icon Vous êtes ici : Harry Potter et la Clef de la Paix -> Chapitres -> Chapitre 61: Sous Veritaserum

icon Derniers sorts

- Stupéfix *
- Despoussieris
- Black reveror *
* : modification récente

icon Derniers personnages

Chapitre 061 : Sous Veritaserum

Imprimer Version imprimable     Document Word Document Word     Document PDF Document PDF
Le silence était pesant dans la salle. On voyait que la révélation de Harry avait profondément troublé le Magenmagot. Certains semblaient réfléchir, alors que d’autres ne semblaient pas y croire. Quant à Scrimgeour, il consultait les dossiers pour y relire les informations sur Slepty. Johnson observait Harry, l’air suspicieux, mais ce dernier se contentait de fixer la barre en bois devant lui.

On entendit des cliquetis métalliques et cinq Aurors firent leur apparition par la porte en-dessous des escaliers. Ils allèrent se placer totalement à l’opposé de cette porte et tendirent leur baguette magique vers l’entrée, alors que les trois Mangemorts enchaînés faisaient leur apparition, encadrés par d’autres Aurors.

Le sorcier avec lequel Scrimgeour avait discuté avant qu’ils entrent dans la salle pointa sa baguette magique au plafond et une grande cage en bois et en fer descendit lentement pour enfermer les trois Mangemorts. Torsky et Ragher étaient déchaînés, et Slepty semblait terrifié.

Il parcourut la salle à la recherche d’un soutien, et Harry lui adressa un sourire qui le réconforta. Torsky s’agita soudainement et se jeta sur Slepty malgré les chaînes, lui mordant l’épaule aussi fort qu’il put. Cependant, les Aurors ne réagirent pas et l’épaule de Slepty se mit à saigner, répandant une grosse flaque au sol.

Jonas Johnson reprit la parole.

-    Bien, John Karl Torsk…

-    LE SEIGNEUR DES TENEBRES VAINCRA !! s’exclama Torsky, coupant  Johnson.

Celui-ci se tut et attendit que le calme revienne alors qu’un Auror le bâillonnait.

-     Bien, vous allez répondre par un signe de la tête, êtes-vous bien John Karl Torsky.

Torsky le regarda d’un regard noir, et il se mit à s’agiter brutalement, donnant un coup de pied à l’Auror qui était à côté de lui.

-    Hum, supposons que oui. Ensuite, reprit-il, s’adressant à Ragher, êtes-vous bien Colin Max Ragher ?

            Celui-ci ne répondit pas et observa autour de lui, cherchant une issue éventuelle pour s’échapper. Mais c’eût été inutile à cause du grand nombre d’Aurors.

-    AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! s’exclama-t-il soudainement.

            Et il bondit, poussant plusieurs Aurors, et emmenant avec lui Torsky et Slepty.

            En un instant, il était au sol, raide comme un piquet, après qu’un éclair rouge eût jailli de la baguette de chacun des Aurors qui étaient en face d’eux, à la droite de Harry.

-    Bien, nous n’allons pas perdre de temps et je demande l’utilisation du Veritaserum. Est-ce que quelqu’un y est opposé ?

            Plusieurs mains se levèrent, dont un que Harry reconnut, cet homme s’était déjà prononcé pour qu’il ait des sanctions lors de son audience disciplinaire il y a maintenant un peu plus de deux ans.

-    Monsieur Kerkerk, pourriez-vous nous expliquer les raisons de votre refus ? demanda Johnson.

            L’homme se leva, quelques rangs au-dessus de Scrimgeour et Johnson, il avait les cheveux noirs et un grand nez qui surmontait une longue moustache. Il prit un air important et parcourut l’assemblée de ses petits yeux noirs, un sourire mauvais aux lèvres, le regard moqueur.

-    Oui, je m’oppose à l’utilisation du Veritaserum en vertu des principes fondamentaux de notre communauté magique, dit-il d’une voix douce mais forte.

-    Expliquez, dit Scrimgeour.

-    Vous savez comme moi que tous les hommes ont le droit d’être traités avec dignité, et que l’utilisation du Veritaserum les aliène, c’est un moyen de leur faire dire ce que l’on veut qu’il dise.

-    Ceci est faux, rétorqua Johnson, il a été établi que le Veritaserum ne fait qu’obliger une personne à parler et qu’elle ne dit en aucun cas ce que l’on veut lui faire dire. Je demande à monsieur Dombillis de rappeler les résultats des études menées par le Département des Mystères sur les pouvoirs du Veritaserum.

        Le sorcier se leva à nouveau et donna des explications :

-    Il a été établi que le Veritaserum n’avait aucun autre effet que d’obliger à dire la vérité en empêchant à la personne d’exercer son esprit critique, c’est-à-dire qu’elle dira exactement ce qui s’est passé, sans pouvoir occulter ou modifier certains éléments. Cela a été vérifié et montré à l’aide d’une étude approfondie du mécanisme de fonctionnement de cette potion. Je suis formel, le Veritaserum ne fait pas dire à une personne ce qu’on veut lui faire dire. Son utilisation est tout à fait légale dans le cadre de l’interrogation de Mangemorts.

-    Bien, avec ces éléments, nous pouvons voter pour savoir si nous pouvons utiliser le Veritaserum dans ce cas, annonça Johnson.

            Une écrasante majorité de membres du Magenmagot leva la main et un Auror ouvrit un flacon de Veritaserum qu’il fit boire à chacun des trois Mangemorts, alors qu’ils étaient tenus fermement par plusieurs autres Aurors.

-    Parfait, dit Johnson, nous allons donc pouvoir poser nos questions, êtes-vous bien John Karl Torsky, Colin Max Ragher et Denis Oswald Slepty ?

            Tous les trois acquiescèrent.

-    Mr Torsky, que pouvez-vous me dire de Mr Slepty ?

-    Le traître, il doit être puni ! Il a voulu tuer Rogue, celui que le Seigneur des Ténèbres préfère ! Il est allié avec Potter.

-    Ragher, que pensez-vous de Slepty ?

-    Le Seigneur des Ténèbres le tuera ! Rien ne peut contrer ses plans et personne ne peut le trahir !

-    Quand avez-vous découvert la trahison ?

-    Le soir de l’attaque, nous combattions Potter lorsqu’il a commencé à faire ami-ami… nous aurions gagné et le Seigneur des Ténèbres aurait tué Harry Potter sans cette infâme trahison…

-    En quoi cela vous aurait-il aidé ? Je veux dire, si Slepty n’avait pas changé d’avis ?

-    Rogue aurait pu neutraliser Potter mais Slepty a tenter de le tuer et Potter a pu reprendre l’avantage, ensuite, j’ai été stupéfixé par Potter !

-    Mr Slepty, pourquoi avez-vous soudain changé d’avis ? D’après les éléments de l’enquête, vous aviez l’intention de tuer Potter en début du combat.

-    Oui, répondit Slepty d’une voix tremblotante. Je comptais le tuer pour obéir au Seigneur des Ténèbres, mais cela me faisait peur, je savait que c’était un acte horrible… dès que je suis entré à son service, je me suis rendu compte que ce qu’il me demandait de faire était horrible, il m’aurait tué si j’avais pris la fuite… j’y ai réfléchi, je craignais pour ma vie… et puis Potter m’a fait comprendre à quel point il était important que je rompe avec le Seigneur des Ténèbres et son armée, même si je devais risquer ma vie… protégez-moi !

-    Mr Potter, qu’avez-vous dit en particulier ?

-    Je lui ai juste dit qu’il faisait des choses qu’il n’avait pas envie de faire pour quelqu’un qui ne s’intéressait pas à lui et qui le torturerait par la suite.

-    Mr Slepty, êtes-vous prêt à collaborer totalement avec les Aurors et le Ministère de la Magie ?

-    Oui.

-    Etes-vous prêt à révéler tout ce que vous savez sur le Seigneur des Ténèbres ?

-    Oui.

            Slepty avait l’air misérable, Harry pouvait voir à quoi il ressemblait, alors qu’il n’avait pas pu le voir lorsqu’il était sous sa cape de Mangemort.

            Il était chauve sur le dessus du crâne et avait quelques cheveux blonds frisés sur l’arrière de la tête. Il n’était pas jeune et devait avoir une cinquantaine d’années.

            Harry trouvait que sa description physique correspondait bien avec ce qu’il avait pu sentir lorsqu’il était entré dans son esprit : un homme qui manquait de confiance en lui, à l’apparence faible, mais un homme bon.

-    Mr Slepty, vous êtes désormais soumis à la décision du Magenmagot quant à votre jugement. Cependant, une protection sera mise en place pour assurer votre sécurité. Je demande au Magenmagot de voter si Mr Slepty peut passer d’accusé de catégorie *** à accusé de catégorie **. Qui est d’accord ?

            Tous les sorciers du Magenmagot levèrent la main, et Slepty adressa un sourire à Harry, alors que des larmes coulaient de ses yeux.

-    Mr Slepty, j’ai le plaisir de vous annoncer que le Magenmagot a abandonné les charges de catégorie *** contre vous. Vous serez interrogé ultérieurement dans le cadre de ces procès afin de nous apporter éventuellement de nouveaux éléments.

            Slepty fut emmené par deux Aurors alors que les deux autres Mangemorts étaient restés dans la cage au centre de la pièce.

-    Mr Ragher, quel mission vous avait donnée Voldemort lorsque vous avez rencontré Harry Potter ?

-    Nous devions inspecter la muraille à la recherche d’un éventuel moyen d’entrer dans le château…

-    Et où était Voldemort à ce moment-là ? Je veux dire, est-ce qu’il était dans le parc pour vous donner les ordres, ou est-ce que vous communiquiez d’une autre manière ?

-    Le Seigneur des Ténèbres attendait à l’orée de la Forêt Interdite. Nous le rejoignions là-bas pour recevoir les ordres.

-    Qu’attendait-il ?

-    Le but de la mission était de capturer Harry Potter par tous les moyens possibles, il était convaincu que si nous unissions toutes nos forces, nous réussirions. Mais il voulait faire vite et ne pas commettre les mêmes erreurs que les fois précédentes et le tuer dès qu’on lui apporterait.

-    Il ne voulait pas venir lui-même ? demanda Johnson.

-    Non, je crois qu’il ne veut pas se montrer.

-    Pourquoi ?

-    Je ne sais pas, nous ne faisons qu’obéir aux ordres ! Seuls Rogue et Jigger savent !

-    Jigger ?

-    Le nouveau…

-    Donnez des détails.

-    C’est un des Mangemorts les plus récents, mais il est avec Rogue le plus proche du Seigneur des Ténèbres, c’est eux qui l’ont soigné après l’attaque, et lorsque Potter avait pénétré l’esprit du Seigneur des Ténèbres.

-    Pensez-vous que c’est la personne qui a participé à l’attaque du Ministère ?

-    Je ne suis pas au courant…

-    C’est vrai, on vous rappellera plus tard à propos de cette affaire. Emmenez-le. Maintenant, Mr Torsky…

            Quelques uns des Aurors l’emmenèrent, laissant Torsky seul devant le Magenmagot.

-    Vous avez tenté de tuer Harry Potter, c’est bien cela ?

-    Oui, mais je dois être puni pour cela, le Seigneur des Ténèbres voulait être le seul à avoir l’honneur de pouvoir le tuer, il me punira…

-    Je ne crois pas qu’il vous punira puisqu’il sera arrêté bien avant de pouvoir vous revoir… Mr Potter, pouvez-vous confirmer que Mr Torsky a tenté de vous tuer.

-    Oui, répondit Harry.

-    De quelle manière ?

-    En fait, Torsky a fait le sortilège Doloris, et Ragher l’Avada Kedavra, enfin, ils ont tenté…

-    Merci, cela sera pris en compte lors du jugement.

-    Mr  Tilius, pourriez-vo… euh, vous pouvez retirer Torsky… je disais, Mr Tilius, que faisaient les Aurors pendant que Mr Potter combattait ces trois Mangemorts ?

-    Je ne sais pas exactement à quel moment cela correspond, mais je peux vous dire que nous étions occupés à lutter contre les Mangemorts qui avaient réussi à entrer dans le château, certains semblaient avoir échappé à notre contrôle, plusieurs troupes avaient été envoyées dans tous les couloirs du château, et pour prévenir aussi les Quatre Aigles.

-    Les Mangemorts ont-il été rattrapés ?

-    Nous ne savions pas vraiment combien ils étaient, en fait, certains avaient réussi à passer alors que nous combattions les autres, l’entrée du château avait été défoncée par le, le, rhinocéros…

-    L’Eruptif, souffla Harry.

-    Ah oui, euh l’Eruptif, et donc nous ne pouvions pas contrôler l’entrée du château autant que le plan le prévoyait.

-    Et donc les Mangemorts ont-il été capturés ?

-    Euh oui, grâce à Harry Potter.

-    Mr Potter ?

-    Après avoir terminé de m’occuper de Torsky et Ragher, je suis rentré le plus rapidement possible au château et j’ai vu qu’il n’y avait personne dans le Hall d’entrée. Alors je suis monté dans les étages pour chercher où étaient mes amis, et je les ai trouvés en train de combattre Augustus Rookwood et Rabastan Lestrange.

-    Et quelques Aurors sont arrivés, expliqua James Tilius, alors tous les autres sont redescendus, nous avions reçu une alerte à l’entrée du château.

-    Mr Potter, qu’avez-vous fait ensuite ? demanda Johnson.

-    Je suis monté sur la tour d’astronomie pour m’assurer que les Mangemorts n’entreraient pas par là, et puis j’ai entendu les détonations dans le hall d’entrée, alors je suis redescendu et il y avait une grande bataille.

-    Très bien, merci, je vois qu’il n’y a aucune divergence entre les témoignages, jusqu’ici, le déroulement de l’attaque est très clair, tant mieux. Nous jugerons ensuite les Mangemorts qui ont été impliqués dans la bataille ayant entraîné la mort de trois personnes. Continuons par ce qui s’est ensuite produit dans la Forêt Interdite. Nous n’avons pour l’instant appris que vous avez affronté plusieurs Mangemorts avant d’affronter Voldemort. Etant donné que celui-ci ne sera pas là pour témoigner, nous vous demandons de dire toute la vérité, rien que la vérité. Mr Brown, prenez soin de ne rien oublier dans vos notes.

-    Oui Monsieur.

-    Mr Potter, nous vous attendons.

            Le silence était pesant dans la salle. Tous les membres du Magenmagot regardaient Harry avec insistance, attendant son récit.

-    Hum, certains Mangemorts ont tenté de s’échapper, je les ai suivi pour les en empêcher, ils étaient six… menés par Rodolphus Lestrange. Il a tenté de me tuer lorsqu’il a appris la mort de sa femme, mais finalement, je les ai tous stupéfixé, c’est alors qu’une voix glaciale a parlé, venant de la forêt. C’était Voldemort.

            Tous les regards étaient tournés vers lui mais cela ne le gênait pas, il se contentait de raconter.

-    Il est alors apparu et nous avons combattu, c’était très serré, il a utilisé des maléfices que je ne connaissais pas mais j’ai réussi à résister et puis je l’ai affaibli grâce à la légilimancie. Il s’est alors évanoui et je me suis assuré qu’il ne se relèverait pas… j’ai ensuite transplané en haut de la tour d’astronomie pour voir ce qui s’y passait car il y avait la Marque des Ténèbres, mais j’ai entendu des détonations en bas et je suis redescendu, il n’y avait personne dans le Hall, et je les ai retrouvé au troisième étage, ils étaient tous engagés dans un combat acharné, que l’on a gagné rapidement. Le dernier des Mangemorts a ensuite enlevé Giny, voulant donner sa liberté en échange de ma capture, j’ai accepté mais il s’est laissé prendre bêtement à mon piège et je l’ai stupéfixé, j’ai alors prévenu que le corps de Voldemort était devant la forêt et nous y sommes allés, mais il n’était plus là.

            Tous continuaient de le fixer, certains le regardaient avec un air suspicieux, dont Jonas Johnson.

-    Vous êtes-vous assuré qu’il était bien stupéfixé ?

-    Oui, il était stupéfixé, mentit Harry, l’esprit impénétrable.

-    Pourquoi n’avez-vous pas amené le corps avec vous ?

-    Parce que je n’avais pas le temps, pendant ce temps, il y aurait pu avoir d’autres morts ! s’exclama Harry.

-    Certes, mais vous auriez dû prévenir le Ministère avant, si Vold…

-    Il était plus important d’aller arrêter les autres Mangemorts, ça n’aurait servi à rien d’attraper Voldemort si on avait laissé les autres Mangemorts en liberté ! Et puis je ne savais pas que quelqu’un qui était stupéfixé pourrait se réveiller !

-    Je suppose qu’on l’a réanimé, dit Johnson. Etes-vous sûr que les autres Mangemorts étaient bien stupéfixés eux aussi.

-    Oui, répondit Harry. D’ailleurs, ils étaient là eux aussi lorsque nous y sommes retournés.

-    Quelqu’un est donc venu par la forêt pour le réveiller et il n’a pas vu les autres, dit Scrimgeour intervenant dans l’interrogatoire. Mr Potter, avez-vous entendu des bruits qui auraient pu annoncer la présence de quelqu’un d’autre dans les parages ?

-    Euh non, sinon j’aurais vérifié qu’il n’y avait personne…

-    Bien, merci, nous ne pouvons rien conclure pour le moment, mais je pense qu’il est raisonnable de penser que la personne qui a réanimé Voldemort est la même que celle qui a libéré Rogue, expliqua Scrimgeour.

-    Ce n’est pas certain, nous ne la connaissons pas et il est possible que ce soit un Mangemort très récemment entré au service de Voldemort.

-    C’est un peu illogique, il ne serait pas entré au service de Voldemort pendant que celui-ci était affecté par ce que lui avait fait Harry.

-    D’ailleurs, compléta Harry, même si je ne l’avais pas stupéfixé, Voldemort n’aurait pas pu se relever tout seul, lorsque j’ai quitté son esprit, il était comme mort, il ne pensait plus à rien, c’était comme s’il n’avait plus d’esprit…

-    Mr Dombillis, pouvez-vous interpréter les propos de Mr Potter ? demanda Johnson.

-    Hum, je ne comprends pas très bien, comment la légilimancie vous a-t-elle permis d’empêcher Voldemort de penser ?

-    C’est-à-dire que je suis entré dans son esprit…

-    Certes, c’est le commencement de la légilimancie…

-    Et puis j’ai pensé très fort à toutes les personnes qu’il a tuées, et à quel point je les aimais, c’est un sentiment qu’il ne supporte pas, l’amour…

-    Ca a été suffisant pour l’anéantir ? s’étonna Dombillis.

-    Oui…

-    Surprenant, peut-être que cela est dû à une prophétie…

            Le sous-entendu était clair, Harry était sûr qu’on voulait lui faire dire qu’il était l’Elu. C’est pourquoi il répondit :

-    Ce n’est pas à cause d’une prophétie, c’est juste que Voldemort n’aime pas l’amour et que j’ai utilisé cette arme pour le battre, si vous voulez me faire dire que je suis l’Elu, vous pourrez toujours attendre !

-    Merci Mr Potter, annonça Scrimgeour, ce n’est en effet pas l’objet de ces procès. Il est en effet certain que Voldemort n’aime pas le sentiment d’amour, et ne nous attendions pas à ce que cela puisse devenir une arme aussi efficace, il faudra en tenir compte à l’avenir.

-    Bien, répondit Johnson.

-    Ensuite, expliqua Scrimgeour, nous avons lancé le plan 17B qui signifie « Voldemort est affaibli et en fuite ». Les Aurors sont donc partis à sa recherche. Mr Tilius…

-    Oui, c’est exactement ça, une bonne partie des Aurors ont été envoyés à sa recherche dans les montagnes et c’est là qu’on a rencontré Dursley… c’était terrible, nous n’avons même pas eu le temps de réagir.

-    Un Auror a pourtant pu venir nous prévenir… je pense que nous devrions le faire venir pour lui remettre l’Ordre de Merlin, annonça Scrimgeour.

-    Oui, faites entrer Mr Léonis Melzer.

            Il y eut quelques instants d’attente et enfin, l’Auror que Harry avait vu le jour de l’attaque, entra. Il n’avait plus le même air terrifié que lorsqu’il avait prévenu de l’arrivée de Pétunia, mais il ne semblait pas très à l’aise non plus ici.

-    Bonjour Mr Melzer, nous allons vous poser d’abord quelques questions. Il semblerait que vous ayez vu Dursley anéantir tous les Aurors, de quelle manière a-t-elle fait cela ? demanda Johnson.

-    Je ne savais pas qu’on pourrait faire ça, répondit Léonis Melzer. Il y a eu de gros éclairs… un mélange de rose et de gris, et puis ils sont tous tombés d’un coup, et Pétunia s’est mise à avancer vers le château, je n’ai pas regardé s’ils allaient se relever, et j’ai couru par la Forêt pour passer devant elle et donner l’alerte avant qu’elle ne surprenne ceux qui étaient au château.

-    Merci, et vous avez prévenu directement Mr Scrimgeour. Heureusement, les Aurors ont tous pu être guéris à l’Hôpital Ste-Mangouste, il semblait que cette blessure n’était pas grave, d’après les guérisseurs. Heureusement, ils sont tous sortis indemnes. Les experts ont pensé qu’il devait s’agir d’une association de deux maléfices.

-    Pour avoir prévenu rapidement le Ministère du danger, ce qui nous a permis d’éviter un terrible drame, nous vous remettons l’Ordre de Merlin, deuxième classe. Cela récompense votre aide et votre dévouement pour la communauté magique.

            Tous applaudirent longuement, Melzer était très ému, il ne s’attendait pas à recevoir une telle récompense.

-    Très bien, Mr Potter, vous avez ensuite décidé d’aller affronter Mrs Dursley seul, et vous avez conseillé à Mr le Ministre de laisser des Aurors dans tous les lieux publics magiques, c’est cela.

-    Oui, Voldemort aurait pu…

-    Merci, merci, je comprends parfaitement, je voulais juste une confirmation. C’était en effet une sage décision même si cela comportait quelques risques. Vous avez donc combattu Dursley, mais comme vous vous êtes évanoui, nous ne pouvons plus vous poser de questions. Pourriez-vous faire entrer nos autres témoins, Mrs Granger, Mr Londubat, Mrs Lovegood et Mr et Mrs Weasley.

            Il y eut un petit moment d’attente et tous les cinq entrèrent. Le vigile les conduisit jusqu’au centre de la salle, où la cage avait été relevée.

            Cinq fauteuils apparurent et ils s’assirent, dos à Harry.

            Ce dernier redoutait un peu ce qu’allaient dire les autres, surtout Neville et Ron qui n’avaient pas l’air très à l’aise. En revanche, il faisait totalement confiance à Hermione.

-    Bien, nous arrivons à un point sensible de l’affaire, annonça Johnson en tournant une page du dossier qu’il avait devant lui. Donc, il semblerait que Mrs Dursley et Mr Potter se soient évanouis en même temps, c’est cela ?

            Personne ne savait à qui s’adressait Johnson et celui-ci leva finalement la tête, s’étonnant de l’absence de réponse.

-    Euh, vous pouvez tous parler…

-    Oui, en effet, répondit Hermione, lorsqu’on s’est tous relevés, ils étaient tous les deux évanouis, et si Harry s’était évanoui d’abord, Pétunia…

-    Mrs Dursley…

-    Euh oui, elle en aurait profité !

-    D’accord, qu’avez-vous fait lorsque vous avez vu cela ?

-    Nous avons prévenu Mme Pomfresh pour qu’elle vienne soigner Harry, on l’a conduit à l’infirmerie. Et en attendant, on a surveillé Pét… euh Dursley… on espérait que des Aurors arrivent, et puis elle s’est réveillée et on a tout fait pour la neutraliser, mais sans Harry, c’était impossible ! Elle a commencé à torturer McGonagall, c’était horrible, et on a dû la conduire à Harry… mais c’est alors que Mr Dumbledore est arriv…

-    Hum, voilà justement ce qui est le plus intéressant. Pourriez-vous nous expliquer comment il a fait pour arriver ici sans être vu ?

-    Je ne sais pas, mais avec le château grand ouvert, il n’a pas dû avoir beaucoup de mal à entrer, non ?

-    Certes, mais je voulais plutôt savoir à pourquoi il savait qu’il y avait une attaque à ce moment-là… je suis persuadé que quelqu’un l’a prévenu…

-    Vous devez savoir mieux que nous, nous étions en train de combattre Pétunia, ce n’est pas nous qui surveillons les communications, rétorqua Hermione avec une assurance incroyable face au Magenmagot.

-    Pourtant, il a semblé que Ronald Weasley a disparu un instant…

-    Il était à l’infirmerie, en train d’aller chercher Harry, c’est moi qui lui avait dit d’y aller !

-    Je croyais que Harry était évanoui, dit Johnson.

-    Certes, mais si Harry se réveillait, son aide n’aurait pas été de refus !

-    Etes-vous au courant que Mr Dumbledore nous a envoyé une salade en guise de réponse à sa convocation au procès ? demanda Johnson.

-    Euh non, pourquoi vous a-t-il envoyé une salade ? demanda Hermione faisant semblant d’être étonnée…

-    Merci, ça n’a rien d’amusant, connaissez-vous Mr Dumbledore.

-    Oui, répondit Hermione à la surprise générale. Mais de nom seulement…

            Harry fut soulagé, il avait cru un instant que Hermione allait faire une gaffe. Cela avait eu pour effet de déstabiliser complètement Johnson.

-    Son frère en avait déjà parlé un peu…

-    Et vous, Mr Potter ? demanda Johnson.

-    Pareil, mais j’aimerais bien le connaître.

-    Il ne vaut mieux pas, c’est un homme dangereux, activement recherché par le Ministère.

-    Ah oui, comme vous recherchiez aussi Albus Dumbledore ? demanda Harry ironiquement.

-    Ce n’est pas la même chose, répondit Johnson en rougissant, nous avons la preuve que Mr Abelforth Dumbledore a enfreint la loi à plusieurs reprises… et une nouvelle fois en ne répondant pas à son obligation de témoigner.

-    Je ne vois pas en quoi il aurait servi à l’enquête, répondit Harry. Hermione vous a déjà décrit tout ce qui s’est passé !

-    Nous aurions voulu savoir comment il a été prévenu qu’une attaque avait lieu à Poudlard, et pour cela nous supposons que quelqu’un à l’intérieur même de Poudlard l’a prévenu…

-    C’est possible, répondit Harry, et nous devrions remercier cette personne, car sinon je crois que Pétunia n’aurait pas tué qu’une seule personne.

            Johnson était resté silencieux, hésitant à continuer son interrogatoire. Il y avait de nombreux murmures d’approbation dans la salle.

-    Dans ce cas, nous vous demandons si vous avez des informations concernant l’arrivée de Mr Dumbledore, dit calmement Johnson.

-    Non, répondit Hermione. Mais nous étions ravis de le rencontrer ce jour-là !

-    Très bien, merci de votre aide, dit Scrimgeour, mettant fin à cet interrogatoire risqué. Cependant, si jamais vous arrivez à entrer en contact avec Mr Dumbledore autrement que par échange de salades, merci de nous le dire pour qu’il puisse nous apporter son témoignage.

            Harry ne put se retenir de rire, et il baissa la tête pour ne pas être vu.

-    Nous en avons donc terminé pour les évènements importants, nous allons passer au procès individuels de chaque Mangemort. Mr Johnson, je vous laisse faire… ah, vous pouvez raccompagner les jeunes, merci de votre témoignage.

            Tous les cinq ressortirent de la salle et Harry adressa un clin d’œil à Hermione pour la féliciter de sa prestation face au Magenmagot.

            Pendant plusieurs heures, tous les Mangemorts qui avaient combattu lors de l’attaque et qui avaient été  arrêtés défilèrent un à un devant le Magenmagot et certains furent interrogés sous Veritaserum. Tous finirent par avouer qu’ils étaient bien pour Voldemort.

            Plusieurs avaient d’abord dit que ce n’était pas de leur faute et qu’ils avaient été forcés mais le Veritaserum avait eu un effet terrible. A part Slepty, aucun ne regrettait ce qu’il avait fait et Harry se dit que l’utilisation du Veritaserum aurait dû venir bien avant, cela aurait évité bien des morts.

-        Très bien, se réjouit Johnson une fois que tous les Mangemorts furent passés. Ils sont donc tous condamnés à la prison à vie. C’est une belle victoire. L’audience est suspendue, nous reprenons à quatorze heures, la cafétéria est ouverte pour que vous puissiez prendre un repas sur place.

            Tous se levèrent et Harry suivit le mouvement. Il retrouva Ron, Hermione, Ginny, Neville et Luna installés autour d’une table de la cafétéria.

-    Alors ? demanda Ron.

-    Prison à vie, répondit Harry, pour tous !

-    C’est super ! s’exclama Hermione.

-    En tous cas, c’est un endroit sûr, ils ne s’échapperont pas d’ici ! dit Neville.

-    Oui, il y a des Aurors partout !

-    Il va se passer quoi pendant l’après-midi ? demanda Ron.

-    Je ne sais pas, répondit Harry, tous les Aurors ont été jugés. Peut-être qu’ils vous enquêter à propos de l’évasion de Rogue, pour l’instant, ils n’en ont pas parlé du tout. J’aimerais bien savoir un peu plus comment ça s’est passé, on ne peut pas le laisser comme ça en liberté !

-    C’est sûr, dit Hermione.

-    Il y a quoi à manger ici ? demanda Harry qui était affamé.

-    Oui, on a regardé les menus, ça ne vaut pas Poudlard, mais ça a l’air bon, dit Ron en expert.

            Le repas se déroula dans la bonne humeur, et Harry finit par lire le dernier numéro du Chicaneur que Luna avait pris avec elle.

            Il y avait des articles farfelus, mais évidemment rien de véridique. Cependant, le fait de savoir que des gens pouvaient penser que Voldemort était en fait une femme, comme c’était marqué dans ce journal, détendit Harry avant la reprise des procès.

-    Rufus ? demanda Hermione au Ministre qui passait par là.

-    Oui ?

-    Que va-t-il se passer maintenant ?

-    Oh, et bien on va à nouveau interroger les Mangemorts pour essayer d’en savoir un peu plus sur l’évasion de Rogue, mais apparemment, aucun d’eux n’était au courant, donc on verra bien ce que l’on peut en tirer, ça peut durer une heure comme ça peut durer jusqu’à ce soir et même cette nuit. Sinon, ce matin, nous n’avons pas dépassé le temps prévu, donc vous pourrez tous rentrer. Sinon, Harry, je ne sais pas si ces procès t’intéressent vraiment, et je ne vais pas te cacher que nous n’aurons pas besoin de toi cette après-midi, donc si jamais tu préfères rentrer à Poudlard, tu le peux. Tu pourras en plus lire un compte-rendu dans le Londonien dans quelques jours.

-    D’accord, répondit Harry, oui, je préfère rentrer.

 

            L’après-midi de cours avait été chargée. Ils avaient eu un cours de travaux pratiques de métamorphoses avec Tonks, qui leur avait fait travailler le Bouclier d’Argent. Harry, de son côté, avait aidé Hermione et Ron à le réussir. Ils n’avaient pas eu de mal car à force de voir Harry le faire, ils avaient compris la technique. Tonks avaient ensuite insisté pour qu’ils revoient les sortilèges de Transfert car ils n’étaient pas encore très bien acquis d’après elle. A la fin du cours, cependant, tous avaient encore fait des progrès, et c’était probablement dû au fait que Tonks était toujours près d’eux car ils n’étaient que les Gryffondor ensemble.

            A la plus grande joie de Harry, Tonks n’avait pas posé de questions théoriques et Hermione et Egogonde n’avaient pas pu se livrer à leur guerre. A la fin de l’heure, et à la surprise générale, Tonks n’avait pas donné de devoirs.

            Ils avaient ensuite découvert le professeur Grelon. Cette femme avait été Auror de toute évidence. Elle avait quelques grosses cicatrices sur le visage, et avait le regard dur. Ses cheveux gris et longs étaient mal coiffés mais cela allait très bien avec son attitude.

-    Ne perdons pas de temps et commençons l’entraînement, avait-elle dit d’une voix grave et sèche, sans préambule.

            Elle avait fait apparaître au tableau divers instructions et ils s’étaient mis par deux pour pratiquer divers sortilèges et boucliers. Le but était selon elle de leur apprendre à utiliser les sortilèges adéquats pour ne pas perdre de temps en combat. Ils avaient ainsi testé l’efficacité du Charme du Bouclier sur divers sortilèges, et avaient constaté qu’il était très réduit. Ensuite, ils avaient testé le Bouclier d’Argent qu’ils avaient appris le cours d’avant. Mais le plus intéressant avait été l’exercice que leur avait fait faire le professeur Grelon à la fin du cours.

            Elle s’était mise sur l’estrade et avait demandé à tous les élèves de lui envoyer plein de sortilèges et de maléfices variés en même temps. Elle les avait tous arrêtés en produisant des boucliers très divers et ne semblait pas épuisée le moins du monde à la fin de l’exercice.

-    Vous voyez bien que le fait de connaître une très grande variété de sortilèges de défense est un gros avantage lors des combats, mais il faut réfléchir un minimum et ne pas les faire comme ça… vous devez être capables de reconnaître les sortilèges et les maléfices qu’on vous envoie… Bien, ça va sonner, allez-y.

            Ils retournèrent un instant à la salle commune de Gryffondor, et en chemin, ils avaient croisé Ombrage qui courait pour semer Peeves et Pooves qui la pourchassaient avec deux gros pots de peinture.

            Mais il ne serait venu à l’esprit d’aucun d’eux de l’aider et ils continuèrent leur chemin.

            Tous les quatre s’étaient finalement installés à la table de leur salon et Hermione s’était mise à écrire quelque chose qui parlait d’elfe, ce devait être le texte qu’elle allait proposer au Ministère de la Magie.

            Harry et Ron en profitèrent pour plaisanter et ils décidèrent qu’il y aurait un entraînement de Quidditch le mercredi après-midi.

            La soirée n’était pas tranquille pour eux, et le cours que beaucoup redoutaient arriva, c’était celui de Maugrey Fol-Œil. Le pire était que ce cours avait lieu de vingt-et-une heure à minuit, à l’heure où tous étaient fatigués, et que Maugrey ne le serait sûrement pas.

            Ils s’étaient tous présentés à l’heure – ou plutôt quelques minutes en avance pour ne pas risquer de mettre Maugrey en colère – devant l’aile consacré au Département de Réaction face à une situation périlleuse.

            Maugrey les fit entrer quelques instants dans la salle habituelle pour leur expliquer un peu ce qu’ils allaient faire et pour se faire connaître des nouveaux.

-    Hum, certains me connaissent déjà, d’autres non, vous aurez le temps de me connaître vu que je vous verrai assez souvent… d’ici là, VIGILANCE CONSTANTE ! Il se pourrait que des Détraqueurs traînent dans les parages depuis l’attaque, je pense que pour ce cours, on va aller faire un petit tour de nuit dans la Forêt Interdite, ça ne va pas vous faire de mal.

-    Mais Monsieur, on nous a dit que l’on avait pas le droit d’y aller, bredouilla Ben !

-    Vous n’allez quand même pas me dire que vous comptez respecter le règlement intérieur. Par la barbe de Merlin, vous ne craignez rien si vous restez vigilants, VIGILANCE CONSTANTE.

        La moitié de la classe sursauta à nouveau.

-    Donc on va aller faire un tour et ce sera l’occasion de vous poser quelques questions de culture magique générale. On en profitera pour faire quelques exercices en grandeur nature. Suivez-moi.

            Maugrey marcha devant eux pour aller directement dans le parc. Ils le traversèrent rapidement et s’arrêtèrent devant la forêt.

-    VIGILANCE CONSTANTE ! aboya Maugrey, la forêt n’a jamais été un endroit très sûr, alors gardez vos baguettes allumées.

            Ils avancèrent d’abord un peu dans la Forêt Interdite. Tous étaient terrifiés, que ce soit les anciens élèves ou les nouveaux. Seuls Harry, Ron et Hermione commençaient à connaître un peu mieux cette forêt et n’étaient plus aussi terrifiés qu’au début. Personne ne parlait et tous étaient occupés à regarder autour d’eux avec peur, essayant de traquer un éventuel danger.

            Il y avait beaucoup de bruits suspects dans la forêt. Les herbes bougeaient, les arbres se balançaient au gré du vent, on entendait des cris d’animaux qui glaçaient le sang, mais pour autant, on ne voyait rien à part les brumes qui envahissaient le peu d’espace libre que laissait la végétation.

            Ils débouchèrent dans une clairière qui était légèrement éclairée par la lumière lunaire.

-    Bien, on va s’arrêter ici, annonça Maugrey. Vous allez tous vous cacher derrière un arbre, l’endroit est aménagé exprès pour cet exercice. Je serai au centre de la clairière et je vous enverrai des éclairs de stupéfixion. A chaque fois que je dirai « top », vous allez aller derrière l’arbre suivant, en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre. Vous devrez faire le plus vite possible et éviter les sortilèges que je vous lancerai. Pour l’instant, vous avez le droit d’utiliser le Charme du Bouclier. Allez, c’est parti, qu’est-ce que vous attendez !

            Tous coururent se cacher derrière un arbre, il y en avait suffisamment pour qu’ils en aient tous un. En face de Harry, un élève avait sorti la tête et il dut vite se cacher pour éviter l’éclair qui venait de la baguette de Maugrey.

-    TOP !

            Ils coururent tous vers l’arbre suivant mais Maugrey n’envoya cette fois pas d’éclair.

-    Bien, vous avez compris, TOP !

            Ils coururent à nouveau et cette fois-ci Maugrey envoya trois éclairs. Une élève tomba, c’était Egogonde. A ce moment-là, Hermione sourit et Maugrey lui envoya un éclair en pleine tête. Elle tomba elle aussi.

-    Bien, vous partez tous avec cent points, à chaque fois que vous êtes touchés, j’en enlève un, VIGILANCE CONSTANTE !

            A chaque fois qu’un élève était touché, Maugrey le ranimait et l’exercice allait de plus en plus vite. Les nouveaux avaient d’abord trouvé l’exercice amusant mais après une demi-heure, ils commençaient à avoir les jambes lourdes.

            Harry, quant à lui, avait été touché seulement deux fois alors que d’autres se faisaient toucher presque à chaque fois.

-    Je ne vais pas vous cacher que c’était nul, grogna Maugrey, je vous ai dit que vous pouviez utiliser le Charme du Bouclier, ce n’est pas pour rien. Alors on va compliquer l’exercice. Maintenant, lorsque je dirai « un », vous partirez dans le sens des aiguilles d’une montre, lorsque je dirai « deux », vous partirez dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. Et vous n’avez cette fois-ci plus le droit d’utiliser le Charme du Bouclier. Ne croyez pas que je note pas, j’ai les score de chacun d’entre vous. Mr Weasley est en tête avec quatre-vingt-dix-neuf. Et Mrs Dazzle est dernière avec cinquante-deux points. C’est reparti. Un !

            Certains se firent surprendre et ne bougèrent pas, d’autres tournèrent dans le mauvais sens.

-    C’est quoi ce cafouillage ! VIGILANCE CONSTANTE. Replacez-vous !

            L’exercice paraissait interminable mais Harry essayait de le réussir le mieux possible car il savait qu’il pourrait se retrouver dans une situation assez proche avec les Mangemorts.

            Il était assez content de lui et avait réussi plusieurs fois à éviter des éclairs. Il avait même fait une roulade par terre, déchirant un peu sa robe, pour éviter un éclair de Maugrey.

            Une autre fois, Harry avait tenté une autre roulade mais Maugrey lui avait envoyé deux éclairs de suite et il n’avait pas eu le temps de se relever pour le deuxième.

-    Très bien, on va s’arrêter là, c’était mieux, il faut absolument que vous soyez plus réactifs. Reposez-vous un peu et VIGILANCE CONSTANTE, même pendant la récupération… il se pourrait que quelques Détraqueurs traînent dans les parages.

            Ils récupérèrent un peu leur souffle mais Maugrey était déjà prêt pour un nouvel exercice.

-    Allez, vous vous placez au centre, assis en rond, dos aux arbres. A chaque fois que je dirai « TOP », vous irez vous placer derrière les arbres le plus vite possible, et puis vous enverrez des étincelles en l’air. Ah, j’ai oublié de donner les scores, Mr Wood est en tête, avec quatre-vingt-douze points, c’est bien. Mrs Brown, douze points seulement…

            Le nouvel exercice était encore plus épuisant, et Maugrey n’avait pas précisé au début qu’il enverrait des sortilèges. Au bout de dix minutes, tout le monde s’était fait stupéfixer et Maugrey arrêta l’exercice.

-    Bon, il faudrait que vous soyez un peu plus agiles… on va travailler ça. En attendant, on va rester ici et je vais vous parler un peu des formations d’Aurors.

            Le sujet intéressait beaucoup Harry. Il avait voulu faire Auror à une certaine époque, et, bien que cela ne l’intéressait plus vraiment, il écoutait attentivement ce que disait Maugrey.

            Il avait expliqué que les Aurors devaient passer des tests très difficiles et très complets, qui ressemblaient fortement aux épreuves pratiques qu’ils avaient passées dans la Forêt Interdite et les cachots et qui demandait beaucoup de réactivité, beaucoup d’idée.

            Ces tests combinaient plusieurs disciplines, et ils devaient parfois utiliser des balais, résoudre des énigmes, combattre les yeux bandés…

-    Ce que l’on vous fait faire aujourd’hui est très utile, et bien sûr, on ne fera pas de vous tous des Aurors, mais il est très important de savoir réagir si jamais des Mangemorts vous attaquent, mais aussi de savoir défendre plusieurs personnes en même temps, d’avoir quelques connaissances pour être capable de guérir un blessé. Vous devez pour cela accumuler beaucoup de connaissances. Il est onze heures et je devrais vous garder jusqu’à minuit mais je vais vous laisser car l’exercice était assez fatigant. On va d’abord repasser dans la salle pour que vous preniez les cours de la journée de jeudi.

            Harry trouva que Maugrey était plutôt gentil ce soir-là, ou peut-être pressé de retrouver Mrs Bett…

            Ils récupérèrent les cours. En Initiation aux premiers secours, ils avaient le chapitre 2, intitulé « les sortilèges relaxants ». Ensuite, ils avaient eu le Magicopié du premier cours de Théories de Magie Noire du professeur Philipett, intitulé « Magie Noire et Magie Blanche, deux Magies fondamentalement opposées ». Le troisième Magicopié était celui du professeur Boolla qui enseignait les techniques de préparation de potions, c’était le premier chapitre : « Vitesse de maturation d’une potion ».  Enfin, ils avaient le cours du professeur Slughorn, de travaux pratiques de potions, qui détaillait la préparation de la potion Anti-Frissonnante.

-    Vous lirez tout ça pour jeudi, vous avez toute la journée de demain. Et sinon pour vendredi, je ne vous donne rien, mais cela ne vous empêche pas de vous entraîner entre vous, il y a des livres pas mal à la bibliothèque Dawlish, vous devriez allez y faire un tour.

            Ils rentrèrent à leur appartement, et Harry resta un peu seul avec Fumseck dans le salon, ne voulant pas dormir tout de suite. Il en profita pour continuer un peu la lecture du livre que lui avait donné Melodge. Depuis qu’il connaissait Fumseck, il avait l’impression que leur lien ne cessait de s’intensifier. Et il était maintenant temps de le varier selon le livre de Melodge.

            Celui-ci expliquait en effet que lorsque le lien qui unissait le sorcier et le Phénix était très sincère, il se développait rapidement, et que dans ce cas, il ne fallait pas trop le laisser se développer sans le contrôler. Et qu’il fallait apprendre à le diversifier, en communiquant souvent, en essayant d’utiliser de nouvelles possibilités. Harry se dit que lors de son prochain entraînement, ils apprendraient à voir ce que voit l’autre.


Chapitre précédent - Chapitre suivant