Retour au chapitre

Chapitre 006: Tests de Transplanage


-     Quoi ? s’exclama Harry.

-    Ce phénix est le fils ou plutôt l’enfant de Fumseck le phénix qu’avait Albus, reprit Melodge.

-    Vous êtes sûr ?

-    Ben, bien sûr, je l’ai vu naître. Un jour Albus m’a envoyé un hibou pour me dire que Fumseck avait pondu.

-    Les phénix pondent ? s’étonna Harry. Oui, en fait c’est plutôt logique, comme les oiseaux.

-    Oh non, cela n’a rien à voir avec les oiseaux, expliqua-t-il. Les phénix brûlent régulièrement et renaissent de leurs cendres. Lorsque cela se produit, il se peut qu’il apparaisse un œuf d’or au milieu des cendres. C’est ce qui est arrivé à Albus un jour. Il a trouvé l’œuf en dessous du perchoir de Fumseck. Généralement, les phénix ne pondent qu’une fois dans leur vie. C’est pour cela que leur nombre ne peut augmenter. Ils ne peuvent pas non plus mourir sans avoir pondu, à part si le sorcier meurt. Ils ne meurent que par désespoir une fois que leur sorcier conjugué a disparu. Ils errent longtemps autour de leur maison, parfois pendant des années, quand ça se produit et après ils finissent par brûler définitivement.

-    Fumseck, lui, n’a pas erré longtemps, il a disparu lorsque Dumbledore a été brûlé.

-    Quoi ? s’exclama-t-il.

-    Oui, mais j’ai vu quelque chose de bizarre quand ça s’est produit. J’ai cru voir Fumseck dans les flammes qui ont brûlé Dumbledore.

Octave Melodge resta figé mystérieusement pendant plusieurs secondes. On voyait qu’il réfléchissait.

-    Harry, tu es sûr de cela ? demanda-t-il d’un air très grave.

-    Oui, mais ce n’était peut-être qu’une hallucination.

-    Si c’est vrai, alors peut-être … non, ce n’est pas possible.

-    Qu’est-ce qui n’est pas possible ? demanda Harry.

-    Rien, rien, il y a plein de légendes autour des phénix. Ce ne sont bien sûr que des légendes et il n’y a encore aucune preuve de leur vérité. Ce ne sont que des choses inventées qui datent du Moyen-Age.

Il retourna dans la pièce à côté chercher un livre, qu’il ouvrit. Il chercha plusieurs minutes et s’arrêta à une page. Harry vit qu’il relut plusieurs fois la même page et il essaya de voir ce qu’il y avait mais Melodge cacha le livre. Il réfléchit encore.

-    Tu dis qu’il a erré jusqu’à ce que Albus soit brûlé et que tu l’as vu dans les flammes ! dit-il frénétiquement en secouant Harry par le bras.

-    Euh oui, répondit Harry surpris de cette réaction, il y a quelque chose qui ne va pas.

-    Non, non, rien, il ne faut pas … non. C’est rien, dit-il, se calmant un peu. Bien. Il y a des tas de légendes à propos des phénix. Albus m’avait dit que tu dois être prudent et ne jamais les croire. Il m’a dit la dernière fois que je l’ai vu qu’il allait utiliser une de ces légendes. Ca a peut être marché mais c’est de la folie. Il faut vraiment avoir confiance en son phénix et que le phénix ait confiance en son sorcier. Je crois avoir compris, espérons que ça a marché. Mais ne tiens pas compte de ces légendes, Harry.

-    Bien d’accord, répondit Harry, n’ayant rien compris à ce que Melodge venait de lui dire.

-    C’est parfait, donc, Fumseck et toi êtes liés, désormais. Comme prévu, tous les phénix voulaient se lier avec toi mais tu as choisi et tu as choisi le fils de Fumseck. C’est bizarre.

-    Quelque chose m’a dit de choisir Fumseck et de l’appeler comme ça.

-    Oui, oui, je comprends. Cela veut dire que tu as des qualités communes avec Albus. Il m’a dit que tu t’étais très assagi ces derniers temps et m’a un peu raconté ce que tu faisais. En fait, tu lui ressembles beaucoup malgré la différence d’âge.

-    Ah merci … dit Harry très content. Pour lui, on ne pouvait pas lui faire de plus beau compliment.

-    Tu devras lire avec beaucoup de soin le livre que je t’ai donné. Se lier avec un phénix augmente considérablement les pouvoirs du sorcier. C’est pourquoi il faudra être très prudent.

-    Bien sûr, répondit Harry. Si jamais Fumseck pond, je vous préviens ?

-    Oh mais tu n’as rien à craindre, il faut attendre que le lien magique s’intensifie. Au bout de plusieurs dizaines d’années généralement. Je crois que Albus a battu tous les records, son phénix a pondu au bout de trois ans mais il s’est lié plus tard que toi. A part ça, les phénix sont des créatures dotées d’un puissant pouvoir magique, de la magie très ancienne que tu vas apprendre petit à petit. Le livre explique beaucoup ces pouvoirs et comment les fortifier.

-    A Poudlard, est-ce que Fumseck ne sera pas dérangé par trop de bruit et trop de gens autour de lui ? demanda Harry.

-    Il serait mieux, en effet, d’être prudent au début notamment. Les phénix aiment être seuls avec leur sorcier mais aussi avec des amis proches. Mais maintenant Fumseck connaît déjà Ronald et Hermione. Donc il serait mieux que vous ayez au moins un dortoir séparé. Ou un bureau pour toi.

-    D’accord, je me débrouillerai pour ça.

-    Bien, si tu as un problème, tu m’envoies un hibou.

Octave Melodge les remercia et leu donna un sorbet au citron comme promis. Fumseck se balançait sur l’épaule de Harry et tout le monde était émerveillé par Fumseck. Ils croisèrent Lupin et Tonks qui marchaient main dans la main.

-    Waoh ! s’exclama Tonks. Il est magnifique.

-    Bravo Harry ! lui dit Lupin.

-    Merci.

-    Comment tu l’as appelé ? demanda Tonks.

-    Eh bien, il s’appelle Fumseck.

-    Fumseck ?! s’exclama Lupin.

-    Oui, en fait c’est le fils de Fumseck de Dumbledore.

-    Eh bien bravo, répéta Lupin.

-    C’est bientôt l’heure de rentrer. Scrimgeour a dit de se retrouver au Chaudron Baveur à cinq heures.

-    Oui, retrouvons Molly et Arthur d’abord, proposa Lupin. Vous ne savez pas où ils sont ?

-    Non, répondirent-ils ensemble, nous les cherchions.

-    Bon, retournons à la boutique de Fred et George alors.

 

Ils rentrèrent tous au Terrier. Tous étaient très étonnés de Fumseck. Sinon celui-ci restait toute la journée dans la chambre, sur un perchoir que Harry lui avait acheté.

Dans la nuit, Harry rêva de phénix, il volait sur le dos de Fumseck.

Hedwige s’était montrée un peu jalouse. Elle avait été chasser toute la nuit. Quand à Pattenrond, il s’entendait très bien avec Fumseck. En fait il essayait de monter sur son perchoir pour dormir avec lui. Mais il dut se résoudre à dormir au pied du perchoir. Dans la matinée, Harry resta seul dans la chambre avec Fumseck. Il essayait de communiquer mais il en conclut qu’il était loin de l’amitié qu’il y avait entre Fumseck père et Dumbledore.

Il avait commencé à lire le livre que lui avait donné Octave Melodge mais le début parlait surtout de choses qu’il connaissait déjà.

Le soir, Scrimgeour vint lui annoncer qu’il était attendu au Ministère le lendemain pour passer ses tests de Transplanage.

-    C’est vrai ! merci, c’est gentil. Est-ce qu’il est possible que Ron le fasse aussi ? Ils les a ratés l’année dernière.

-    Oui, c’est possible, Ron ! cria-t-il. Et Hermione ?

-    Oh, elle a réussi, comme d’habitude.

-    Oui, j’ai regardé les dossiers scolaires, elle semble être une des meilleures élèves que Poudlard n’est jamais eue.

-    Oui ? demanda Ron qui venait d’arriver.

-    Comme tu as raté tes examens de Transplanage, je te propose de les repasser demain avec Harry.

-    Ah, merci ! dit-il, tout content.

-    Ca coûte combien ? demanda Harry.

-    Pour vous ce sera gratuit, je vous rappelle que c’est Arthur qui s’en occupe provisoirement.

-    Génial ! s’exclama Ron.

-    Allez, vous devriez aller vous coucher ! demain vous êtes attendus à huit heures. Kingsley vous amènera au Bureau des Examens de Transplange.

-    Merci encore Monsieur le Ministre, dit Harry.

-    Je crois qu’il est temps que vous m’appeliez par mon prénom, non ?

-    Oui, si vous voulez, dit Harry.

-    Vous pouvez même me tutoyer, hein, nous nous connaissons assez maintenant. Allez, bonne nuit !

-    Au revoir, Rufus, dirent Harry et Ron en même temps.

-    Depuis quand le tutoyez vous ? demanda Hermione qui passait par là.

-    Depuis trente secondes exactement, répondit Ron.

-    Quand même, c’est le Ministre ! dit elle scandalisée.

-    Hermione, c’est lui qui nous a proposé, pas nous, dit Harry.

-    Bon, ce n’est pas grave, il faut que l’on discute, allez, suivez moi.

Ils montèrent dans la chambre et Hermione ferma la porte précautionneusement.

-            Harry, je crois qu’à la rentrée, tu devrais commencer à prendre des cours supplémentaires. Tu n’arriveras jamais à chasser Voldemort comme ça. Dumbledore connaissait beaucoup de la vieille magie. J’ai pris un livre cet après-midi qui parle de sortilèges de défense et d’attaque très anciens. Et il se trouve qu’il y en a certains qui ne peuvent être utilisés que lorsque l’on est lié avec un phénix. J’espère que le frère de Dumbledore pourra nous aider.

-            Dumbledore l’a dit dans sa lettre. Et Rogue va m’apprendre en plus de la vieille magie.

-            Oui je l’espère, mais je ne sais pas si ça suffira, dit-elle gravement.

-            Eh bien je m’entraînerai.

-            Nous t’aiderons Harry ! dit-elle et Ron acquiesça. Tu devrais commencer à apprendre quelques sortilèges, parce que tout va se passer très vite. Rogue va certainement te contacter dans l’été. Et tu risques de devoir faire des missions rapidement. Regarde au moins les sortilèges de défense. Il y en a plusieurs. Elle lui tendit le livre ouvert au chapitre « Défense élémentaire ».

Sur chaque page il y avait un sortilège avec un schéma le représentant. Harry reconnut un sortilège que Dumbledore avait déjà fait, il consistait en des flammes qui peuvent être dirigées n’importe où et qui tourbillonnent pour faire embrouiller l’ennemi et l’empêcher d’agir.

-    Celui-là, j’ai déjà vu Dumbledore le faire, il s’en est servi contre les Inferi mais aussi sur Voldemort au Ministère.

-    Eh bien, donc il ne reste plus qu’à l’apprendre, dit-elle.

-    Oh, pas ce soir dit Harry, demain on va au Ministère à huit heures.

-    C’est pas grave, dit-elle.

-    Mais on ne va pas faire ce sortilège ici, ça va tout brûler.

-    Il suffit de modifier un peu la pièce. Mrs Weasley m’a autorisé à agrandir la chambre.

-    Si c’était moi qui lui avait demandé, elle m’aurait jeté, dit Ron.

-    Oui mais là c’est pour quelque chose d’important ! dit-elle.

-    D’accord, mais alors, c’est toi qui agrandis la chambre.

-    Si tu veux. Space amplificatum, dit-elle en parcourant la pièce avec sa baguette. Les murs se poussèrent et le plafond monta un peu. Bien, maintenant, nous pouvons commencer.

-    Comment as-tu appris ce sortilège ? demanda Ron.

-    Il est très simple sur de petites pièces, dit-elle. Scrimgeour nous l’a …

-    Rufus ! dit Ron fermement.

-    Oui, Rufus nous l’a appris hier. Mais ce matin, lorsque vous dormiez encore, Mr Weasley me l’a fait essayé car je lui ai demandé. J’ai agrandi la cuisine et après je l’ai rétrécie. Et finalement Mrs Weasley m’a autorisé a agrandir la chambre, voilà. Mais c’est facile, vous l’apprendrez une autre fois, en attendant, on apprend ce sortilège. Alors, la formule est Serpenflamentis, il ne faut absolument pas vouloir le mal de la personne à qui on lance le sortilège …

-    Et Dumbledore a réussi à le faire sur Voldemort ! s’exclama Harry.

-    Oui, mais Dumbledore est capable de pardonner facilement. Pour l’instant tu vas le faire sur quelque chose de plus facile que Voldemort. Ce sortilège n’est pas dangereux, il bloque juste l’adversaire en l’effrayant et en créant une prison magique. Il faut peut-être commencer à prononcer la formule, vas-y … sans la baguette …

-    Serpenflamentis, dit Harry.

-    Bien, maintenant il faut le faire avec la baguette … Ron, es-tu d’accord de servir de cible ?

-    Quoi ? s’exclama Ron, vas-y toi !

Ils entendirent un bruissement d’ailes et Fumseck vint se poser sur l’épaule de Harry.

-    Fumseck, dit-il. Et il émit un petit cri.

-    Je crois qu’il se propose, dit Hermione. Fumseck confirma avec le même petit cri. Oui, j’ai déjà lu que les phénix peuvent aider leurs dresseurs à s’entraîner, les sortilèges ne leur font aucun effet.

-    Bien, d’accord. Fumseck s’envola et se plaça au milieu de la pièce face à Harry.

-    Allez, dit Hermione. Harry se concentra, il lui était facile de ne pas vouloir faire de mal à Fumseck.

-    Serpenflamentis, dit-il fermement. Une très fine flamme sortit de la baguette mais elle parcourut un mètre et s’arrêta.

-    Recommence, dit Hermione, il faut que tu penses quand même que Fumseck t’attaque ! Harry ! Harry se concentra encore, il n’avait pas du tout pensé que Fumseck l’attaquait. C’est pour cela que la flamme s’était arrêtée.

-    Serpenflamentis, dit-il à nouveau. La flamme sortit à nouveau mais Harry avait des difficultés à penser que Fumseck l’attaquait et la flamme ne parcourut encore qu’un mètre.

Plusieurs fois, il refit la même chose. Finalement, Fumseck fit semblant d’attaquer Harry en émettant un cri perçant et effrayant qui n’avait rien à voir avec le magnifique chant que Harry avait déjà entendu. Cette fois, Harry réussit le sortilège, la flamme s’enroula autour de Fumseck pendant quelques secondes avant de s’arrêter. Hermione applaudit.

-    Bravo Harry ! dit-elle, c’était très bien.

-    Ca va, Fumseck ? demanda Harry. Il lui répondit par un petit cri.

Hermione insista pour lui faire refaire le sortilège plusieurs fois. A la fin, il y arriva beaucoup mieux, il arrivait maintenant à diriger sa flamme beaucoup mieux et elle durait plus longtemps.

A minuit, Mrs Weasley vint les voir.

-    Bravo Hermione ! tu as bien réussi le sortilège pour changer la chambre.

-    Merci, dit-elle.

-    Mais après, remettez la comme avant, hein.

-    Bien sûr, dit Hermione.

-    Vous devriez vous coucher maintenant, demain vous vous levez tôt.

-    Harry a appris un nouveau sortilège, dit Hermione.

-    C’est très bien, Harry, mais couchez vous maintenant. Allez …

Hermione monta dans sa chambre et Harry et Ron se couchèrent. Il était très content d’avoir réussi ce sortilège qui était très difficile. Il s’endormit rapidement, épuisé par l’entraînement.

 

Le matin suivant, Mrs Weasley le réveilla à sept heures, il avait beaucoup de mal à se lever et Fumseck se mit à émettre son chant magnifique ce qui mit Harry de très bonne humeur.

Ils passèrent par la Porte à Transplaner et arrivèrent dans le bureau de Kingsley Shackelbot. Il était en train de discuter avec Scrimgeour. La discussion semblait très sérieuse. Un sorcier entra et murmura quelque chose à l’oreille de Scrimgeour.

-    Bonjour les enfants, je suis désolé mais vous devez attendre un peu, il y a eu un meurtre et on doit contacter la Gazette du Sorcier, annonça Scrimgeour.

-    C’est, … que s’est-il passé ? demanda Harry, craignant ce qu’il allait apprendre. Hermione tremblait mais …

-    Non, ce n’est pas grave, c’est Drago Malefoy et Narcissa Malefoy qui ont été retrouvés morts avec la Marque des Ténèbres. Ce doit être Voldemort, comme pour Lucius, mais l’enquête est en cours … et puis on a peut-être retrouvé Ollivander …

Il prit un parchemin et commença à écrire rapidement puis il l’enroula et s’en alla en courant.

-    Kingsley, vas-y, ce n’est pas grave, je m’occupe de tout, peut-être que je vous retrouve après, Arthur vous rejoindra certainement mais il a du travail, il est sur les lieux du meurtre en ce moment, allez, bonne journée. Et il partit en courant dans l’escalier qui montait à son bureau.

-    Allez, suivez moi, dit Kingsley. Ca va ? demanda-t-il.

-    Oui, ça va, dirent-ils tous ensemble.

-    J’espère que Ollivander va être retrouvé, dit Hermione.

-    Il semblerait que les Mangemorts le détenaient et qu’ils l’ont laissé s’échapper. Ca a peut-être un lien avec l’assassinat des Malefoy, on ne sait pas, ça fait des mois qu’on cherche, mais là on a vraiment un espoir de le retrouver.

-    C’est très bien, dit Hermione.

-    Oui, c’était une grosse perte pour la Communauté. Ils entrèrent dans l’ascenseur et descendirent au  niveau trois.

Harry avait déjà transplané illégalement donc il pensait que ce serait facile. Ron, lui aussi savait presque le faire.

Mais, cela leur prit la matinée jusqu’à midi quand même. Ils savaient maintenant transplaner parfaitement. On leur avait fait faire des exercices et ils avaient même dû faire transplaner les examinateurs en les faisant s’accrocher à leur bras. Cela était maintenant obligatoire dans les permis de transplaner. Ils rentrèrent au Terrier avec leur permis. Hermione en avait profité pour lire le livre qu’elle avait acheté.

Ils remontèrent au Département de la Lutte contre la Magie Noire. Il était désert contrairement à tous les autres Départements qui grouillaient de monde.

Mr Weasley et Rufus n’étaient toujours pas rentrés et Kingsley avait même dû partir. Ils repassèrent par la Porte à Transplaner. Ils expliquèrent à Mrs Weasley ce qu’il s’était passé.

-    Eh bien, je crois que ce n’est pas la peine de les attendre pour manger, dit-elle.

-    Ce sera dans la Gazette de demain, dit Harry.

-    Oui, ce n’était pas dans celle d’aujourd’hui, dit Mrs Weasley, ils l’impriment à sept heures du matin.

-    Ah, ils ne savaient donc pas encore.

-    Alors, vous avez votre permis de transplaner ?

-    Oui, on l’a eu, s’écria Ron.

-    Bravo, c’est très bien, les enfants.

-    Nous mangeons dans dix minutes, dit-elle alors qu’ils commençaient à monter les escaliers. Mais ils entendirent des bruits de pas précipités.

-    Pfouh !

-    Ah, vous êtes là … les enfants viennent de rentrer. Harry, Ron et Hermione redescendirent l’escalier.

-    On l’a bien retrouvé ! s’exclama Rufus, ah Molly, tu ne dois pas savoir …

-    Si, les enfants m’ont informé.

-    Ah, bien. C’était juste, les Mangemorts le cherchaient aussi, il y a eu une bataille mais comme il y avait une vingtaine d’Aurors et qu’ils n’étaient que cinq, ils ont fui rapidement, on n’a pas réussi à en interpeller, on ne s’y attendait pas. Ollivander est à Ste Mangouste, mais il va s’en remettre. Il est très maigre et il semble qu’il ait été torturé.

-    Oh, quelle horreur ! s’exclama Hermione.

-    Oui mais ça va aller. On l’a retrouvé près d’un quartier moldu, et il y a plein de moldus qui ont assisté à tout ça, les Oubliators ont beaucoup de travail. On va l’interroger plus tard. En attendant tout les Aurors sont dépêchés un peu partout. Il y en avait qui étaient en vacances mais ils ont dû rentrer. Il y en a dix supplémentaires à Ste Mangouste. Les autres sont toujours là-bas. Mais nous allons devoir repartir, nous mangeons vite, on vous en dira plus plus tard.

Ils mangèrent très rapidement et repartirent.

-    Au fait, Harry, un hibou veut te donner une lettre, il n’a pas voulu que je la prenne, dit Mrs Weasley.

Un vieux hibou attendait sur la fenêtre. Harry l’ouvrit et le hibou lui tendit la patte. Harry décrocha la lettre. Mais le hibou ne partit pas. Il resta sur la fenêtre.

Ils montèrent dans la chambre et fermèrent la porte. Fumseck dormait sur son perchoir. Harry lui caressa la tête. Puis il ouvrit la lettre.

 

Bonjour Mr Potter,

 

Avez-vous lu la lettre de Mr Dumbledore qui vous était destinée ? Sinon, demandez la au professeur McGonagall. Si vous l’avez lue, bien sûr, vous saurez qui je suis.

Renvoyez moi votre réponse avec ce hibou.

 

PS : si vous m’avez reconnu, n’inscrivez jamais mon nom dans une lettre, appelez moi AD4. Vous êtes désormais AD2, Mr Dumbledore est AD1 et son frère est AD3.

 

Harry comprit tout de suite que c’était Rogue. Il prit un bout de parchemin vierge et rédigea sa réponse.

 

Bonjour AD4,

 

J’ai bien eu la lettre de AD1, je sais qui vous êtes.

 

AD2

 

Il roula le bout de parchemin et redescendit l’escalier. Il attacha la lettre à la patte du hibou qui s’envola tout de suite.

Ils remontèrent dans la chambre.

-    Pourquoi AD demanda Ron.

-    Mais enfin, ça veut dire l’Armée de Dumbledore, dit Hermione comme si c’était évident.

-    Oui, c’est logique, dit Harry.

-    Je suppose que Rogue …

-    AD4 ! coupa Hermione. Il faut prendre l’habitude d’utiliser ces codes ! quand on devra en parler entre nous et qu’il y aura tout l’Ordre du Phénix autour, est-ce que tu te verrais dire « ce soir, on va voir Rogue … ».

-    Oui, d’accord, d’accord … je disais que AD4 va sûrement donner un rendez-vous à Harry, recommença Ron.

-    Evidemment, dit Hermione. Mais je ne sais pas comment tu vas faire pour y aller.

-    Tu sais, on a eu notre permis de transplaner, ce matin ! dit Ron.

-    Oui mais je veux dire, pour la sécurité …

-    Eh ben, dit Harry.

-    Quoi « eh ben », tu ne vas pas pouvoir aller tout seul n’importe où.

-    Je pense que je le ferais venir à Privet Drive. Puis il réfléchit. Non, je, je ne préfères pas, j’ai un mauvais pressentiment à propos de ma tante.

-    C’est vrai que c’est une sorcière …

-    C’est à propos de la Marque des Ténèbres ? demanda Hermione.

-    Oui, mais aussi au regard qu’elle m’a lancé. C’est peut-être idiot, mais je crois qu’elle va devenir une Mangemort …

-    Tu as dû rêver, Harry, ce n’est pas possible.

-    Peut-être mais je préfère ne pas faire venir Rogue là-bas. Je n’y retournerai même plus du tout. Il faut que je retourne prendre quelques affaires et puis je ne sais pas …

-    Tu pourras habiter ici, dit Ron. Avec Maman, il n’y aura pas de problème.

-    Oui, en attendant, peut-être, merci.

-    Je pense que vous irez chez AD3, dit Hermione.

-    Oui, c’est possible. J’espère que Rogue vous fera venir aussi.

-    Je ne sais pas. Il faudra voir avec AD3 aussi. J’espère que AD4 te répondra rapidement.

-    Hermione, tu ne crois pas que tu te la pètes un peu avec ces AD, dit Ron.

-    Moi, mais pas du tout, dit-elle en rougissant. C’est un code que nous devons utiliser, c’est tout.

-    Mais Rogue, euh AD4, a voulu dire cela que pour les lettres, Hermione, dit Harry.

-    C’est possible, mais il faut que l’on soit prudents pour ne pas tout gâcher, alors entre nous d’accord mais c’est tout.

-    Oui parce que je me voyais mal appeler Dumbledore AD1, dit Harry.

-    Bien Harry, il faut continuer l’entraînement, dit Hermione.

Elle lui fit refaire le sortilège du « Serpent de Feu » jusqu’à ce que Harry le maîtrise parfaitement. Il arrivait à diriger la flamme comme il le voulait par de simples petits mouvements avec sa baguette.

Ensuite Hermione voulut passer à un autre sortilège de défense. Elle en fit choisir un à Harry et il choisit encore un qu’il avait déjà vu faire. C’était Voldemort qui l’avait fait, un bouclier en argent qui pouvait repousser les sortilèges les plus puissants, même les Sortilèges Impardonnables. C’était un sortilège de la Magie Noire qui nécessitait une grande colère.

-    Il faut que quelqu’un te jette un sort, Harry. Si tu veux, on peut commencer avec un Eclair de Stupéfixion, proposa Hermione.

-    Mais comment vais-je faire pour être en colère ? demanda Harry.

-    Si tu veux je peux me déguiser en Voldemort, proposa Ron.

-    Ron, enfin, je ne sais pas si c’est une très bonne idée. Fumseck s’envola et émit un horrible cri. Tous se bouchèrent les oreilles et commencèrent à s’énerver entre eux.

-    Bon, Hermione, tu te dépêches ou non de me lancer ce sort.

-    Et comment vas-tu faire si tu ne connais pas l’incantation ? idiot ! répondit-elle.

-    Si tu te dépêchais de me la dire, aussi.

-    Oui, Hermione, tu es pénible, vraiment, si tu crois qu’on va y passer la nuit ! cria Ron.

-    OUI ! JE VAIS VOUS LA DIRE MOI ! C’EST AGARMINIS ! MAIS T’AURAIS PU LA LIRE TOIT, C’EST MARQUE LA ! hurla-t-elle.

-    BON ET BIEN MAINTENANT QU’EST-CE QUE TU ATTENDS ! répondit Harry.

-    Stupéfix !

-    Agarminis ! dit Harry au moment où l’éclair rouge jaillissait de la baguette d’Hermione. Un bouclier d’argent très fin apparut devant Harry. Le sort frappa le bouclier qui émit une note très aigue. CONTINUEZ ! leur cria Harry.

-    Impedimenta ! cria Hermione.

-    Agarminis ! encore une fois le bouclier apparut et stoppa le sort.

-    Tarentallegra ! cria Ron.

-    Agarminis ! cria à nouveau Harry. La note qui s’échappa de lorsque le sort frappa le bouclier fut plus grave que les autres fois.

Pendant près d’une demi-heure Ron et Hermione lancèrent des sorts sans interruption à Harry, parfois tous les deux en même temps. La note qui s’échappait était maintenant très grave et résonnait très longtemps ce qui traduisait l’augmentation de la puissance du sortilège de Harry.

Ce fut Fumseck qui stoppa l’entraînement en commençant son chant magnifique. Lentement, Harry, Ron et Hermione se calmèrent.

-    Désolé de m’être énervé, dit Harry.

-    Je crois qu’on s’est tous énervés, dit Hermione.

-    Oui, dit Ron, mais ça va mieux d’un coup.

-    C’était excellent, Harry ! s’enthousiasma Hermione.

-    Fumseck est génial, remarqua Ron.

-    C’est grâce à son chant que nous nous sommes énervés, mais ça a bien fonctionné. C’est un sortilège extrêmement compliqué et tu l’as réussi du premier coup ! s’exclama Hermione.

-    Merci Fumseck, dit Harry.

-    Bon, maintenant, il faudrait s’entraîner aux sortilèges non formulés, dit Hermione, toi aussi, Ron. Le nouveau prof de défense contre les forces du mal sera intransigeant là-dessus, dit Hermione gravement. Et puis, si c’est Maugrey Fol-Œil !

-    Oui, c’est vrai, allons-y dit Ron, je suis motivé, là !

-    Eh bien, allons-y !

Ils s’entraînèrent aux sortilèges non formulés pendant une heure. Harry trouvait qu’il était beaucoup plus facile de se concentrer quand ce n’était pas Rogue qui lui lançait des sorts. Il arrivait mieux à lancer des sortilèges non formulés.

-    Bon, c’est  très bien, dit Hermione. Je vais commencer à faire le programme pour l’AD, je vous rappelle que Dumbledore veut qu’on continue.

-    Oui, nous continuerons mais pour l’instant je vais jouer un peu au Quidditch, tu viens, Ron.

-    Ouais, j’arrive.

Ils jouèrent longtemps jusqu’à ce que Mrs Weasley les appelle à la tombée de la nuit. Mr Weasley venait de rentrer avec Kingsley Schackelbot et Lupin.

-    Bon, Rufus fait quoi ? demanda Mrs Weasley.

-    Il est à Ste Mangouste pour interroger Ollivander. Il ne mangera pas ici, il va falloir qu’il continue l’enquête, dit Arthur.

-    Ils m’ont libéré parce qu’ils ont dit que je travaillais trop mais je vais quand même y retourner après, c’est une enquête importante.

-    Vous en avez appris plus ? demanda Mrs Weasley.

-    Pas beaucoup, on attend les conclusions de l’interrogatoire pour savoir si on peut définitivement lier les deux affaires, répondit Kingsley.

-    Il semble que les Mangemorts vont attaquer, c’est cela ? demanda Mr Weasley à Kingsley. J’ai entendu Scrimgeour, il a dit qu’il y a beaucoup d’agitation dans l’Allée des Embrumes.

-    Oui, on ne sait pas trop ce qui va se passer mais on sent que la situation est de plus en plus tendue. C’est peut-être rien mais c’est symbolique, un Auror a reçu un œuf sur la tête au Chemin de Traverse et puis dans l’Allée des Embrumes, comme tu l’as dit, il y a beaucoup d’agitation. Les Aurors espions sont chargés d’écouter les conversations et ils ont entendu que les Mangemorts allaient se venger du surnom « Voldy » que Scrimgeour a donné à Voldemort.

-    C’est bien ce que j’avais dit, il n’aurait jamais dû, dit Hermione gravement.

-    Je lui avais dit aussi, dit Kingsley, mais il a dit que ce n’était pas grave. En attendant, tous les Aurors sont mobilisés.

-    Pour les sécurités magiques, nous nous activons pour les Sortilèges Anti-Transplanage. Les vérifications sont faites pour l’Hôpital Ste Mangouste. Il n’y a pas de trou dans le Bouclier Anti-Transplanage mais il reste fragile quand même. Les chambres sont en train d’être fouillées et toutes les personnes qui entrent sont fouillées, expliqua Mr Weasley.

-    C’est ce qu’il faut, deux Aurors ont terminé leur formation aujourd’hui, ils sont opérationnels dès demain, ils commenceront par la surveillance au Chemin de Traverse.

-    Vous allez être content, les Portes à Transplaner sont réglées, il va falloir les installer mais il faudrait une escorte d’Aurors pour les envoyer au Chemin de Traverse, c’est les deux prochaines qui vont être installées.

-    Il faudra que je demande à Stridus demain. Dès qu’elle sera prête, il faut laisser deux Aurors en permanence à chaque Porte. On va aussi mettre un Bureau de Renseignements du Ministère au Chemin de Traverse. Un commerçant à la retraite nous a vendus sa boutique. Il faudrait qu’il y ait un représentant de chaque Département dans ce bureau. Après, nous, on y placera deux Aurors.

-    C’est une bonne idée, il faudra que je voie, je pense que dans la semaine quelqu’un devrait prendre la tête du Département des Transports Magiques, ça me fera du travail en moins, je pourrais plus m’occuper des formations pour les sécurités magiques, seuls Gilbert, Herv et Flavius savent lancer des Sortilèges Anti-Transplanage, il faut qu’ils l’apprennent à d’autres en formation mais ils ont tellement de travail qu’ils ne pourront pas avant un mois.

-    Cette Rita Sketter est horrible, elle n’arrête pas de nous tourner autour partout où l’on va, Scrimgeour lui a confisqué son article juste avant qu’elle l’envoie à la Gazette du Sorcier. Il était très en colère, si tu voyais tout ce qu’elle a pu écrire comme bêtises. Il va devoir en plus contacter le directeur …

-    Je crois qu’il va falloir qu’on lui dise deux mots, murmura Hermione à l’oreille de Harry.

-    Oui.

On entendit un bruit et le hibou de Rogue frappa à la vitre. Harry ouvrit la fenêtre et prit la lettre. Comme la fois précédente, le hibou resta à la fenêtre. Harry, Ron et Hermione montèrent dans la chambre pour lire la lettre.

 

AD2,

 

Puisque vous avez bien eu la lettre de AD1, vous savez que nous devons nous réunir bientôt chez AD3. Nous irons en transplanant, est-ce que c’est possible dimanche prochain dans la soirée, dites moi où je dois vous retrouver. Pour ne pas me faire repérer, je me déguiserai en votre ami Mr Weasley, donnez moi un cheveu de lui. Surtout ne dites à personne ce que vous faîtes et dites moi si c’est possible dimanche. Dites moi aussi où et à quelle heure je dois vous retrouver.

 

AD4.

 

-    Ce sera possible, dimanche ? demanda Harry.

-    Je ne sais pas, nous devrions être à Poudlard, répondit Hermione. Peut-être qu’il devrait te retrouver à Pré-Au-Lard.

-    Je pense qu’on devrait le dire à personne. Je partirai dans la nuit et puis je reviendrai quand ça sera fini, non ?

-    Euh, je ne suis pas sûre, c’est peut-être dangereux d’aller à Pré-Au-Lard tout seul la nuit.

-    Je prendrai la cape d’invisibilité et puis je ne vois pas ce que je pourrais inventer comme excuse.

-    C’est ça le problème, mais tu peux dire que tu retournes voir ton oncle et ta tante ? non ?

-    Et qui va me croire ? demanda Harry ironiquement.

-    Bon d’accord …

-    Ah huit heures, c’est bon ?

-    Il ne fera pas nuit, remarqua Hermione, et puis on n’aura peut-être pas fini de manger !

-    Bon alors à dix heures c’est bon, oui dix heures.

-    Ron, il faut que tu donnes un de tes cheveux ! dit Hermione.

-    Pourquoi moi ?

-    Rogue ne va pas se transformer en moi, quand même ! dit Hermione en abaissant la voix pour ne pas qu’on puisse l’entendre.

-    Bon d’accord dit Ron, qui n’avait pas l’air convaincu. Et comment je le coupe ?

-    Oh, ce n’est pas difficile, répondit Hermione. Tu as une baguette pour cela. Elle lui prit un cheveu. Cracbadabum. Et voilà ! ça ne t’a même pas fait mal, tu vois. Elle le donna à Harry.

-    Merci.

Harry rédigea sa réponse.

 

AD4,

 

Je pourrais vous retrouver à Pré-Au-Lard dimanche prochain à vingt-deux heures. Je suis désolé mais je ne pourrais pas avant pour éviter les soupçons. On pourrait se retrouver derrière les Trois Balais par exemple. Le cheveu est avec.

A dimanche,

AD2.

 

-    Voilà, il faut fixer le cheveu maintenant mais je ne sais pas comment faire, Hermione ? demanda-t-il.

-    C’est lamentable, Harry, tu ne connais même pas les sortilèges élémentaires ! il va falloir qu’on s’entraîne beaucoup. Elle prit le parchemin et le cheveu. Fixatum eternalis, dit-elle sa baguette pointée sur le cheveu, des étincelles argentées en sortirent. C’est le sortilège de la Glu Perpétuelle.

-    Mais alors comment va-t-il faire pour le décoller ? demanda Harry.

-    Ne sois pas bête, il n’est attaché qu’à une extrémité, il n’aura plus qu’à le couper et à préparer son Polynectar, dit Hermione.

-    Bon, allons-y.

Ils redescendirent et confièrent la lettre au hibou qui s’envola.

Mrs Weasley servit le repas et tous commencèrent à manger en silence.

Mais soudain, Rufus Scrimgeour apparut par la Porte à Transplaner.

-    Arthur et Kingsley, il faut que vous veniez. C’est Ollivander, il a plein d’informations, sur Voldemort et tout ça. Désolé, Molly pour le dérangement.

-    Mais je comprends, c’est pour le travail, je garderai le repas au chaud pour quand vous rentrerez. Et toi, Rufus, est-ce que tu mangeras ici ?

-    Si tu le veux bien, oui.

-    Mais bien sûr.

-    Alors d’accord, mais ça risque de durer longtemps. Ils devaient le tuer normalement, ce qui fait qu’ils n’ont pas modifié sa mémoire. On va apprendre plein de choses. Et puis, bien sûr il y a cette Rita Sketter qui vient encore nous emmerder …

-    Tu pourras lui dire de notre part qu’elle fasse attention à ce qu’elle écrit, dit Harry, elle comprendra.

-    Ah, d’accord, OK. Les enfants, ce n’est pas la peine de nous attendre, vous apprendrez tout dans la Gazette demain. Molly, à tout à l’heure.

Et ils repassèrent par la Porte à Transplaner.

 

Le lendemain, Hermione vint réveiller Harry et Ron pour leur montrer l’exemplaire de la Gazette du Sorcier.

-    Allez, vite. Dépêchez-vous. Le hibou vient d’apporter la Gazette, vite.

-    Oui, on arrive. Doucement, dit Ron encore endormi.

-    Bonjour les enfants, leur dit Mrs Weasley lorsqu’ils arrivèrent dans la cuisine.

-    ‘jour, dirent Harry et Ron ensemble.

-    Allez, installez-vous, je vous apporte le petit-déjeuner.

-    Alors, ‘man, ils sont rentrés hier soir ? demanda Ron.

-    Oui, vers une heure du matin, et Arthur est reparti ce matin à sept heures. Je ne sais pas comment ils font.

Il y avait quatre petites photos qui accompagnaient l’article. La première montrait les corps de Narcissa et Drago Malefoy étendus par terre, la seconde montrait la bataille qui opposait les Aurors aux Mangemorts, la troisième montrait la Marque des Ténèbres et enfin, la quatrième montrait Ollivander.

 

LA GROSSE BETISE DES MALEFOY

 

Hier matin, les corps de Drago et Narcissa Malefoy ont été retrouvés dans une forêt au Nord de la ville de Lancaster, ils ont été repérés par la Marque des Ténèbres qui planait au-dessus de la forêt et qui a provoqué beaucoup d’agitation chez les moldus.

Par ailleurs, le célèbre fabricant de baguettes magiques Mr Ollivander a été retrouvé à un endroit très proche dans un très grand état de fatigue. Cela faisait maintenant presque un an qu’il était détenu par les Mangemorts, il a été transféré à l’Hôpital Ste Mangouste pour retrouver des forces.

Mr Ollivander a pu être interrogé hier dans la soirée. Ses révélations sont très importantes pour le Ministère. Stridus Shiner, Directeur du Département de la Lutte contre la Magie Noire a déclaré « Les informations fournies par Mr Ollivander nous permettent de franchir un pas supplémentaire vers l’arrestation de Lord Voldemort ». Par mesure de sécurité, le Ministère n’a pas souhaité révéler pour le moment en détail le récit de Mr Ollivander. Nous savons seulement que Voldemort a une nouvelle baguette magique fabriquée par Mr Ollivander sous la torture.

Quant à la mort des Malefoy, Mr Ollivander a révélé que Voldemort leur avait donné pour mission de le garder avant son exécution. Mais Mr Ollivander a réussi à s’échapper et à contacter le Ministère. Voldemort aurait donc par colère tué les Malefoy, souvenons-nous qu’il s’était déjà débarrassé de Lucius Malefoy il y a une semaine.

Enfin, les Aurors sont donc allés chercher Mr Ollivander dans la forêt et il se trouve que les Mangemorts le cherchaient aussi. Ils se sont donc affrontés pendant quelques minutes. Mais devant les renforts d’Aurors, les Mangemorts ont fui en transplanant. Aucune arrestation n’a pu être faite et il n’y a pas eu d’Aurors blessés.

Le Ministère a eu beaucoup de travail pour modifier la mémoire des moldus témoins de la scène. Ils ont dû organiser une réunion des témoins en se faisant passer pour la police (les gens qui assurent approximativement la même fonction que les Aurors chez les moldus). Les Oubliators ont ainsi modifié la mémoire de quelque deux cent personnes mais le Ministère craint que des moldus ne se soient pas présentés à cette réunion.

Mr Scrimgeour a ironisé lors d’une interview « Nous laissons Voldemort tuer ses Mangemorts à la place des Aurors, et il peut même se suicider si il veut, les Aurors auront un peu moins de travail ! ». Bien sûr, le Ministère ne compte pas réduire les mesures de sécurité, puisque des Aurors supplémentaires sont formés actuellement. Tous les lieux publics magiques sont sécurisés, le Ministère veut également rassurer la population.

Le travail accompli par le Ministère est par ailleurs bien accueilli, de nombreuses personnes ont félicité l’action de Rufus Scrimgeour. Nous publierons demain une édition spéciale sur les actions du Ministère avec les critiques de la population.

Le Ministère a prévu par ailleurs d’assurer la protection permanente de Mr Ollivander lorsqu’il sortira de l’hôpital. Il devrait reprendre son activité dès le début de la semaine prochaine.

 

Après cet article, ce qui avait le plus marqué Harry était le fait que Voldemort avait une nouvelle baguette. Il se demandait comment il se faisait que Voldemort ait voulu une nouvelle baguette, à moins que l’autre ait été cassée. Mais il aurait la réponse dimanche lorsqu’il verrait Rogue.

A part ça, Harry pensait qu’il allait en savoir plus, il était donc un peu déçu mais il demanderait à Scrimgeour ce que le Ministère n’avait pas voulu révéler.


Chapitre précédent - Chapitre suivant