icon Vous êtes ici : Harry Potter et la Clef de la Paix -> Documentation -> Section inconnue -> Document: Boucliers de Métamorphoses

icon Derniers sorts

- Stupéfix *
- Despoussieris
- Black reveror *
* : modification récente

icon Derniers personnages

Boucliers de Métamorphoses

 ! En construction !

 Extrait des Métamorphoses de combat, de M. Orphisme, livre que l'on trouve à la Salle du Phénix.

"La matière est composée d’une matière magique et d’une matière massique qui sont liés par une interaction très forte lorsque ces deux matières sont très proches, et qui rend la matière complexe issue de leur fusion quasiment insécable. Les sortilèges sont composés de matière magique qui se propage au sein de la matière magique à l’état gazeux, parfois liquide, mais très rarement à l’état solide ou dans le vide. Dans le langage moderne, on les appelle parfois ondes dispersives lorsqu’elles se propagent dans les gaz ou les liquides, progressives lorsqu’elles se propagent dans les solides, transpersives lorsqu’elles se propagent dans le vide. Contrairement aux ondes telles que les définissent la science moldue, une onde magique se propage avec transport de matière, de matière magique. Deux ondes ne peuvent donc pas se croiser sans se perturber, il s’en créé ainsi une nouvelle ayant un effet différent et très souvent imprévisible. Il peut cependant aussi arriver que la perturbation ne change rien à un sortilège, c’est le cas si le sortilège de défense n’est pas suffisamment puissant, et que le sortilège d’attaque le détruit sans être affecté.Bien évidemment, il en va de même pour l’éventuel effet magique créé par le sortilège, la protection voulue dans notre cas, qui est constituée de matière magique fixée sur une structure élémentaire.La Magie des sortilèges présente donc certaines imprévisibilités, pour chaque sortilège de défense, le principe de Bolzano-Weierstrass dit en effet qu’il existe au moins un sortilège d’attaque capable de le briser. Par exemple, les Sortilèges Impardonnables sont suffisamment puissants pour repousser tous les boucliers utilisés de nos jours, les boucliers pouvant en théorie les repousser étant inaccessibles à cause de leur niveau.Les sortilèges qui peuvent traverser la matière massique à l’état solide sont extrêmement rares, et souvent ce ne sont pas des maléfices ou des sortilèges d’attaque pouvant causer des dégâts graves, mais des sortilèges d’ordre très théorique n’ayant pas d’effet visible, ou alors des sortilèges très avancés de Magie Blanche, ainsi que les rayonnements élémentaires.Les boucliers qui s’avèrent ainsi les plus efficaces sont les boucliers matériels, il en existe de très divers, plus ou moins efficaces.Leur efficacité n’est cependant plus du domaine de la Magie, elle ne dépend que des propriétés physiques de la matière en question. En effet, pour être efficace, le bouclier doit entièrement bloquer le sortilège, pour cela, celui-ci ne doit pas le transpercer.Il arrive en effet que au contact d’une forte dose de matière magique, arrivant à une vitesse très grande sur le solide magique, celui-ci se transforme en matière magique. On appelle cela la sublimation ou l’imaginarisation. En effet, lorsque la matière magique arrive à une vitesse suffisamment grande sur l’objet, il se crée ce que l’on appelle une auréole de métamorphisme, et l’élément chimique composant l’objet se transforme en un autre sous l’effet de l’onde magique, formant l’auréole de métamorphisme. Celle-ci se met en place après une période de flottement, infinitésimale, pendant laquelle la matière massique est à un état de plasma, qui est du point de vue du sortilège, similaire au gaz. Durant cette période, le sortilège peut traverser le solide. Cependant, la vitesse de l’onde est très ralentie à cause de l’effet inductif engendré par cet état de plasma. Lorsque la vitesse de l’onde devient suffisamment faible, celle-ci n’est plus capable de sublimer le solide, et elle est bloquée.Ainsi, le solide doit avoir une certaine épaisseur, afin d’avoir toutes les chances de bloquer le sortilège. Cependant, cela dépend de nombreux facteurs.Expérimentalement, une relation a été montrée, liant un coefficient k (en s.mol-1) qui est une constante universelle, la vitesse d’arrivée du sortilège v (en m.s-1) , la masse molaire moléculaire moyenne de l’élément chimique composant le solide M (en kg.mol-1) , le rayon du sortilège r (en m) (en le considérant comme de section circulaire), la résistance inductancique du solide (en ), un coefficient d’inductanciation magique et un coefficient d’imaginarisation propres au sortilège d’attaque que l’on détermine de manière expérimentale, notés et  (en H et en J), à l’épaisseur de solide métamorphisée d (en m). La relation est :  Les unités choisies permettent d’assurer l’homogénéité physique de la formule, cependant, certaines unités sont inadaptées à l’utilisation qui est faite de la relation précédente et l’on utilisera les conversations en sous-multiples ou multiples de ces unités. Concrètement, il n’est pas question de faire un calcul pour savoir l’épaisseur de sortilège nécessaire à stopper un sortilège, surtout que celui-ci est souvent inconnu. Il est donc plus intéressant de créer un bouclier épais quoi qu’il arrive.Les Sortilèges Impardonnables sont par exemple caractérisés par un très faible coefficient d’inductanciation (au carré au dénominateur), et par un fort coefficient d’imaginarisation (au numérateur). Ainsi, l’épaisseur nécessaire pour les stopper sera très grande.Quant à l’élément chimique à choisir pour le bouclier, l’importance ne dépend pas vraiment de sa masse molaire moléculaire, mais plutôt de sa résistance inductancique. Celle-ci est en effet au carré, au dénominateur. Ainsi, plus celle-ci sera grande, plus l’épaisseur de bouclier nécessaire sera petite.En pratique, ce sont généralement les métaux qui ont les plus grandes résistances inductanciques, mais d’autres éléments en ont aussi de très grandes (tel le carbone sous forme de diamant). Dans l’ordre, de la plus forte à la plus faible, on a ceci : diamant, or, strontium, oxygène, platine, plomb, argent, cuivre, hélium. Cependant, l’oxygène et l’hélium sont fortement déconseillés, puisque dans des conditions normales, ils sont à l’état gazeux, et que seuls des sortilèges complexes permettraient de les maintenir à l’état solide. Ce serait évidemment une démarche lourde et inutile puisque de nombreux métaux sont plus aisés à manier.  Ainsi, faire apparaître un bouclier de métal est une des solutions les plus efficaces de se défendre face à des sortilèges puissants et inconnus.Cela touche évidemment les métamorphoses, puisque celles-ci permettent de créer ces boucliers matériels, chose que les sortilèges ne peuvent faire que difficilement, puisque cela suppose la transformation inverse de la sublimation, l’apparition de matière massique, qui peut difficilement être réussie avec une simple baguette magique.

Il est donc beaucoup plus commode de transformer une matière massique déjà existante et ce quel que soit son état physique. Le plus généralement, c’est l’air devant soi qui permettra de créer le bouclier.

La matière est composée d’une matière magique et d’une matière massique qui sont liés par une interaction très forte lorsque ces deux matières sont très proches, et qui rend la matière complexe issue de leur fusion quasiment insécable. Les sortilèges sont composés de matière magique qui se propage au sein de la matière magique à l’état gazeux, parfois liquide, mais très rarement à l’état solide ou dans le vide. Dans le langage moderne, on les appelle parfois ondes dispersives lorsqu’elles se propagent dans les gaz ou les liquides, progressives lorsqu’elles se propagent dans les solides, transpersives lorsqu’elles se propagent dans le vide. Contrairement aux ondes telles que les définissent la science moldue, une onde magique se propage avec transport de matière, de matière magique. Deux ondes ne peuvent donc pas se croiser sans se perturber, il s’en créé ainsi une nouvelle ayant un effet différent et très souvent imprévisible. Il peut cependant aussi arriver que la perturbation ne change rien à un sortilège, c’est le cas si le sortilège de défense n’est pas suffisamment puissant, et que le sortilège d’attaque le détruit sans être affecté.Bien évidemment, il en va de même pour l’éventuel effet magique créé par le sortilège, la protection voulue dans notre cas, qui est constituée de matière magique fixée sur une structure élémentaire.La Magie des sortilèges présente donc certaines imprévisibilités, pour chaque sortilège de défense, le principe de Bolzano-Weierstrass dit en effet qu’il existe au moins un sortilège d’attaque capable de le briser. Par exemple, les Sortilèges Impardonnables sont suffisamment puissants pour repousser tous les boucliers utilisés de nos jours, les boucliers pouvant en théorie les repousser étant inaccessibles à cause de leur niveau.Les sortilèges qui peuvent traverser la matière massique à l’état solide sont extrêmement rares, et souvent ce ne sont pas des maléfices ou des sortilèges d’attaque pouvant causer des dégâts graves, mais des sortilèges d’ordre très théorique n’ayant pas d’effet visible, ou alors des sortilèges très avancés de Magie Blanche, ainsi que les rayonnements élémentaires.Les boucliers qui s’avèrent ainsi les plus efficaces sont les boucliers matériels, il en existe de très divers, plus ou moins efficaces.Leur efficacité n’est cependant plus du domaine de la Magie, elle ne dépend que des propriétés physiques de la matière en question. En effet, pour être efficace, le bouclier doit entièrement bloquer le sortilège, pour cela, celui-ci ne doit pas le transpercer.Il arrive en effet que au contact d’une forte dose de matière magique, arrivant à une vitesse très grande sur le solide magique, celui-ci se transforme en matière magique. On appelle cela la sublimation ou l’imaginarisation. En effet, lorsque la matière magique arrive à une vitesse suffisamment grande sur l’objet, il se crée ce que l’on appelle une auréole de métamorphisme, et l’élément chimique composant l’objet se transforme en un autre sous l’effet de l’onde magique, formant l’auréole de métamorphisme. Celle-ci se met en place après une période de flottement, infinitésimale, pendant laquelle la matière massique est à un état de plasma, qui est du point de vue du sortilège, similaire au gaz. Durant cette période, le sortilège peut traverser le solide. Cependant, la vitesse de l’onde est très ralentie à cause de l’effet inductif engendré par cet état de plasma. Lorsque la vitesse de l’onde devient suffisamment faible, celle-ci n’est plus capable de sublimer le solide, et elle est bloquée.Ainsi, le solide doit avoir une certaine épaisseur, afin d’avoir toutes les chances de bloquer le sortilège. Cependant, cela dépend de nombreux facteurs.Expérimentalement, une relation a été montrée, liant un coefficient k (en s.mol-1) qui est une constante universelle, la vitesse d’arrivée du sortilège v (en m.s-1) , la masse molaire moléculaire moyenne de l’élément chimique composant le solide M (en kg.mol-1) , le rayon du sortilège r (en m) (en le considérant comme de section circulaire), la résistance inductancique du solide (en ), un coefficient d’inductanciation magique et un coefficient d’imaginarisation propres au sortilège d’attaque que l’on détermine de manière expérimentale, notés et  (en H et en J), à l’épaisseur de solide métamorphisée d (en m). La relation est :  Les unités choisies permettent d’assurer l’homogénéité physique de la formule, cependant, certaines unités sont inadaptées à l’utilisation qui est faite de la relation précédente et l’on utilisera les conversations en sous-multiples ou multiples de ces unités. Concrètement, il n’est pas question de faire un calcul pour savoir l’épaisseur de sortilège nécessaire à stopper un sortilège, surtout que celui-ci est souvent inconnu. Il est donc plus intéressant de créer un bouclier épais quoi qu’il arrive.Les Sortilèges Impardonnables sont par exemple caractérisés par un très faible coefficient d’inductanciation (au carré au dénominateur), et par un fort coefficient d’imaginarisation (au numérateur). Ainsi, l’épaisseur nécessaire pour les stopper sera très grande.Quant à l’élément chimique à choisir pour le bouclier, l’importance ne dépend pas vraiment de sa masse molaire moléculaire, mais plutôt de sa résistance inductancique. Celle-ci est en effet au carré, au dénominateur. Ainsi, plus celle-ci sera grande, plus l’épaisseur de bouclier nécessaire sera petite.En pratique, ce sont généralement les métaux qui ont les plus grandes résistances inductanciques, mais d’autres éléments en ont aussi de très grandes (tel le carbone sous forme de diamant). Dans l’ordre, de la plus forte à la plus faible, on a ceci : diamant, or, strontium, oxygène, platine, plomb, argent, cuivre, hélium. Cependant, l’oxygène et l’hélium sont fortement déconseillés, puisque dans des conditions normales, ils sont à l’état gazeux, et que seuls des sortilèges complexes permettraient de les maintenir à l’état solide. Ce serait évidemment une démarche lourde et inutile puisque de nombreux métaux sont plus aisés à manier.  Ainsi, faire apparaître un bouclier de métal est une des solutions les plus efficaces de se défendre face à des sortilèges puissants et inconnus.Cela touche évidemment les métamorphoses, puisque celles-ci permettent de créer ces boucliers matériels, chose que les sortilèges ne peuvent faire que difficilement, puisque cela suppose la transformation inverse de la sublimation, l’apparition de matière massique, qui peut difficilement être réussie avec une simple baguette magique.

Il est donc beaucoup plus commode de transformer une matière massique déjà existante et ce quel que soit son état physique. Le plus généralement, c’est l’air devant soi qui permettra de créer le bouclier."