icon Vous êtes ici : Harry Potter et la Clef de la Paix -> Chapitres -> Chapitre 13: Des Nouvelles De Pétunia

icon Derniers sorts

- Stupéfix *
- Despoussieris
- Black reveror *
* : modification récente

icon Derniers personnages

Chapitre 013 : Des Nouvelles De Pétunia

Imprimer Version imprimable     Document Word Document Word     Document PDF Document PDF

            Le matin suivant, Harry, Ron et Hermione étaient abattus, c’était comme si eux aussi, comme le cerf, avaient eu leur âme complètement détruite. Le matin, aucun d’eux ne parla et personne ne comprenait leur attitude.

Mrs Weaslay les avait supplié de leur dire ce qui n’allait pas mais ils se contentaient de répondre qu’ils n’avaient pas envie de parler. Harry voulait voir Dumbledore, lui demander ce qu’il en pensait, mais ce n’était malheureusement plus possible.

Il dit alors qu’il fallait qu’il retourne chez sa tante pour chercher quelque chose, ce qui était un prétexte pour aller chez Abelforth. Ron et Hermione avaient dit qu’ils voulaient l’accompagner et Mrs Weaslay avait fait jurer à Ron d’être sage, elle avait cependant confiance en Harry et Hermione ce qui aurait agacé Ron en temps normal, mais il n’avait pas du tout la tête à ça.

Ils arrivèrent chez Abelforth et celui-ci les fit entrer.

-    Que faire ? demanda Harry, ne sachant pas trop par où commencer.

-    Nous ne pouvons qu’attendre pour le moment, se lamenta Abelforth, nous devons savoir les intentions de Regulus Black. J’ai prévenu Severus, il nous dira si Black a cherché ou pas à contacter Voldemort.

-    Il n’aurait pas intérêt à cela, sinon Voldemort essaierai de le tuer, il ne sait pas qu’il a fait des Horcruxes, dit Harry.

-    Peut-être qu’il le sait. S’il voit revenir Black alors qu’il est certain de l’avoir tué, il se doutera forcément de quelque chose, dit Hermione.

-    Combien de temps cela peut-il lui prendre, de retrouver son corps ? demanda Harry.

-    Ca dépend, si il a les ingrédients que tu connais pour l’avoir déjà vu faire, tu sais que cela peut prendre très peu de temps, répondit Abelforth.

-    AAHHH !!! s’exclama Harry ce qui fit sursauter Hermione. Elle heurta Ron qui était assis à côté d’elle en reculant et Abelforth regarda Harry d’un air bizarre. Harry avait maintenant un sourire sur son visage.

-    Qu’y a-t-il ? demanda Abelforth.

-    Je sais comment l’en empêcher… si l’on arrive à l’empêcher de trouver des restes de son père, on peut l’empêcher de retrouver son corps !

-    Ah oui, c’est logique, dit Abelforth et un sourire apparut sur son visage à lui aussi. C’est vrai, on ne pourra jamais l’empêcher de trouver la chair d’un serviteur puisque ce serviteur doit être avec lui, ni de trouver le sang d’un ennemi car il doit y en avoir beaucoup.

-    Et qui est son père ? demanda Ron.

-    C’était aussi le père de Sirius, nous devons retourner voir au 12, square Grimmaurd, sur l’arbre généalogique des Black, dit Harry.

-    Allons-y dès maintenant, proposa Abelforth.

C’est ce qu’ils firent immédiatement. Ils transplanèrent jusque là-bas et entrèrent dans la vieille maison de la famille Black. Il pensa fort au 12, square Grimmaurd, et la porte apparut. D’un coup de baguette magique il l’ouvrit et ils entrèrent.

Harry alla rapidement vers la tapisserie qui montrait l’arbre généalogique de la famille des Black. Le père de Sirius s’appelait Orion Black, on y voyait les dates de naissance et de mort.

-    Il est mort en 1979, dit Harry. Il faut absolument savoir où il a été enterré !

-    Dans la Gazette, certainement ça doit être marqué ! s’exclama Hermione.

-    Mais ça va être difficile, ça ne fera pas les gros titres, dit Harry.

-    Peut-être que si l’on demandait au Ministère ça serait plus rapide, ils doivent connaître sa date de mort.

-    Ca ferait louche, remarque Ron.

-    Oui mais Scrimgeour peut bien nous dire ça, dit Hermione.

-    Oui, mais il faudra bien faire attention de ne rien lui révéler, dit Abelforth gravement, il ne faut pas que le Ministère sache pour le moment qu’il pourrait être revenu, on a déjà assez de problèmes avec les Horcruxes comme ça et il ne faudra pas que le fait que l’on puisse être immortel se répande.

 

Le fait de savoir qu’ils auraient un moyen de lutter contre le retour de Regulus Black était un soulagement pour tous, mais ils ne devaient pas perdre de temps, c’est pourquoi, à peine rentrés au Terrier, ils se rendirent au Ministère de la Magie.

Ils étaient arrivés dans le bureau de Kingsley qui travaillait avec des papiers. Ils lui expliquèrent qu’ils avaient besoin d’un renseignement et il les laissa libres de faire ce qu’ils voulaient.

Ils descendirent donc au niveau huit, où se trouvait le Département de la Justice Magique. Le couloir n’avait pas changé, et, contrairement aux autres niveaux du Ministère, il était beaucoup plus classique.

Dans le long couloir, il y avait un bureau de renseignements avec une sorcière que Harry trouva très belle, elle avait de jolis yeux bleus d’une couleur éclatante et des cheveux blonds parfaitement lissés. Harry trouvait son parfum merveilleux et il resta bloqué à la regarder. Ce fut Hermione qui lui tapa sur l’épaule pour le sortir de son admiration. Enfin, il se rappela qu’il aimait Ginny et il essaya de ne plus faire attention à la sorcière qui lui adressa un sourire très charmant.

-    Nous voudrions avoir des renseignements à propos de la date de mort de quelqu’un, lui dit Harry très maladroitement sans articuler mais la sorcière (nom qui lui allait très mal) avait quand même compris. Il aurait préféré lui demander autre chose que cela et il avait visiblement du mal à s’efforcer de penser à autre chose.

-    Oui, bien sûr, jeune homme dit-elle, on vous dira ce que vous souhaitez au bureau des Décès, salle 85, troisième porte sur votre gauche. Elle lui adressa un sourire et Harry se sentait rougir. Il ne fut d’ailleurs pas capable de dire merci et Hermione s’en chargea à sa place.

-    Merci bien, dit-il d’un ton ferme et très cassant. Elle tira Harry par le bras et lui mit une petite gifle pour le rappeler à la raison.

-    Ohoho ! bredouilla Harry en avançant dans le couloir, tiré par Hermione.

-    Ron, fais quelque chose enfin. Elle se retourna pour regarder Ron, il s’était stoppé au milieu du couloir à un mètre derrière eux et était planté là au milieu, bouche bée, incapable de prononcer un mot. Bien, puisque c’est comme ça, dit Hermione… Et elle sortit sa baguette. Rationem ritornam, dit-elle d’un ton ferme en lançant le sortilège sur Ron. Rationem ritornam, dit-elle à nouveau en pointant sa baguette sur Harry cette fois. Tous les deux redevinrent tout à coup normaux.

-    Hermione ! s’exclama Ron.

-    Quoi, je vous rappelle que nous sommes pressés, on n’a pas que ça à faire que de s’arrêter pour draguer les jolies filles, dit-elle très irritée.

-    C’est parce que tu es jalouse ! dit Ron. Mais Hermione avançait et était maintenant devant la porte du bureau 85. Harry s’en voulait de s’être laissé emporter par rapport à Ginny. Mais Hermione avait déjà frappé à la porte sur laquelle étaient inscrits en lettres dorées « Bureau des Décès ».

-    Bonjour, dit Hermione, nous voudrions avoir la date précise de la mort de quelqu’un, est-ce possible ?

-    Oui, bien sûr, répondit le sorcier qui était assis à son bureau et qui écrivait quelque chose. Le nom de la personne s’il vous plaît ?

-    Orion Black. Le sorcier se leva et ouvrit des tiroirs qui contenaient un parchemin par sorcier en fonction du nom de famille. Il ouvrit le tiroir sur lequel était inscrit un « B », et commença à fouiller tous les parchemins un à un. Il le trouva enfin.

-    Le 24 septembre 1979, dit-il en rangeant le parchemin. Il vous fallait autre chose ?

-    Non merci, dit Hermione. Euh oui, pardon, sauriez-vous si il y a ici des archives de la Gazette du Sorcier ?

-    A moins que vous puissiez nous dire où est enterré Orion Black, dit Harry d’une manière un peu raide.

-    Oui, je peux vous dire cela. Pour ce qui est de la Gazette, c’est au Département de l’Information, premier étage. Deux minutes pour Mr Black… Il rouvrit le tiroir et ressortit le parchemin d’Orion Black.

-    Ne pourriez-vous pas nous donner une copie ? demanda Hermione.

-    Oui, c’est possible. Il prit un parchemin vierge ainsi qu’une plume magique dans un tiroir de son bureau. Rescriptum, dit-il, sa baguette pointée sur la plume qui se mit toute seule à recopier le parchemin à une vitesse folle. Voilà, dit-il finalement en lui tendant le parchemin.

-    Merci bien, dit Hermione, en reprenant le parchemin. Ils ressortirent dans le couloir et elle prit soin de se mettre du côté de la sorcière d’accueil lorsqu’ils passèrent devant pour éviter tout contact visuel entre Harry et Ron, et elle. Au revoir, dit-elle fermement, et en passant tellement vite que la sorcière n’avait pas eu le temps de répondre.

Ils retournèrent immédiatement au Terrier et lorsqu’ils furent seuls dans la chambre de Harry et Ron, ils lurent le parchemin.

 

Mr Orion, Sirius, Black.

Né le 03 mai 1929 à Londres, 12, square Grimmaurd.

Père : Mr Arcturus, Phineas, Black.

Mère : Mrs Melania, Dorine, MacMillan.

Décédé le 24 septembre 1979 à Londres, 12, square Grimmaurd.

Cause : mort naturelle.

Décès constaté par : Walburga, Irma, Black.

Obsèques le 27 septembre 1979 au cimetière de Hawridge.

 

-    Où est Hawridge ? demanda Harry.

-    Près de Londres, certainement, toute la famille Black y a toujours vécu, dit Hermione.

Elle chercha dans un atlas que Mrs Weasley lui avait prêté. Hermione avait du demandé l’atlas pour, selon elle, essayer de localiser Poudlard, même si cela paraissait complètement stupide car elle savait pertinemment que Poudlard ne se trouvait sur aucune carte. Mais Mrs Weasley se doutait qu’ils préparaient quelque chose à leur attitude très bizarre depuis ces derniers jours.

Ils avaient ainsi pu constater que Hawridge était une ville située au Nord de Londres. Et immédiatement après avoir vu la carte, ils se rendirent à nouveau au Ministère de la Magie car ils seraient ainsi très près de Hawridge. Kingsley était toujours dans son bureau, mais, étant débordé de travail, il les laissa passer sans même leur demander une seconde la raison de leurs passages successifs. Ainsi, ils eurent l’occasion d’utiliser la cabine téléphonique pour se retrouver dans la rue devant le Ministère de la Magie.

Ils pouvaient se rendre à Hawridge par le métro dont Harry connaissait le fonctionnement. Il avait prévu de prendre de la monnaie moldue avec lui pour payer les billets. Ils se rendirent à la station de métro la plus proche et une moldue les renseigna sur la ligne à prendre.

Ainsi, au bout d’une demi-heure, ils s’étaient approchés de la ville de Hawridge. Hermione et Ron n’avaient jamais pris le métro et ils regardaient avec curiosité les gens autour d’eux. On voyait qu’ils étaient mal à l’aise. De toute évidence, ils préféraient transplaner que d’avoir à prendre le métro mais ils ne connaissaient pas l’endroit où ils voulaient aller et il y avait trop de risque de rater son transplanage. Ainsi, Ron avait dit qu’il préférait prendre le métro plutôt que de risquer d’être désartibulé, ce que l’on risquait selon Hermione si l’on ne transplanait pas en respectant le Code du Transplanage.

Une fois plus proches, ils purent sans risque aller à la ville de Hawridge dont le cimetière pour sorciers était situé un peu à l’écart.

Le cimetière paraissait vieux et un peu abandonné, il y a avait un sorcier qui en était le gardien et qui vivait dans une vieille maison mais ils se contenta de les laisser passer, un peu surpris de voir des jeunes dans un cimetière. Ils parcoururent les allées et trouvèrent enfin la tombe de Orion Black. Il fallait se débrouiller pour que jamais plus Regulus ne puissent les trouver.

-    Nous devrions le déterrer et ensuite nous l’enterrerons ailleurs, même s’il était un peu trop près des Mangemorts, il a droit à une sépulture, dit Hermione.

-    Bien, et comment le déterrer ? demanda Ron.

-    Par un sortilège d’attraction ? non ? demanda Harry.

-    Oui, je pense, répondit Hermione.

-    Accio ossements d’Orion Black, dit Harry en prenant soin de bien articuler. On entendit un grondement sourd et un squelette entier sortit de la tombe en laissant des trous dans la pierre tombale qui se brisa en plusieurs morceaux.

-    Oups, dit Ron. Il se retourna pour vérifier que le sorcier n’avait pas entendu le bruit.

-    Reparo, dit Hermione, sa baguette pointée sur la tombe. Aussitôt, la pierre tombale se répara et plus rien n’aurait laissé voir que les os avaient disparu.

-    C’est dégoûtant, dit Harry. En effet, il avait devant lui le squelette d’Orion Black et cela le répugnait. Comment va-t-on le transporter ?

-    Reducto, dit Hermione, et les os se rétrécirent de manière à ce que la longueur totale du squelette soit diminuée de plus de moitié. Hermione sortit enfin un sac poubelle dans lequel elle plaça les os en les faisant léviter avec sa baguette.

-    Allons-nous en, dit Harry.

-    Où va-t-on mettre les os ? demanda Ron.

-    Il faut les mettre quelque part où personne ne pourra jamais les trouver, dit Hermione. Accrochez-vous à moi, je sais où aller.

Hermione transplana avec Harry et Ron accrochés à elle, ainsi que le sac contenant les os. Ils arrivèrent au beau milieu d’une forêt.

-    Où sommes-nous ? demanda Ron.

-    En France, près de chez moi, dans une forêt que personne ne visite jamais.

Hermione redonna aux os leur taille normale et creusa un trou rapidement avec sa baguette magique. Elle y fit léviter le corps qu’elle posa délicatement. Enfin, elle y replaça la terre et fit pousser des plantes de manière à ce qu’on ne voie plus rien.

Ils rentrèrent rapidement au Terrier où Mrs Weasley les attendait avec impatience, leur demandant ce qu’ils étaient allés faire là-bas et pourquoi ils étaient restés tant de temps. Hermione avait judicieusement réfléchi à la question et avait annoncé qu’ils devaient absolument prendre faire une recherche dans les livres de Dumbledore à la Salle du Phénix. L’excuse avait bien fonctionné mais Mrs Weasley leur avait demandé désormais de la prévenir avant de l’endroit où ils allaient. Cela leur compliquerait la tâche car il était évident que c’était pour venir les surveiller.

Harry envoya une lettre à Abelforth pour lui expliquer qu’ils n’avaient plus rien à craindre pour le moment avec Regulus Black.

C’était un grand soulagement pour eux mais l’idée d’avoir déterré un mort les choquait beaucoup aussi. Sur le moment, ils avaient d’abord pensé à l’urgence pour sauver la communauté magique mais il était clair que la façon employée était plutôt particulière.

Harry annonça qu’il devait encore retourner chercher des affaires chez les Dursley et c’était vrai cette fois-ci. Il voulait en effet vérifier certaines choses pour pouvoir être sûr de ne plus avoir à y retourner de sa vie. Il voulait également vérifier que la tante Pétunia n’avait pas de Marque des Ténèbres gravée dans son bras gauche.

Il y alla en transplanant et se retrouva devant la porte des Dursley où tout semblait calme à cette heure-là. Il frappa à la porte et l’oncle Vernon vint lui ouvrir. Il recula de près d’un mètre lorsqu’il le vit.

-    Encore toi, sale vermine, que viens tu faire ici encore ? Tu ne crois pas que tu as causé assez de dégâts comme ça ?

-    Je viens chercher mes affaires, dit Harry sur un ton qui montrait qu’il n’avait pas non plus lui envie de venir ici.

-    Eh bien dépêche toi et que je ne te revoie plus jamais.

-    Où est la tante Pétunia ? demanda Harry lorsqu’il vit qu’elle n’était pas dans la cuisine. Dudley, lui, était assis devant la télé dans le salon, et il avait sursauté en voyant Harry rentré.

-    Elle a disparu à cause de toi !! cria l’oncle Vernon. TU COMPRENDS, DISPARU !! DISPARU !!! Il entra dans une colère qui était inhabituelle, il semblait en effet à deux doigts de pleurer. Harry ressentit la même sensation que s’il venait de heurter un poteau en marchant dans la rue.

-    QUOI ! s’exclama-t-il aussi fort que l’oncle Vernon.

-    Elle a disparu je te dis… depuis le soir où tu es parti… Elle a dit qu’elle allait faire des courses… et… et puis le soir elle est rentrée avec une baguette… Et puis… elle a dit qu’elle avait des choses importantes à faire, qu’elle reviendrai plus tard pour faire je ne sais pas quoi…

-    AVEC UNE BAGUETTE !! hurla Harry. ET TU L’AS LAISSEE FAIRE !!!

-    C’EST ENTIEREMENT DE TA FAUTE ! hurla à son tour l’oncle Vernon, SI TU N’ETAIS PAS VENU NOUS EMMERDER, ELLE NE SERAIT PAS DEVENUE UNE SALE SORCIERE COMME TOI ET TES SALES PARENTS ! ET ON AURAIT PU VIVRE HEUREUX AVEC NOTRE FILS !!

Harry courut dans sa chambre pour vérifier prendre quelques affaires qu’il avait laissées. Il souleva son matelas pour voir s’il n’avait rien laissé, regarda dans l’armoire et y prit quelques livres de classe qu’il avait laissé là. Mais c’est tout ce qu’il y avait dans sa chambre qui avait toujours été quasiment vide.

Il redescendit l’escalier. L’oncle Vernon était toujours en train de hurler.

-    ET MAINTENANT JE VAIS PARTIR AVEC DUDLEY LOIN DE VOTRE MONDE DE MERDE !!! ET NE T’AVISE PAS DE SUIVRE, JE NE VEUX PLUS TE VOIR, NI PETUNIA !!!

-    Tu ferais mieux de partir très loin pour votre survie, lui dit Harry très calmement.

-    J’ESPERE QUE CE N’EST PAS UNE MENACE !! hurla à nouveau l’oncle Vernon en brisant un vase par terre. Dudley était terrifié au milieu de ce vacarme.

-    Non, c’est un conseil, lui dit Harry très sérieusement. Pétunia va devenir très dangereuse, et si jamais tu ne veux plus rien risquer, va-t-en avec Dudley, immédiatement, très loin d’ici, je te laisserai, je ne dirais rien, mais va-t-en, et vite, c’est un conseil ! lui dit Harry toujours d’un air grave. Mais moi je m’en vais et je ne remettrai plus jamais les pieds ici ! Adieu ! Et Harry s’en alla, il sortit et s’en alla pour transplaner mais tous les voisins étaient sortis et ils ne pouvaient pas. L’oncle Vernon le regardait incrédule partir en courant.

-    ALLEZ VOIR AILLEURS SI J’Y SUIS, BANDE D’AHURIS !! hurla-t-il à l’adresse des voisins qui étaient tous à leur porte. Une fois éloigné, Harry retourna au Terrier en transplanant, ses pires craintes s’étaient révélées exactes.

A la tête qu’il faisait, Ron et Hermione n’osèrent même pas lui demander ce qui s’était passé. C’est Harry qui leur annonça.

-    Ma tante est partie, elle s’est procurée une baguette, et elle a disparu depuis le soir où je suis parti. Elle a dit qu’elle avait des choses à faire selon mon oncle.

-    Et tu penses… commença Hermione.

-    J’en suis certain, lui dit Harry, la Marque des Ténèbres, c’était un signe, nous aurions dû lui modifier la mémoire ce jour-là, lui faire tout oublier…

-    Et ton oncle ?

-    Il est toujours là, avec Dudley, mais je lui ai dit de partir loin d’ici et de ne jamais revenir.

            Harry ne voulait pas trop penser à ça ce soir. Après tout, c’était un Mangemort de plus, et il pensait qu’elle aurait peu de pouvoir. Mais elle savait beaucoup de choses. Si Dumbledore avait su que celle qui avait assuré sa protection par les liens du sang maintenant allait finir au service de Voldemort…

            Le soir, il se coucha avec beaucoup trop de pensées dans sa tête et il savait qu’il aurait dû essayer de se vider l’esprit de tout ça avant de s’endormir.

            Il était au milieu d’une forêt sombre et il attendait quelque chose. Soudain, autour de lui, des silhouettes sombres portant une longue cape noire avec une cagoule apparurent tout autour de lui et s’approchèrent, se disposant en cercle.

            Il y avait à côté de lui une femme grande et mince qui était elle aussi vêtue d’une longue cape et dont le visage était à l’ombre de sa cagoule. La femme ne bougeait pas et regardait les personnes qui arrivaient.

-    Mangemorts, mes chers Mangemorts, dit-il de sa voix qui était aigue et glaciale. Cette voix il la détestait mais il n’y pouvait rien, c’était la sienne. J’ai du nouveau pour vous, figurez-vous que nous avons parmi nous un nouveau membre, ou plutôt une nouvelle membre qui a gentiment accepté de se joindre à nous, n’est-ce pas Pétunia ? Et il éclata d’un rire suraigu et toujours aussi glacial. Vous, Mangemorts qui m’avaient tant déçu ces derniers temps… sachez que j’ai avec moi la très chère tante de Harry Potter. Il faut dire que c’est une Sang-de-Bourbe ! Et il cracha par terre. Mais qu’importe, l’important est quelle soit avec nous. Mais nous devons être sûrs qu’elle soit vraiment avec nous. Nous allons donc nous lier avec elle sous la Marque des Ténèbres…

Il sortit sa baguette et prit le bras gauche de Pétunia. Il lui releva la manche laissant apparaître son avant-bras.

-    MORSMORDRE ! cria-t-il, en éclatant de rire.

Un jet de lumière verte jaillit de sa baguette et toucha le bras de Pétunia qui se mit à hurler de douleur. Des rayons de lumière partirent en direction du ciel et tous les alentours étaient éclairés par cette source intense de lumière alors que  Pétunia hurlait toujours. Son bras était secoué de tremblements comme si un gros vers bougeait sous sa peau. Enfin le sortilège s’arrêta et sur son bras apparaissait la Marque des Ténèbres encore rouge, comme si elle était chauffée à blanc.

La tante Pétunia s’effondra, ne pouvant se toucher le bras à cause de la douleur.

Il fit ensuite apparaître une Marque des Ténèbres devant lui, et tous les Mangemorts se tordirent de douleur au niveau de leur bras gauche.

-    Vois-tu, Pétunia, lorsque tu sentiras la Marque des Ténèbres te brûler, c’est qu’il faut que tu viennes me voir… Mes Mangemorts vont se charger de t’apprendre quelques sortilèges élémentaires… Comment dois-tu m’appeler ? demanda-t-il soudain en se retournant brusquement vers elle.

-    Je… je ne sais pas… balbutia Pétunia.

-    Endoloris ! dit Voldemort, d’un rire cruel en jetant le sortilège sur Pétunia qui roula au sol, se tordant de douleur, ses yeux roulant dans leurs orbites, sa peau blafarde. Lorsqu’il arrêta le sortilège, elle était agitée de tremblements incontrôlables. Tu devras m’appeler Maître ! Moi, le Seigneur des Ténèbres que désormais tout le monde craint, moi, Voldemort ! et il éclata à nouveau de rire.

-    Oui, Maître… dit Pétunia.

-    Mais, à force tu vas prendre des habitudes, dit-il en riant… Tu n’auras qu’à regarder comment font mes imbéciles de Mangemorts… Bien sûr, je te corrigerai lorsque tu ne feras pas ton travail correctement.

-    Bien sûr, Maître…

-    Alors, Pétunia, quel va être ton travail… ? dit-il en réfléchissant, et en caressant sa baguette avec son doigt. Tout le long, était incrusté un serpent d’une couleur verdoyante, qui s’enroulait autour d’elle. Il avait sa langue fourchue qui terminait la baguette.

-    Ce… ce que vous voudrez, Maître…

-    Je vois que tu prends rapidement des bonnes habitudes, Pétunia, mais ta mission sera particulière. J’avoue que je te demande beaucoup pour ta première mission… Pétunia, je veux que tu tues… Harry Potter…

-    NOOOOOOOOOON !! hurla Harry qui s’était réveillé en sursaut.

-    Harry ? disait Ron qui était penché sur lui. Il ne voulait pas ouvrir les yeux, la douleur à sa cicatrice était encore intense, et ça faisait longtemps qu’il n’avait plus ressenti une telle douleur. Il avait plaqué ses mains sur son front et remuait tellement dans son lit qu’il tomba par terre.

-    Que se passe-t-il ? demanda Mrs Weasley qui venait d’entrer. Elle vit Harry par terre qui se tortillait.

-    Il est tombé du lit, dit Ron.

-    C’est vrai Harry ? Non ce n’est pas vrai, c’est bien plus grave que cela. Pourquoi es-tu en sueur comme cela ? Mais Harry était terrifié, et la douleur à sa cicatrice était toujours forte car il savait que Voldemort était très heureux en ce moment.

-    Harry ? demanda Hermione qui venait d’entrer à son tour. Elle se précipita pour le regarder et vit qu’il tenait la main sur sa cicatrice. As-tu fait un cauchemar ? Harry acquiesça lentement de la tête. Petit à petit, il se releva et finit par s’asseoir sur le lit.

-    Harry, qu’as-tu vu ? demanda Mrs Weasley.

-    Ce… ce n’est rien…

-    Harry, dis-le, ça peut être important, dit Mrs Weasley en lui adressant un sourire maternel.

-    C’est juste, j’ai fait un mauvais cauchemar, mes parents revivaient mais étaient condamnés à être torturés par Voldemort, alors je voulais les secourir avec Ron et Hermione et les avait tués tous les deux… Mrs Weasley était terrifiée et regardait Harry avec un air effaré.

-    Mais, Harry, si c’était vrai ?

-    Non, ce n’est pas vrai, dit-il. C’était un vrai cauchemar, pas comme ceux qui annonçaient quelque chose comme avant, de toute façon mes parents sont morts. Et puis Dumbledore a dit que je ne pouvais plus faire ce genre de rêves… Tout va bien, dit-il finalement en tentant un sourire qu’il n’arriva pas à faire et qui se termina en grimace. Il avait dit tout cela de manière très saccadée, la respiration encore difficile, comme s’il venait de courir.

-    Tu es sûr que ça va ?

-    Oui, Mrs Weasley, ça va mieux, j’ai juste eu peur, dit Harry.

-    Bien, on va te laisser dormir alors. Appelle-moi si tu as besoin de quoi que ce soit, Harry.

Lorsqu’ils ne furent plus que lui, Ron et Hermione, il leur raconta son rêve. Contrairement à ce qu’il avait dit à Mrs Weasley, il savait que ce rêve était réel, car il n’aurait pas senti une telle douleur à sa cicatrice…

Hermione et Ron étaient effarés, et Harry ressentait toujours des picotements le long de sa cicatrice. Il était sûr que sa cicatrice lui était encore douloureuse, mais par rapport à ce qu’il avait ressenti avant, il ne sentait pas cette douleur.

Que se passait-il s’il recommençait à faire ces cauchemars ? Il devenait urgent pour lui de prendre des cours d’occlumancie à nouveau. Mais cette fois, il se devait de travailler cela sérieusement, il ne voulait pas risquer que Voldemort l’utilise.

Pourtant, Dumbledore avait dit que Voldemort avait lui-même recours à l’occlumancie, car il pensait qu’il était dangereux pour lui de pénétrer dans les pensées de Harry. Peut-être qu’il avait décidé de changer de stratégie. Il était de plus certain que cela était vrai, car sa tante avait vraiment disparu.

Le matin, il essaya de paraître le plus normal possible. Ce nouveau rêve lui avait procuré une excuse pour aller chez Abelforth.

-    Mrs Weasley, il faut que je reprenne des cours d’occlumancie.

-    D’occlumancie, mais tu as dit que ton rêve n’était pas important…

-    On ne sait jamais, celui-ci n’était pas important, mais je préfère m’assurer dans ce que je fais, vous comprenez ?

-    Oui, bien sûr, répondit-elle, mais qui peut te donner des cours d’occlumancie, Harry ?

-    Je connais quelqu’un qui peut me donner ces cours, dit Harry, c’est une vieille amie de Dumbledore chez qui il m’avait déjà amené, dit Harry, se rappelant que Dumbledore lui avait dit de ne jamais révéler qu’il travaillait avec son frère.

-    Mais d’abord, Harry, un hibou a déposé une lettre pour toi, regarde. Et elle lui tendit la lettre.

-    Une lettre ? s’étonna Harry. Il la prit et remonta dans sa chambre.

C’était une lettre de Rogue.

 

AD2,

 

J’ai appris hier soir que votre tante est passée du mauvais côté, devant moi d’ailleurs, il lui a donné pour mission de vous tuer, faites très attention et ne lui faites pas confiance, nous nous verrons bientôt de toute façon.

AD4.

 

Ils ne perdirent pas de temps pour aller chez Abelforth. Cette lettre lui confirmait son rêve, il fallait agir de toute urgence.

            Une fois arrivés chez lui, ils lui racontèrent tout ce qu’ils avaient fait depuis la veille, ce qu’ils avaient fait des os de Orion Black jusqu’au cauchemar et à la lettre de Rogue. Abelforth avait d’ailleurs pensé qu’il était judicieux qu’il vienne et il lui avait envoyé un message par un faux Gallion. Rogue était arrivé très rapidement. Ron n’était pas vraiment content de le voir mais Hermione lui avait lancé un regard pour lui dire que maintenant ils devaient faire comme si ils étaient alliés et oublier leurs querelles.

            Ils racontèrent à nouveau à Rogue la situation car lui n’était pas au courant à propos de Regulus Black. Il était franchement étonné de tout ça car Voldemort n’avait jamais parlé de Regulus Black depuis bien longtemps. Pour une fois, il les avait félicité pour leurs déductions. Mais le problème n’était pas celui-là pour l’instant.

-    Le Seigneur des Ténèbres lui a donné pour mission de vous tuer, Potter, vous devez être prudent. J’espère que votre tante ne savait rien sur vous ?

-    Non, elle ne savait rien, elle n’est sorcière que depuis quelques jours et donc je ne lui ai jamais rien dit.

-    Heureusement. Mais sachez que le Seigneur des Ténèbres la forme actuellement à un entraînement intensif. Mais elle semble avoir acquis tous ses pouvoirs rapidement. C’est très étonnant. En quelques minutes, elle savait transplaner…

-    Lorsque des moldus deviennent sorciers à l’âge adulte, dit gravement Abelforth, il se produit des phénomènes très bizarres, mais c’est rarement bon, acquérir des pouvoirs trop rapidement est mauvais, le sorcier risque de tourner très mal, et c’est malheureusement le cas ici.

-    Oui, je crains que en quelques jours elle ait déjà des pouvoirs aussi élevés que les autres Mangemorts… Il y a autre chose d’important, Potter, votre oncle et votre cousin, ils encourent un grave danger. Vous devez absolument leur dire de déménager et de partir… Elle a clairement dit qu’elle les tuerait s’ils refusaient d’entrer au service du Seigneur des Ténèbres, alors qu’ils ne peuvent rien y faire puisqu’ils n’ont aucun pouvoir magique.

-    C’est déjà fait, dit Harry d’un air grave. Je leur ai dit, j’espère qu’ils le feront rapidement...

-    Il faudra donc faire attention avec elle, elle cherchera à te tuer dès qu’elle te verra Harry, tu ne dois pas te laisser avoir parce que c’est ta tante…

-    Ne vous inquiétez pas je la connais très bien et même si elle n’était pas Mangemort je ferais quand même attention à elle. Si je la vois je la capturerais et il faudra qu’elle finisse à Azkaban pour lui faire regretter ce qu’elle vient de faire, déclara Harry d’un ton ferme.

-    Potter, vous m’entendez, vous ne devez pas encore prévenir le Ministère, personne n’est censé savoir qu’elle est devenue Mangemort. A ce qu’il paraît, le Ministère ne sait même pas qu’elle est une sorcière, elle n’a pas répondu à la lettre, je crois ?

-    Oui, c’est cela, répondit Harry.

-    Bien sûr, vous l’avez rêvé mais le Seigneur des Ténèbres ne le sait pas et il vaudrait mieux qu’il ne l’apprenne pas, il avait oublié de fermer son esprit certainement ce soir là comme il le fait depuis longtemps maintenant. Et sa joie était tellement immense d’avoir enfin un peu plus de chance, ce qu’il n’avait pas eu les temps derniers, que ses émotions vous sont arrivées directement.

-    Dois-je prendre des leçons d’occlumancie à nouveau ? demanda Harry, espérant que Abelforth se proposerait.

-    Oui, il le faudrait, mais je pense que si vous y mettiez un peu de volonté, cela pourrait ne pas servir à rien, dit-il d’un ton glacial.

-    Je pourrais te donner des leçons, Harry, dit Abelforth, c’est ce que Albus m’avait demandé de faire au cas où tu ferais à nouveau ces cauchemars.

-    Très bien, dit Rogue, un sourire mauvais sur ses lèvres. J’aurais préféré ne pas avoir à faire ça.

-    Severus, vous deviez donner des cours de Magie Noire à Harry, quand cela est-il possible ?

-    Demain, quand vous voulez, Potter.

-    Où devons nous nous retrouver ? demanda Harry.

-    Ici même, je pense qu’il ne vaut mieux pas que l’on vous voie chez moi, on ne sait jamais, je reçois très souvent des visites d’autres Mangemorts.

-    Bien, quelle heure ? demanda Harry.

-    Dix heures, nous ferons cela jusqu’à midi, répondit Rogue. Et ne soyez pas en retard, Potter.

-    Je serais là, répondit Harry fermement.

Ils retournèrent au Terrier et Harry avait dit à Mrs Weasley que ses leçons d’occlumancie se passaient mieux que lorsque c’était Rogue qui les lui donnait. Cette journée, ils devaient dégnomer le jardin des Dursley qui ne l’avait plus été depuis longtemps, cela les détendit un peu. Cela les occupa toute la fin de la matinée et le début de l’après-midi.

Ils travaillèrent ensuite plusieurs sortilèges pour leur entraînement et Ron lui avait lu des passages d’un livre qu’elle avait sur la Magie Noire : La Magie Noire enseignée à la Magie Blanche. Selon elle, les différents types de magies diffèrent entre eux par l’intention du sorcier. La Magie Noire a pour but le Mal alors que en fait la défense contre les forces du Mal n’appartient pas au domaine de la Magie Noire, car elle a pour but uniquement de se défendre.

-    Mais tu dis que la Magie Noire est la magie que pratique le sorcier qui veut le Mal, et Rogue veut m’apprendre ça ? s’étonna Harry.

-    Harry, il faut que tu comprennes que si tu apprends la Magie Noire, ce n’est pas pour faire du mal aux gens, mais pour faire du mal au Mal, c'est-à-dire pour faire le Bien, Harry.

-    Ah ! d’accord, s’exclama Harry qui comprenait enfin pourquoi on voulait lui apprendre de tels maléfices.

-    Les maléfices sont les sortilèges de la Magie Noire, tu comprends, Harry, à l’origine, ils avaient pour but le Mal, mais la Magie Blanche peut les utiliser aussi, poursuivit Hermione.

En fait, Hermione lui avait fait préparer tout cela car elle savait que Rogue allait lui poser des questions là-dessus. Elle lui avait quasiment tout dit sur les maléfices, les créatures magiques, mais Harry était finalement pressé de pratiquer quelques sortilèges de Magie Noire. Il savait que souvent ces sortilèges étaient plus puissants que les autres car leur objectif initial était de faire le plus dégâts possibles à celui qui le recevrait.

Sa nuit fut totalement calme cette fois et il se leva le matin suivant de bonne humeur. Ils descendirent tous prendre le petit déjeuner et avaient bonne mine ce qui rassurait beaucoup Mrs Weasley.

La Gazette du sorcier fut apportée par le hibou comme d’habitude et ce fut Mrs Weasley qui la prit en payant le hibou. Elle déplia la Gazette et tous virent qu’elle fut paralysée de terreur, on aurait dit que ses yeux allaient sauter de leurs orbites à cause de ce qu’elle voyait. Elle regarda ensuite Harry en commençant à pleurer et voulut cacher le journal.

Mais Ron lui arracha le journal des mains, préférant être courant des horreurs qui avaient bien pu la terrifier. Il posa le journal sur la table pour qu’ils puissent tous le lire.

 

LE RETOUR EN FORCE DE VOLDEMORT : TERRIBLE MASSACRE DE MOLDUS

 

Cette nuit, aux alentours de minuit, un véritable massacre s’est produit au 4, Privet Drive, Little Whinging, Surrey. Une Mangemort inconnue du Ministère de la Magie s’y est rendue et a tué ceux qui selon les autorités moldues sont son mari et son fils, tous deux moldus. La puissance des sortilèges qu’elle a jeté a provoqué l’explosion de la maison. Les nombreux voisins alertés par le bruit sont sortis pour voir ce qu’il se passait dehors. Ils ont tous été tués par les sortilèges de mort. La Mangemort en question, qui n’était pas accompagnée a ensuite détruit une à une les maisons situées aux alentours et tué tous les policiers (les Aurors moldus) qui étaient arrivés sur place. A l’arrivée des Aurors qui étaient une trentaine selon le Ministère, elle a esquivé les nombreux sortilèges lancés par ceux-ci et en a blessé plusieurs avant de s’enfuir en transplanant.

Le bilan de cette attaque est désastreux, quarante-trois moldus sont décédés, et huit Aurors sont blessés. On déplore aussi la mort d’une Cracmol qui habitait quelques maisons à côté et qui avait prévenu le Ministère de la Magie immédiatement après le début de l’attaque, ainsi que de deux photographes de la Gazette du Sorcier.

Voir la suite de notre article en pages 2, 3, 4, 5 et 6.

 

            Tous étaient horrifiés. La large photo située sur la première page montrait Privet Drive complètement désolée, comme si une météorite s’était crashée au milieu de la rue. Les maisons étaient en flammes et on voyait des dizaines de cadavres au sol. Des guérisseurs et des Aurors étaient là eux-aussi par dizaines et constataient les dégâts.

            Cet évènement était catastrophique pour tous, la tante Pétunia était maintenant pire que Voldemort, selon Harry. Même lui n’aurait jamais tué plus de quarante personnes d’un coup, elle était encore plus cruelle que lui et ses pouvoirs étaient immenses. Comment avait-elle pu résister toute seule à une trentaine d’Auror en en blessant huit ? Même Dumbledore aurait eu du mal !

            Mais Hermione avait tourné les pages et lisait l’article.

 

Pétunia Dursley

La Mangemort qui est l’auteur de ce massacre est Pétunia Dursley. Inconnue du monde de la Magie puisqu’elle était moldue il y a encore quelques jours, elle a révélé ses pouvoirs le 6 juillet dernier en la présence même du Ministre Rufus Scrimgeour qui nous livre les premières informations.

« J’étais chez elle car je connaissais quelqu’un qui m’avait invité là-bas, et il y avait eu une dispute entre elle et son mari. Un des sorciers présents avec moi avait laissé tombé une baguette sans s’en rendre compte. Et elle l’avait prise et avait réussi à réparer un vase que son mari avait cassé. »

Le Ministre nous indique qu’elle n’avait pas l’air tout à fait normale mais le Ministère pensait qu’elle ne souhaitait pas adhérer à la communauté magique. « Nous lui avons envoyé une lettre comme à chaque sorcier qui révèle ses pouvoirs sauf que cette fois-ci c’était à l’âge adulte. Elle n’a pas répondu et nous avons cru qu’elle refusait de rentrer dans la communauté magique. Mais on ne sais pas par quels moyens elle a pu entrer en contact avec Voldemort ».

 

Les dangers d’une révélation des pouvoirs à l’âge adulte

Nous avons rencontré au Ministère de la Magie, Genius Flitwick, qui travaille au bureau de la Révélation des Pouvoirs des moldus. Nous l’avons interrogé à propos de la révélation des pouvoirs à l’âge adulte.

«  La révélation des pouvoirs est un phénomène que tous les sorciers ont connus, c’est le moment où ils peuvent commencer à utiliser leurs pouvoirs. En fait, avant la révélation des pouvoirs, tous les sorciers sont des moldus. Pour la grande majorité d’entre nous, cette révélation des pouvoirs a lieu à la naissance mais il arrive qu’elle soit plus tardive. Elle arrive cependant très rarement après l’âge de dix ans. Les personnes issues de familles de sorciers dont la révélation des pouvoirs ne se produit pas sont les Cracmols, ceux qui ne sont pas issus de sorciers sont tout simplement les moldus. Les cas où cette révélation des pouvoirs survient à l’âge adulte sont très rare mais à chaque fois, cela n’est jamais bénéfique pour le nouveau sorcier, soit il n’a que de faibles pouvoirs et est très proche d’un Cracmol, soit il dégénère complètement et ses pouvoirs augmentent très rapidement pour dépasser les pouvoirs des sorciers habituels. Il semble que c’est ce qu’il se soit passé chez Mrs Pétunia Dursley. Il est clair qu’apprendre tout cela à cet âge-là provoque une folie qui peut parfois être grave. Et le fait qu’elle ait entendu parler de Voldemort où qu’elle ait été en colère au moment de la révélation des pouvoirs peut expliquer pourquoi elle est directement entrée au service de Voldemort. ».

Le problème est posé depuis longtemps de savoir si l’on doit laisser ces sorciers pouvoir disposer de leurs pouvoirs. La communauté s’est toujours opposée à cette interdiction mais il est évident qu’il faudrait une surveillance plus efficace pour ces personnes-là. Le Ministre a annoncé des mesures pour tenter de résoudre ce problème dès que la situation serait rentrée dans l’ordre.

 

Une situation de crise

Cette attaque a provoqué de graves problèmes de fonctionnement au Ministère de la Magie qui est complètement débordé. Le problème est de gérer la possibilité qu’il y ait d’autres attaques dans d’autres lieux magiques. Le Département de la Lutte contre la Magie Noire a annoncé que tous les Aurors étaient actuellement rentrés de vacances pour se tenir prêts à réagir en cas d’autres attaques.

Le problème concerne aussi les moldus qui ont été témoins de la scène, tous les témoins directs ont certes été assassinés, les services de l’armée (d’autres types d’Aurors moldus chargés d’assurer la sécurité) ont pu observer les explosions ainsi que la Marque des Ténèbres que Pétunia Dursley a fait apparaître. Il faut dire que l’attaque a eu lieu en plein cœur d’une ville de près de trente mille habitants qui sont tous sortis à cause notamment du bruit.

Le Ministre de la Magie Rufus Scrimgeour a rencontré d’urgence le Premier Ministre moldu pour lui demander de boucler la ville pour éviter que les moldus ayant été témoins ne s’échappent et que des rumeurs se répandent. Il a demandé à ce qu’ils soient tous convoqués pour que leur mémoire soit modifiée. Ceci est actuellement en train d’être fait. Les personnels de l’armée ont pu également observer les évènements et ont dû tous subir des modifications de leur mémoire avant d’encadrer les opérations de sécurisation par les Aurors.

Les Oubliators ont donc du travail pour plusieurs jours avant que toute la population ne soit analysée. Le Ministère propose donc du travail provisoire comme Oubliators à ceux qui se présentent avec des qualifications nécessaires au Département des Accidents et Catastrophes Magiques.

 

 

Les victimes

On doit donc déplorer au total la mort de quarante-trois moldus, deux sorciers, et un Cracmol. Huit Aurors sont blessés. Les Aurors sont actuellement soignés à l’hôpital Sainte-Mangouste, ils ont pu éviter des blessures plus graves par leur nombre, en effet, certains s’employaient à effectuer des sortilèges de Bouclier alors que les autres tentaient d’immobiliser la Mangemort. Ils ne souffrent que de quelques blessures légères et devraient être tous rétablis dès demain, après une journée de repos.

La Cracmol, Miss Arabella, Doreen, Figg, avait alerté le Ministère de la Magie quelques minutes après le début de l’attaque mais dès que les premiers Aurors sont arrivés sur place, le quartier était ravagé. Une vingtaine de maisons étaient détruites et les autres étaient en flammes. De nombreuses voitures ont explosé ne laissant pas la possibilité de survivre aux moldus qui auraient été blessés.

Enfin les deux journalistes de la Gazette du Sorcier s’étaient rendus immédiatement sur les lieux du drame, mais la Mangemort ne leur a laissé aucune chance ce qui rappelle encore une fois les dangers de notre métier. Cela est très inhabituel cependant car les Mangemorts ont toujours eu pour habitude de laisser en vie les photographes qui surprenaient leurs meurtres afin de mieux terroriser la population.

 

Enquête sur la raison du meurtre

Ce meurtre reste encore totalement inexpliqué. Il est évident que la nouvelle sorcière est entrée au service de Voldemort mais la stratégie d’attaque reste très différente de la stratégie habituelle. Rappelons que Pétunia Dursley a d’abord assassiné son mari et son fils. On peut penser qu’ils se seraient opposés à elle pour quelque chose et son comportement instable aurait alors expliqué sa réaction. Mais il ne semblait pas qu’il y avait préméditation comme tous les meurtres commis par Voldemort habituellement qui sont toujours étudiés pour éviter tout risque que des Mangemorts soient capturés.

On l’avait vu lors des dernières attaques où il a été très difficile pour les Aurors, même très bien organisés de capturer la Mangemort Alecto Carrows. Pétunia Dursley n’a ici cherché à s’enfuir que après que les Mangemorts soient beaucoup trop nombreux pour qu’elle puisse continuer à les défier. C’est aussi la première fois qu’il n’y a une attaque impliquant un seul Mangemort, ils sont toujours plusieurs pour pouvoir lutter contre une éventuelle arrivée d’Auror. Seul Voldemort n’a jamais attaqué en compagnie de ses Mangemorts mais toujours seul.

Ce meurtre pose donc bien des mystères que le Ministère s’attache à résoudre le plus rapidement possible.

 

Pétunia Dursley activement recherchée

Pétunia Dursley est activement recherchée par le Ministère de la Magie et son portrait devrait être affiché dans les prochains jours dans tous les lieux publics magiques. Le Ministère promet des récompenses pour tous ceux qui pourront fournir des informations sur l’endroit où elle pourrait se cacher, ou éventuellement la capturer.

Elle est déjà considérée comme sorcière la plus recherchée après Voldemort en raison de son comportement instable et de la puissance de ses pouvoirs.

 

 

Harry Potter de la famille de Pétunia Dursley ?

Une rumeur circulerait selon laquelle Harry Potter aurait des liens de parenté avec Pétunia Dursley. En effet, selon un membre du Ministère qui n’a pas souhaité révéler son nom, Harry Potter est censé résider au 4, Privet Drive, le lieu de résidence de Pétunia Dursley jusqu’à sa majorité le 31 juillet prochain. Mais il n’y était pas et le Ministre de la Magie Rufus Scrimgeour a demandé à ce que « ces rumeurs s’arrêtent immédiatement ». Il a en effet ajouté que le Ministère a suffisamment de travail pour s’occuper des parentés de Harry Potter avec cette Mangemort. « Je pense que même s’il se trouvait qu’il avait des liens de parentés avec cette personne, tout le monde a remarqué qu’il n’adhère pas à ses idées ! Je demande à ce que ces rumeurs sur lui cessent pour lui permettre de terminer ces études à Poudlard cette année sans être discrédité comme il l’a trop longtemps été ».

 

Le Ministère de la Magie est actuellement débordé de travail et rappelle que la communauté magique est en guerre actuellement et que personne ne doit avoir de comportement irresponsable car personne n’est à l’abri d’une attaque.

 

            Après avoir lu cet article, ils étaient complètement effarés. En quelques jours, la tante Pétunia était devenue une sorcière presque aussi puissante que Voldemort, et au moins aussi mauvaise. Harry savait que cette période de calme qui durait depuis deux semaines était terminée. La communauté magique allait entrer dans une guerre redoutable. Mais il était au moins soulagé d’avoir évité que vienne s’ajouter à cela le retour de Regulus Black.


Chapitre précédent - Chapitre suivant