le professeur Chourave.
Depuis quand les Aurors sont habillés en Mangemorts ? demanda Harry. Comment pouvez-vous rejoindre Voldemort ? ajouta-t-il à l’adresse de celui qui semblait être le chef du groupe.
Mais le dénommé Barnabas, un grand sorcier barbu, que Harry connaissait de vue pour avoir déjà combattu à ses côtés lors des précédentes attaques et parce qu’il était souvent présent au bureau des Aurors de Poudlard, ne répondit pas.
Professeur Tanghudaï ? demanda le professeur Chourave sur un ton amusé.
Très bien, acquiesça celui-là, tout aussi amusé.
Il sortit sa baguette magique de sa cape aujourd’hui argentée et les Aurors pointèrent aussitôt la leur.
Il vous sera inutile d’essayer de résister…
La baguette de Haïo Tanghudaï se mit à produire des tourbillons de lumière pourpre qui envahirent les escaliers.
Harry se recula instinctivement, tellement l’enchantement était puissant. Tout sembla trembler et l’air s’agita comme si une tornade passait dans le couloir. Il y eut un autre gros souffle et soudain tout redevint calme. 
Une dizaine de grosses billes de verre de la même couleur pourpre étaient posées au milieu du couloir, là où se tenaient les Aurors quelques instants auparavant. D’ailleurs, en regardant bien, ils étaient emprisonnés dans ces billes géantes, et ils cognaient inutilement contre le verre pour tenter de s’en échapper.
Le professeur Tanghudaï agita une autre fois sa baguette et les billes bougèrent lentement, roulant jusqu’aux escaliers.
C’est parti !
Il donna un autre brusque coup de poignet avec sa baguette et les billes furent projetées dans le vide, rebondissant sur les marches dans un bruit cristallin, avant d’aller s’arrêter dans la neige de la cour du ministère.
Cela ne va pas être facile de retrouver Maugrey et Roselyne, annonça le professeur Chourave en regardant les plans. Les geôles du ministère sont censées se trouver quelque part derrière les bureaux du ministre, près du Magenmagot. L’endroit est forcément très surveillé, il va certainement falloir organiser une diversion. Apparemment, les geôles communiquent avec l’aile des pendus…
L’aile des pendus ? s’étonna Ron.
Pour la énième fois, Ronnie, si tu avais bien voulu lire L’Histoire de Poudlard, tu saurais qu’il existe une aile hantée dans l’école, située à l’extrême ouest. On raconte qu’à l’époque où l’école a servi de prison, les prisonniers étaient pendus dans cette aile.
C’est cela, répondit le professeur Chourave, on peut y accéder par les potagers près de l’aile sud, mais je n’y ai jamais mis les pieds jusqu’à présent… Hagrid ! On a besoin de lui, il y vient souvent.
Je vais le chercher, s’exclama Harry. J’ai besoin de la Carte du Maraudeur pour savoir où il est…
Hagrid se trouvait près de ses potagers à l’extrême sud-est du parc, après les tombes de Dumbledore, McGonagall et Flitwick, un endroit où Harry ne s’était jamais vraiment attardé.
Il y transplana et Hagrid sembla heureux de le voir. Graup était assis un peu plus loin sur un énorme rocher, il s’amusait à jongler avec des citrouilles mais le résultat était plutôt catastrophique.
Oh, Harry, tu n’as pas cours avec le professeur Chourave ce matin ?
Hagrid, il faut faire vite, Maugrey et Mrs Bett ont été enlevés par les Mangemorts. Ils sont emprisonnés au ministère. Il faut que vous veniez !
Oh ! réagit Hagrid, semblant très ému.
Ce n’est rien, Hagrid, on va les libérer. Graup peut venir nous aider ?
Oui, c’est une bonne idée ! s’exclama Hagrid. Tu viens, Graup ?
Oui, moi arrive tout suite, balbutia le géant.
D’accord, je transplane, rejoignez-nous dans la cour du ministère, Chourave dit qu’il va falloir passer par l’aile des pendus.
Je ne m’en suis pas approché ces derniers temps, mais je sais qu’il y a eu de l’agitation dans le coin, dit Hagrid, inquiet. 
Harry transplana alors que Hagrid et Graup partirent en courant, leurs pas lourds étouffés dans l’épaisse couche de neige qui couvrait le parc depuis un peu plus d’une semaine.
Lorsque Harry apparut dans la cour du ministère, il manqua de peu de recevoir un sortilège en pleine tête. Les Aurors et les Mangemorts étaient nombreux et l’Ordre du Phénix avait bien du mal à lutter. Les sortilèges fusaient dans tous les sens et formaient des cratères dans la neige.
Harry remarqua une immense statue au centre de la cour, qui, perdue dans la brume, avait une allure terrifiante. C’était celle de Voldemort.
Potter est là ! s’exclama quelqu’un parmi les Aurors et les Mangemorts.
En quelques secondes, le combat changea et Harry attira tous les sortilèges possibles provenant de leurs ennemis ; ils savaient bien qu’il était l’adversaire le plus redoutable et ils voulaient l’éliminer le plus rapidement possible.
Harry esquiva même un sortilège de Mort mal exécuté ; certains Mangemorts semblaient ne pas avoir encore compris les consignes de Voldemort.
Cette tactique était une erreur de la part des Aurors et des Mangemorts, l’Ordre du Phénix put les attaquer beaucoup plus facilement et leurs troupes furent rapidement dominées.
De nombreux corps stupéfixés gisaient dans la couche de neige fraîche.
Où est le professeur Tanghudaï ? demanda Harry au professeur Chourave, se rendant compte de son absence.
Il est parti pour attaquer frontalement le Département des Aurors. Hagrid arrive ?
Oui, mais il était à l’autre bout du parc, ça va être long. Comment ça, frontalement ?
Le Département des Aurors se trouve à l’autre bout de la cour.
Elle montra deux petites tours au coin opposé de la cour, perdues dans la brume. Harry était transi de froid, il n’avait pas prévu qu’il aurait à sortir du château lorsqu’il était descendu pour le petit-déjeuner. Et les flocons qui s’étaient remis à tomber s’accumulaient sur ses vêtements.
Il est censé faire une petite diversion…
BOUM !
Les deux tours venaient d’exploser violemment et leur toit avait été projeté à une hauteur impressionnante dans les airs avant de retomber dans un fracas étouffé. Des feux d’artifices en sortaient par toutes les fenêtres et des dizaines d’Aurors et de Mangemorts s’en échappèrent en courant dans les instants qui suivirent.
Une petite diversion ? demanda Hermione.
Où est Ron ? demanda Harry.
Il est parti avec lui, répondit Hermione, peu convaincue.
Bien, profitons-en pour faire le tour par l’aile du Département de la justice magique ! La voie est libre, j’espère que Hagrid va arriver vite. Podmore, Diggle, est-ce que vous pourriez rester ici pour garder l’entrée ?
Il y eut plusieurs détonations et Harry fit apparaître par réflexe un bouclier au-dessus de lui pour se protéger. La rayonnancie lui avait énormément servi, et il avait compris qu’une attaque venait des airs en une fraction de seconde.
Deux personnes étaient tombées et la pire des craintes parcourut l’esprit de Harry un instant. Il s’agissait de Neville et Elphias Doge. Le deuxième se releva rapidement, il n’avait fait que trébucher. Mais Neville ne bougeait pas.
Ils se réfugièrent tous sous les coursives pour se protéger des bombardements de ce qui devait être la brigade d’intervention éclair.
Il faut le sauver ! s’exclama le professeur Chourave, se précipitant à nouveau dans la cour.
J’y vais ! s’exclama Harry, la retenant.
Il fit apparaître au-dessus de lui un énorme Dragon de Feu pour se protéger des attaques aériennes.
Il s’approcha de Neville et se rendit compte que Luna avait suivi ses pas.
Les Aurors de la brigade d’intervention éclair ne cessaient de les bombarder de sortilèges depuis leurs balais qui leur permettaient d’être invisibles. Luna ranima Neville pendant que Harry la protégeait et ils purent revenir sains et saufs.
Mais d’autres Mangemorts venaient d’apparaître par les grands escaliers d’accès au ministère.
Verrouillons cet accès ! s’exclama Sturgis Podmore.
Un autre groupe de Mangemorts était arrivé par l’autre coursive. Harry reconnut celui qui les menait, il s’agissait de James Tilius, l’Auror qui avait été Grand Témoin au procès des Mangemorts.
Les trois groupes s’observèrent un instant. Parmi les Mangemorts qui étaient arrivés par Poudlard, il y avait Crabbe et Goyle pères, ainsi que trois autres Mangemorts que Harry ne connaissait pas.
Mais à sa plus grande surprise, James Tilius et les Aurors qui étaient avec lui attaquèrent les Mangemorts.
Crabbe et Goyle pères et leur groupe n’hésitèrent pas à répliquer avec des sortilèges de mort. Mais ils étaient en nombre inférieur.
Weaking ! s’exclama Harry, pétrifiant les cinq Mangemorts en même temps.
Ils les stupéfixèrent ensuite et les enfermèrent dans une salle voisine qui était inoccupée.
Nous vous rejoignons, annonça James Tilius, nous sommes avec vous, le Département des Mangemorts a été largement endommagé, le ministère est fragilisé, il faut que l’Ordre du Phénix envoie toutes ses troupes !
Nous sommes presque tous là… répondit Harry, constatant à quel point ils étaient peu nombreux.
Tanghudaï a tenté de forcer la salle du pouvoir suprême, Voldemort est alerté, il va sûrement venir en personne, il n’y a pas de temps à perdre, pressa Tilius.
Vous voulez renverser le ministère ? s’étonna le professeur Chourave.
Peut-être…
Et Jigger ? demanda le professeur Chourave.
Il est absent, c’est le moment idéal.
Attendez, il faudrait attaquer le Magenmagot, c’est de la folie, répondit le professeur Chourave.
Libérons d’abord Maugrey et Mrs Bett, coupa Harry, c’est le plus important !
C’est par là-bas, alors ! s’exclama l’un des Aurors en montrant un escalier en colimaçon à l’extrémité de la coursive.
Harry déplia la Carte du Maraudeur pour voir où se trouvaient Hagrid et Graup. Il ne leur avait pas fallu beaucoup de temps pour arriver dans les jardins derrière l’aile sud.
Cependant, Harry remarqua que la Carte ne correspondait pas avec l’endroit où il se trouvait. C’était comme si cette partie du château avait changé depuis sa création.
Hermione trouva cela étrange et lui rappela d’aller voir Lupin en Salle du Phénix pour prendre des nouvelles du château et pour peut-être trouver une solution au problème de la Carte du Maraudeur.
Ah, Harry ! s’exclama Lupin, qui était en train de discuter dans la Salle du Phénix avec une sorcière inconnue. Je te présente Amira Stewart, une Auror qui a décidé de nous rejoindre dans l’Ordre du Phénix.
Enchantée de te rencontrer, Harry, dit-elle de sa voix suave.
Amira Stewart devait avoir à peine vingt-cinq ans, et Harry la trouvait rayonnante et sympathique. Elle avait la peau noire et des grands yeux bruns expressifs. Ses cheveux ondulés étaient longs et dépassaient sous son chapeau pointu d’un blanc parfait. Harry était certain qu’elle apporterait beaucoup à l’Ordre du Phénix.
Enchanté aussi, répondit Harry.
Vous aurez le temps de vous connaître mieux plus tard… Amira m’apportait des nouvelles de ce que préparent les Aurors et les Mangemorts pour nous repousser, elle travaille au ministère et cela doit bien sûr rester secret. Apparemment, les Aurors n’avaient pas prévu que nous réagirions si vite, et les sécurités n’ont pas été renforcées. En revanche, tous les Aurors de Poudlard sont en train d’être rapatriés au ministère, et certains sont en train d’arriver par la Forêt Interdite, il faut faire vite.
D’accord, répondit Harry, se doutant que des renforts allaient bientôt arriver. Je venais te voir parce que la Carte du Maraudeur est fausse à certains endroits…
Ah, évidemment, cela n’est pas étonnant, certaines parties du château ont été modifiées conséquemment près du ministère. Parfois la Carte s’actualise toute seule, elle détecte les mouvements du château. Mais si elle ne le fait pas, c’est que les modifications ont été importantes, et il faut la forcer un peu… Utilise la formule loca retranscriptum quand tu t’approches d’une zone où la Carte est erronée, et loca inscriptum quand tu découvres des nouvelles pièces et des nouveaux passages secrets. Normalement, elle est très complète, tu ne peux pas t’imaginer le nombre d’heures que nous avons passées à parcourir le château la nuit…
Harry se sentit un instant nostalgique. Cela lui rappelait leurs premières sorties nocturnes avec Hermione et Ron lors de leur première année. Maintenant, tout était tellement différent.
Il fut tiré de ses pensées par Tonks qui venait d’apparaître dans la Salle du Phénix par le système de Magicoconférence.
Des Mangemorts arrivent par la Forêt Interdite, dit-elle en parlant à la vitesse de l’éclair. Je fais tout sauter ! Hagrid n’est pas dans les parages ?
Non, il est au ministère avec nous, répondit Harry.
Très bien.
Harry se demandait ce que Tonks comptait faire sauter. Il transplana au ministère et déplia sa Carte du Maraudeur pour la mettre à jour. 
Quelques secondes plus tard, une explosion gigantesque fit vibrer le sol. Au loin, des milliers de feux d’artifices perçaient les nuages, teintant le ciel de neige d’une douce couleur orangée. Le sol continua de vibrer pendant une longue minute au point qu’il était difficile de tenir debout.
Finalement, tout redevint calme, et Harry chassa de ses pensées ce qui venait de se produire et se concentra à nouveau sur la Carte qui lui révélait le véritable plan de la zone où il se trouvait. Ses amis marchaient rapidement dans un long couloir qu’il avait en réalité déjà emprunté. Il s’agissait du couloir qui menait au Magenmagot.
Hagrid et Graup, eux, étaient entrés dans le bâtiment. Harry ne savait pas exactement où ils allaient, mais l’aile dans laquelle ils se trouvaient communiquait avec le bâtiment du ministère par ce qui semblait être un véritable labyrinthe de petites pièces et d’escaliers.
Il rejoignit ses amis en transplanant à l’autre bout du couloir. Il reconnut les locaux du Magenmagot, où Fudge avait été contraint à la démission, sous Imperium.
Mais l’endroit avait beaucoup changé. Le couloir était bien plus sombre que la dernière fois, et une statue en bronze trônait au centre d’une sorte de place.
Elle représentait un homme chauve aux traits creusés et au regard dur, avec une longue barbe. Sur une petite plaque, Harry put lire qu’il s’agissait de Salazar Serpentard. 
Il remarqua tout de suite le médaillon qu’il portait autour du cou. Mais il s’agissait évidemment d’un faux et non de l’original.
Un autre couloir sombre et d’où semblait venir un courant d’air glacial débouchait sur cette place, et Harry put y lire une inscription :

Allée des Ténèbres

Harry essaya de s’approcher mais l’Ordre du Phénix arriva sur la place Salazar Serpentard par le couloir du Magenmagot.
C’est par là-bas, normalement, indiqua le professeur Chourave en montrant le prolongement du couloir du Magenmagot, derrière la statue de Salazar Serpentard.
Harry avait sans cesse un œil fixé sur la Carte du Maraudeur. Ron et le professeur Tanghudaï étaient ensemble à l’autre bout de l’Allée des Ténèbres. C’était dans cette allée que se trouvait le bureau du ministre. Ils semblaient être en train de combattre plusieurs Mangemorts, mais Harry leur faisait confiance pour s’en sortir.
Hagrid et Graup étaient entrés dans le bâtiment où Harry se trouvait, mais ils étaient cinq étages en-dessous.
Est-ce que vous pouvez voir où sont Maugrey et Roselyne ? demanda le professeur Chourave en se penchant sur la Carte du Maraudeur que Harry tenait dans ses mains avec autant de précautions que si c’était un bébé.
Mais quel idiot ! s’exclama soudain Harry, qui n’avait pas pensé à chercher leurs noms. C’est ici, l’aile des pendus ?
Le professeur Chourave se pencha sur la Carte et la compara aux siennes. L’aile des pendus était en effet l’aile dans laquelle ils venaient de pénétrer.
Le problème était qu’elle était immense et tortueuse, et que des dizaines et des centaines de noms y étaient inscrits.
Qui sont tous ces gens ? demanda Harry au professeur Chourave.
Ce doit être des fantômes, je suppose, on dirait que certains passent à travers les murs, regardez !
En effet, les noms se promenaient sur la Carte du Maraudeur en traversant les murs comme s’ils n’existaient pas.
Il y a six étages, apparemment, au-dessus, c’est un grenier, et celui-ci semble être utilisé par le ministère, on dirait qu’il a été rénové récemment. Les geôles doivent se trouver quelque part en-dessous, c’est là qu’il faut chercher.
Tout le monde se pencha sur la Carte du Maraudeur. Harry était un peu mal à l’aise à l’idée que tant de gens connaissent son existence désormais, mais il était plus important de sauver Maugrey et Mrs Bett.
Ils sont là ! s’exclama Hestia Jones en montrant une zone où il y avait plus de noms inscrits qu’ailleurs.
Effectivement, les noms de Maugrey et Mrs Bett étaient inscrits, immobiles, dans ce qui semblait être deux cellules distinctes. Il y avait en revanche des dizaines de noms autour d’eux, que Harry ne connaissait pas.
On dirait que l’on ne peut y aller que par en bas… dit Hermione. Il n’y a aucun escalier pour descendre.
C’est de l’autre côté, il faut passer par un escalier qui est derrière les bureaux du ministre.
Alors il va falloir emprunter l’Allée des Ténèbres ! annonça James Tilius, terrifié à cette idée.
Qu’est-ce qu’il y a dans cette allée ? demanda Harry.
Il regarda la Carte du Maraudeur et constata que c’était l’allée qui longeait les bureaux des personnalités les plus importantes du ministère, et qui permettait de rejoindre le Département des Mangemorts.
C’est l’allée qui relie tous les Départements les plus importants, elle va de la justice magique et du Magenmagot au Département des Mangemorts. Elle passe devant les bureaux ministériels et la salle du pouvoir suprême. 
La salle du pouvoir suprême ? demanda Harry.
Oui, je n’y ai jamais mis les pieds, en fait personne n’y a jamais mis les pieds à part Jigger, on dit que c’est le bureau de Voldemort. Toute personne qui s’y introduit n’en ressort jamais vivant… On entend parfois des cris horribles qui en viennent, il a emprisonné des Moldus dans les geôles et il en assassine tous les jours.
Et il faut y entrer pour accéder aux geôles ?
Non, il faut passer devant si on passe par l’Allée des Ténèbres, mais c’est le chemin le plus rapide pour aller à l’escalier, il faut faire vite !
Allons-y ! s’exclama le professeur Chourave, reprenant les commandes des opérations.
L’Ordre du Phénix fit demi-tour et repartit en courant vers l’Allée des Ténèbres. Ils s’arrêtèrent tous naturellement devant son entrée, sur la place Salazar Serpentard. C’était comme si une force les repoussait.
On ne voyait pas bien ce qu’il y avait dans l’Allée. Il n’y avait aucune lumière et aucun son qui en sortaient. En revanche, Harry pouvait saisir des rayonnements d’une noirceur terrifiante.
Il s’y engouffra le premier et il eut l’impression qu’une magie noire des plus effrayantes l’envahissait de l’intérieur. Son corps entier fut comme pétrifié par un souffle terrible.
Dans sa tête il n’entendit plus qu’un sifflement qui lui glaçait le sang. Il ne pouvait penser à rien, et il ne se sentit même pas tomber. Les cris de ses amis se perdirent dans les ténèbres et ne parvinrent pas jusqu’à ses oreilles.
Lorsqu’il rouvrit les yeux, tout l’Ordre du Phénix était penché autour de lui, il était couché sur des dalles froides, et il reconnut derrière la statue de Salazar Serpentard.
Dieu merci il a rouvert les yeux ! s’exclama Mrs Weasley.
Harry était encore un peu assommé, et ce qui le sortit définitivement de sa torpeur fut un baiser langoureux de Ginny.
Où sommes-nous ? demanda Harry. Que s’est-il passé ?
Tout va bien, répondit le professeur Tanghudaï calmement. L’Allée des Ténèbres était protégée par un enchantement qui empêche quiconque ne possède pas la Marque des Ténèbres de passer. Vous avez été assez durement affecté, mais en Dobby et Fumseck ont coordonné leurs efforts pour vous tirer d’affaire.
Et vous aussi ! déclara Molly avec les larmes aux yeux, à l’adresse du professeur Tanghudaï. On vous remercie.
C’est tout naturel ! Mais maintenant il va falloir libérer Alastor et Roselyne, nous avons perdu un temps précieux ! J’ai trouvé un moyen de passer dans l’Allée des Ténèbres sans être affecté par les enchantements.
Harry se releva difficilement, et il s’appuya sur Ginny et Ron pour ses premiers pas.
Morsmordre ! lança le professeur Tanghudaï d’une voix flûtée qui contrastait avec le maléfice.
De la lumière verte jaillit de sa baguette et envahit l’Allée des Ténèbres, l’illuminant dans toute sa longueur. Une petite Marque des Ténèbres s’y installa, tournoyant sous les voûtes de pierre.
Harry avait déjà emprunté ce couloir à l’époque où le ministère était encore libre. Mais il était maintenant méconnaissable. Il s’agissait en fait d’une ancienne coursive qui avait longé un jardin fleuri et une fontaine, qui avait été murée.
Des arches en forme de serpents soutenaient une voûte en lourdes pierres, dont suintaient des gouttes d’eau.
Un peu plus loin, il y avait plusieurs silhouettes de personnes vêtues de capes de Mangemorts qui surveillaient le couloir, parfaitement immobiles.
Qu’est-ce… ? demanda le professeur Chourave, évitant à avancer.
A leurs pieds, il y avait de gros serpents qui se tournèrent vers eux, produisant des sifflements menaçants.
N’ayez craintes… coupa le professeur Tanghudaï en sortant sa baguette.
Il s’approcha seul, faisant signe au groupe de rester en arrière. Les cinq Mangemorts qui semblaient en fait garder une arche d’où partait un autre couloir n’avaient même pas esquissé le moindre mouvement. 
Serpentillus estomacus !
Les serpents ne semblèrent d’abord pas affectés par le maléfice de Haïo Tanghudaï. Mais après quelques secondes, ils se mirent à enfler et à s’agiter frénétiquement. 
Qu’est-ce que vous leur avez fait ? demanda Arthur Weasley.
Harry se rendit compte de la présence de Molly, Arthur, et les jumeaux, ils avaient dû les rejoindre pendant les minutes où il avait été inconscient. En tous cas, l’Ordre du Phénix semblait un peu plus nombreux grâce à leur présence, et cela avait quelque chose de rassurant.
Ce n’est pas important, répondit le professeur Tanghudaï, il y a ceux-là à neutraliser, maintenant !
En effet, les cinq Mangemorts avaient pointé leur baguette sur eux alors qu’ils s’étaient avancés. Mais ils ne semblaient pas pour autant prêts à les attaquer.
Je crois qu’ils gardent l’accès à la salle du pouvoir suprême, expliqua James Tilius. Ils ne nous feront rien si nous continuons notre chemin, je crois que l’escalier est plus loin.
Et en effet, ils purent passer sans encombre devant eux. Harry chercha à voir ce qu’il y avait derrière eux lorsqu’ils passèrent devant l’entrée de cet autre couloir, mais il était difficile de distinguer quoi que ce soit avec l’obscurité.
En tous cas, d’après la Carte du Maraudeur, ils étaient sur la bonne voix, un escalier semblait effectivement descendre vers les geôles, et ils en approchaient.
Hagrid et Graup avaient commencé à monter dans les étages, ils étaient au milieu de ce qui semblaient être tous les prisonniers et les fantômes. Il leur suffirait de monter encore deux étages pour retrouver Maugrey et Mrs Bett qui n’avaient pas bougé d’un pouce depuis tout à l’heure.
D’après la Carte du Maraudeur, le parc et le château était envahi de Mangemorts qui semblaient se diriger vers le ministère. Harry remarqua la présence de Lupin dans la Salle du Phénix, mais son nom était écrit en jaune.
Je vais voir Lupin ! s’exclama-t-il à l’adresse des ses amis de l’Ordre du Phénix. Vous pouvez continuer dans le couloir, on dirait qu’il n’y a personne !
Oui, on a fait le ménage avec Ron ! ricana le professeur Tanghudaï.
Harry transplana accompagné de Fumseck et Dobby, et retrouva Lupin qui semblait s’impatienter.
Ah Harry ! Il faut que vous vous dépêchiez, le parc est envahi de Mangemorts, ils vont rentrer dans le château et aller au ministère. Nous avons de la chance que Voldemort avait concentré toutes ses troupes avec lui dans la Forêt Interdite, mais il faut faire vite, notre diversion a été efficace dix minutes, mais ils arrivent ! Où en êtes-vous ?
On les a repérés avec la Carte du Maraudeur, on s’approche, mais ça a été dur d’avancer, Tanghudaï et Ron ont neutralisé beaucoup de Mangemorts pendant qu’on cherchait un passage…
Quand vous les aurez libérés, ne repartez pas par le château, ce serait suicidaire ! Il faut que vous empruntiez le chemin qu’a emprunté Hagrid, ou le passage secret qui mène vers l’aile Nord.
Quel passage secret ?
Arthur et Molly ont réussi à vous rejoindre ?
Oui, ils sont arrivés !
Très bien, ils saurons vous guider ! Amira est partie bloquer l’accès au ministère, puis elle fera sauter les escaliers de l’entrée pour faire perdre du temps aux Mangemorts, maintenant que je t’ai donné ces informations, je vais partir dans les cachots pour essayer de détruire le hall d’entrée. Les J.M.P. avaient bien réussi, je dois pouvoir le faire aussi.
J’y retourne, alors !
Bon courage !
Harry transplana dans la cour du ministère où il y avait une véritable tempête de neige. Il déplia à nouveau la Carte du Maraudeur pour analyser la situation.
Ses amis avaient réussi à rejoindre les escaliers, même s’ils étaient apparemment trouvé en la mauvaise compagnie d’Augustus Rookwood qui était immobile au milieu du couloir par lequel l’Ordre du Phénix était passé.
Fumseck, on ne peut pas rejoindre directement l’endroit où sont Maugrey et Mrs Bett ? demanda Harry au phénix.
Mais Fumseck répondit négativement, cela aurait été trop risqué de faire cela à l’aveuglette dans un endroit autant protégé contre le transplanage.
Ils transplanèrent alors à l’extrémité de l’Allée des Ténèbres, que Harry avait déjà visitée.
Un peu plus loin dans le couloir, Augustus Rookwood était étendu sur le sol, stupéfixé, et Harry le piétina en passant.
Il trouva sans difficulté l’escalier qui menait aux geôles et rejoignit ses amis. Le couloir où ils se trouvaient faisait froid dans le dos. Les fenêtres semblaient toutes brisaient et le froid s’y engouffrait en sifflant. Des toiles d’araignées gigantesques étaient étendues entre les poutres en bois, et certaines d’entre elles, de la taille d’une main, arpentaient le sol un peu chaotiquement au point que Ron ne savait pas où mettre les pieds.
Un peu plus bas, il y avait des champs et des serres encadrés par les hautes murailles d’une haute aile qui faisait face à celle-ci.
A l’extrémité du couloir, ils débouchèrent dans l’aile perpendiculaire et qui prolongeait, un étage en-dessous, le couloir qui longeait le Magenmagot et le Département de la justice magique.
L’aile des pendus ! annonça le professeur Chourave.
L’endroit était tout aussi glacial, il n’y avait plus aucune fenêtre et les toiles d’araignées étaient encore plus nombreuses. A cela, s’ajoutaient des milliers d’os humains déposés à même le sol, et qui craquaient quand ils marchaient dessus. Leurs paroles étaient couvertes par les sifflements terrifiants du vent, et des hurlements se faisaient entendre dans étages inférieurs.
Les fantômes semblaient avoir colonisé l’endroit, et certains d’entre eux étaient horribles. Ils avaient été mutilés de leur vivant et étaient couverts de blessures ensanglantés. L’un d’eux – cela manqua de faire vomir Harry – avait un œil qui pendait hors de son orbite.
Des petites geôles fermées par des barreaux rouillés et des murs à moitié défoncés étaient alignées de part et d’autre d’un long couloir envahi par la brume et les fantômes. 
Dans certaines d’entre elles, des Moldus étaient enfermés et semblaient soit inconscients soit trop terrifiés pour pouvoir bouger.
Il faut les libérer ! s’exclama le professeur Chourave, horrifiée.
Le professeur Tanghudaï s’en chargea, et avec un cliquetis métallique, il ouvrait toutes les portes à son passage.
C’est étonnant qu’il n’y ait pas de Détraqueurs ! s’étonna Hermione.
Tu regrettes leur présence ? ironisa Fred.
Ils sont là-bas ! annonça le professeur Tanghudaï en pointant du doigt une masse sombre.
Plusieurs Mangemorts entouraient une cellule un peu plus grande, et Harry ressentit immédiatement la présence de Détraqueurs.
Les voilà, les Détraqueurs ! s’exclama Harry. Enmageznem !
Une vague de lumière blanche dévasta l’étage et renversa les Détraqueurs et les Mangemorts dans un fracas assourdissant. Ce qui restait des fenêtres explosa et tomba dans la neige des jardins en-dessous. Une partie du sol s’effondra et des poutres en bois tombèrent de tous les côtés.
Les Détraqueurs avaient été repoussés malgré la faible intensité de l’enchantement de Harry. Les Mangemorts, eux, avaient été simplement un peu sonnés et l’Ordre du Phénix les stupéfixa rapidement.
Mrs Bett et Maugrey étaient étendus au sol, attachés par des chaînes lourdes et des liens magiques.
Ils ont été torturés, c’est horrible… se lamenta Harry en voyant une flaque de sang s’épancher dans la paille et la poussière à côté de la tête de Mrs Bett.
Emmenons-les rapidement ! Oh Hagrid !
Hagrid venait d’arriver par l’autre côté du couloir, il semblait avoir été un peu affaibli et Harry comprit que la Vague de Haas qu’il venait de produire qui en était la cause.
Désolé ! bredouilla-t-il.
Pas grave, Harry.
Où est Graup ?
Il est resté à l’étage en-dessous, il était trop grand pour monter ici. Les escaliers se sont effondrés quand il a voulu monter.
On va pouvoir sortir, au moins ? demanda le professeur Chourave.
Oui, oui, assura Hagrid.
Puis il pointa du doigt les corps allongés de Maugrey et Mrs Bett, les larmes imminentes.
Ils sont… ? 
Ils sont vivants, répondit le professeur Tanghudaï en relevant Mrs Bett qui commençait à remuer. Tout va bien se passer, Hagrid.
Lorsqu’ils virent le visage de Mrs Bett, ils poussèrent tous un hurlement. Il lui manquait un œil et de son orbite vide s’écoulait à flot du sang. Elle avait la peau lacérée et elle semblait même avoir été mordue par d’autres êtres humains.
Ahaha ! J’suis toujours… vivante !
Mais son rire ne résonna pas comme d’habitude, il était étouffé, et elle cracha trois dents et de la poussière qu’elle avait avalée.
Où est mon œil ? demanda-t-elle en cherchant dans la paille qui couvrait le sol.
Tant pis, on vous en mettra un en verre, comme Alastor, venez avec nous ! pressa le professeur Chourave.
Oui, dépêchons, les renforts arrivent ! annonça le professeur Tanghudaï en montrant les fenêtres du couloir qui menait jusqu’ici.
Harry sortit la Carte du Maraudeur une nouvelle fois et constata l’ampleur du danger, une cinquantaine d’Aurors et de Mangemorts étaient en train de courir jusqu’à eux. Pire, dans une salle circulaire qui devait être la salle du pouvoir suprême, il lut le nom de la personne que tous redoutaient :

Tom Jedusor

Chapitre précédent - Chapitre suivant

Commenter ce chapitre sur le forum