Retour au chapitre

Chapitre 085: La Prophétie Finale


- Le Sanctuaire des Marques, répéta Abelforth.
-    Le Sanctuaire des Marques ? demanda Hermione. Ca me dit quelque chose.
-    Il me semble que ça peut me dire quelque chose à moi aussi, répondit Abelforth, mais je n’ai vraiment aucune idée de quoi.
Ils furent tirés de leur réflexion par les détonations qui se produisaient.
C’était un petit groupe de Mangemorts qui venaient d’apparaître, et les Aurors les avaient immédiatement attaqués.
-    Arrêtez-les ! s’exclama Fudge.
-    Nous n’avons pas de prison, répondit un Auror.
-    Pas grave, on trouvera bien un endroit. Peut-être que le professeur Dillantis acceptera de nous prêter une partie des cachots pour ça, allez-y !
Les Mangemorts étaient sur le point de se faire écraser par les Aurors lorsqu’ils reçurent des renforts.
Voldemort, Rogue et Jigger venaient de transplaner, entourés d’un groupe de Mangemorts.
Voldemort s’approcha de Fudge, avec Rogue et Jigger à ses côtés.
-    Fudge Ministre ! dit-il.
Fudge fit deux pas en arrière.
-    N’ayez pas peur ! répondit Voldemort. Je ne suis venu que pour vous féliciter ! J’approuve totalement votre nomination.
Voldemort sourit avec un air amical.
Fudge ne savait pas trop comment réagir et son visage avait pris une couleur rouge.
Il était à la fois flatté et apeuré, mais voulait en même temps tenter de capturer Voldemort.
Voldemort se retourna et esquiva les éclairs de Stupéfixion des Aurors. Il ne semblait plus vouloir plaisanter. Rogue et Jigger lui traçaient le chemin en le protégeant des deux côtés.
Ils s’avancèrent tous les trois vers le Temple des Marques, côte à côte. Mais Rogue et Jigger ne pouvaient plus avancer, ils souffraient trop.
Ils s’arrêtèrent et Voldemort se retourna pour les regarder un instant. Puis il reprit son chemin.
Il s’approcha de la pyramide en or et il monta sur son sommet sans difficultés, car il survolait le sol.
Harry voulait y aller, il ne savait pas ce qu’il y avait là-dedans, mais Abelforth le retint.
-    Ne soyons pas pressé, Harry, regardons ce qui se passe, plutôt.
Voldemort était sur la partie plate de la pyramide, il se pencha pour regarder dans le puits.
Pendant une longue minute, il contempla le trou, cherchant à y apercevoir quelque chose, mais c’était impossible, il n’y avait qu’une forte lumière blanche qui s’en échappait.
Il retourna vers Rogue et Jigger puis s’éloigna du Temple, apparemment déçu.
Pendant ce temps, les Aurors étaient encore en train de se battre contre les Mangemorts.
Il y avait eu deux victimes chez les Aurors, et plusieurs Mangemorts étaient déjà stupéfixés. Harry s’approcha pour aider à combattre, mais il vit que Voldemort avait fait de même.
-    Potter, tu ne vas pas te cacher au milieu des Aurors, viens ici ! siffla Voldemort.
-    Deux éclairs verts foncèrent sur Voldemort, c’étaient des Aurors qui les avaient envoyés.
-    Non ! s’exclama Harry. Il a une protection, si vous tentez de le tuer, c’est vous qui mourrez !
-    Il a raison, répondit un Auror.
-    Comment ça ? demanda Fudge, qui n’aimait pas qu’Harry se mêle des affaires des Aurors.
-    Monsieur le Ministre, c’est la prophétie qui a dit ça, Dolohov est mort tout à l’heure à cause de ça.
L’Auror commença à expliquer la prophétie à Fudge, pendant que le combat continuait.
Voldemort s’avança et se plaça face à Harry.
Rogue et Jigger étaient toujours placés à ses côtés, et le protégeaient de tout ce qui pourrait lui faire du mal.
Voldemort décocha une flèche vers Harry qui la fit exploser dans les airs.
Le combat était complètement différent des autres. Voldemort ne parlait plus pour rien, il était parfaitement concentré sur son combat, et voulait tuer Harry coûte que coûte.
Harry, lui, avait une pression énorme sur les épaules, il lui fallait tenir encore une demi-heure, jusqu’à minuit, sans commettre la moindre erreur, car cela lui serait fatal.
Encore une fois, il était impossible d’utiliser la légilimancie dans ce combat, tous les deux gardaient leur esprit hermétiquement clos pour ne pas faciliter la tâche de leur adversaire. Ils ne pouvaient utiliser que les rayonnements pour détecter des sortilèges invisibles.
-    Tormento verto ! pensa Harry, qui voulait essayer le sortilège qu’Abelforth avait un jour tenté sur lui.
Il se souvenait que c’était plutôt un sort de Magie Blanche grâce aux rayonnements qu’il avait reçus, et s’était concentré sur cela pour le réussir.
Plusieurs jets d’un liquide vert épais s’enroulèrent autour de Voldemort qui les écarta difficilement avec sa baguette.
Une fumée violette se mit à sortir de la baguette de Voldemort et s’approcha d’Harry.
Il ressentit de forts rayonnements de Magie Noire et se douta que ce maléfice devait être très dangereux.
La fumée s’intensifia et Harry voyait que Voldemort maintenait très difficilement ce maléfice, et qu’il était incapable de faire autre chose en même temps.
Il pensa qu’il devait utiliser une Magie Blanche aussi forte pour repousser cette attaque, et il pensa à la Vague de Haas.
Harry était prêt à se protéger, il savait que l’effet pourrait être terrible.
Les deux attaques se heurtèrent dans une violente explosion et Voldemort comme Harry firent apparaître un Dôme pour se protéger.
Le sol s’était encore un peu plus détruit et les gros blocs de béton s’étaient réduits en poussière si bien qu’ils se trouvaient sur une sorte de sable.
Voldemort envoya à nouveau une flèche vers Harry qui la repoussa.
-    Weaking ! pensa Harry.
Voldemort riposta avec le Rayon Rose et les deux se heurtèrent dans une nouvelle explosion.
Harry envoya le Serpent d’Eau et le Serpent de Feu en même temps.
Mais à sa grande surprise, Voldemort envoya un sortilège similaire. C’était une sorte de flamme noire qu’il pouvait contrôler. Il s’agissait du Serpent Noir.
Harry tenta d’annuler le Serpent Noir mais une flèche envoyée par Voldemort le força à abandonner le Serpent d’Eau qui se brisa et tomba au sol pour y former une flaque.
-    Infendillis ! Waterwhirloo !
Le Tourbillon d’Eau arracha une partie du sable au sol et se transforma en une sorte de mélange qui tourbillonna vers Voldemort.
Celui-ci le transforma en un énorme château de sable.
Un éclair rouge fonça sur Harry, suivi d’un maléfice invisible qu’Harry détecta.
-    Projaura !
Il renvoya les deux avec le sortilège de la Capsule et Voldemort se baissa pour les éviter, préférant ne pas s’embêter à les renvoyer.
-    Insphertornis ! Visios inversis ! Stupéfix ! Siropdgrenadine !
Harry avait envoyé cette succession de sortilèges pour se procurer du temps pour utiliser l’enchantement de la Provocation du Ciel.
Voldemort avait fait apparaître un dôme qui avait stoppé les quatre sortilèges en même temps, avant de se disloquer.
Le Serpent d’Eau d’Harry était monté dans le ciel et des nuages noirs s’accumulaient au-dessus d’eux, alors que la pluie s’abattait en trombes sur Voldemort.
-    Zigzek’arhnius ! pensa Harry.
Il expulsa le maléfice Electrisant vers Voldemort qui s’entoura d’un cocon d’eau.
Les éclairs verts se propagèrent sur le cocon et touchèrent Voldemort encore plus fort.
Mais le sable s’était en même temps envolé et un énorme serpent de sable fusa vers Harry, semblable à un Basilic.
-    Serpentaquis !
L’eau détruisit le serpent qui retomba au sol.
Pendant ce temps, Voldemort était toujours entouré de son cocon d’eau et la pluie s’abattait sur lui.
-    Fontaipent ! murmura Harry en Fourchelang.
Un trou fit son apparition dans le sol et des serpents sortirent les uns après les autres et foncèrent sur Voldemort.
-    Avada kedavra ! dit Voldemort.
Le premier d’entre eux tomba mais les autres s’approchèrent encore plus de lui.
-    Pierris tornadis ! pensa Harry.
Les pierres s’élevèrent tout autour d’eux mais il en perdit rapidement le contrôle et elles vinrent s’écraser sur les serpents. Mais ceux-ci continuaient de sortir du trou par dizaines.
-    Evil invasium ! dit Harry.
-    Evil apparis !
Une immense tête de mort noire sortit de la baguette de Voldemort et avala le maléfice, puis ricana fortement.
Elle poussa un hurlement terrible et Harry se plaqua les mains sur les oreilles.
-    Finite enchantatum ! pensa-t-il.
La tête de mort arrêta de crier et fonça sur Harry.
-    Enmageznem ! murmura-t-il.
La vague blanche transperça la tête de mort qui se désagrégea lentement en sifflant fortement.
Il y eut une explosion terrible et Harry et Voldemort tombèrent. Mais ils se relevèrent rapidement et tous les deux étaient prêts à produire un bouclier pour se protéger à la moindre attaque adverse.
-    Praïka ! pensa Harry.
De fins éclairs bleus s’approchèrent lentement de Voldemort pour l’emprisonner.
Mais le sortilège semblait interagir avec les nuages au-dessus et la foudre vint s’abattre sur les éclairs bleus.
Harry reçut énormément de puissance d’un coup et la repoussa vers Voldemort.
Une flèche que Voldemort venait d’envoyée venait d’exploser.
Voldemort envoya un maléfice Electrisant pour tenter de contrôler les éclairs mais Harry avait pris le dessus et la foudre s’abattit à nouveau.
Voldemort n’avait pas pu la repousser et avait été foudroyé.
Il s’était étendu au sol et un rocher cubique était apparut à sa place. Le cube se fendit sous les éclairs.
Harry se douta qu’il avait transplané et fit attention.
Il se retourna mais Voldemort était apparu au même endroit qu’il se trouvait quelques secondes avant et avait surpris Harry qui envoya un Bouclier d’Argent par-dessus son épaule.
Lorsqu’il se retourna, une Flèche de Mort se plantait dans son Bouclier d’Argent qui se réduisait en poussière.
-    Solaris folem ! Strangulas !
-    Avada kedavra !
L’éclair vert heurta le soleil qui explosa.
-    Werwertis ! murmura Harry.
Un petit nuage rose s’approcha lentement de Voldemort qui le fit vibrer.
Il se dissipa lentement et dispaurt.
En même temps, Harry avait envoyé une flèche à Voldemort, et en avait reçu une autre. Tous les deux les avaient détruites avant leur arrivée.
-    Coperspaghettis ! Desballum ! pensa Harry.
Il réussit à secouer Voldemort mais celui-ci envoya plusieurs éclairs verts dans tous les sens et Harry arrêta, pour ne pas prendre de risques supplémentaires.
Il regarda sa montre, il ne restait plus qu’un quart d’heure avant le verdict de la prophétie.
Voldemort ne désespérait pas de gagner le combat avant minuit et resta concentré. Il n’avait pas dit un mot depuis le début du combat contrairement à d’habitude.
-    Bzulubulu ! Atomis !
Deux éclairs verts foncèrent sur Harry qui dut produire deux Boucliers d’Argent très puissant.
-    Airwaves ! murmura Harry.
Cela devait lui servir à déstabiliser Voldemort.
Et en effet, cela fonctionna parfaitement, un chewing-gum apparut dans la bouche de Voldemort et il le cracha immédiatement en se penchant en avant.
-    Stupéfix ! Impedimenta ! Evil invasium ! Rossiweak ! Atomis ! Serpenflamentis !
Harry s’était acharné et il en était même essoufflé. Il avait prononcé toutes ces formules les unes après les autres, et même certains en même temps, grâce au fait qu’il avait dédoublé son esprit.
Voldemort avait dû employer les grands moyens pour éviter cette pluie de sortilèges, et il venait tous de repartir dans tous les sens, sauf le Serpent de Feu qu’Harry continuait de contrôler.
Il fonça sur Voldemort dont la robe s’enflamma.
Harry venait de faire apparaître un Dragon de Feu qu’il dirigea sur Voldemort.
Celui-ci était pourtant loin d’être vaincu, et encore plus de nuages apparurent dans le ciel. Une tornade l’entoura pendant qu’Harry continuait de lui envoyer des sortilèges.
Le Dragon et le Serpent avaient été complètement absorbés et la tornade s’intensifia. Voldemort était à l’intérieur et ne craignait plus rien.
-    Pierris tornadis ! lança Harry.
Les rochers des décombres se mirent à nouveau à tourner dangereusement autour de Voldemort.
Mais en s’approchant de la tornade, les rochers furent envoyés dans tous les sens, et Harry de les repousser avec des sortilèges de Répulsion.
La tornade était de plus en plus forte.
-    Finite enchantatum ! tenta Harry.
Cela ne fonctionna pas, et la tornade s’approchait de plus en plus de lui si bien qu’il devait faire attention de ne pas s’envoler.
Soudain, elle cessa totalement et un éclair vert fonça sur Harry.
Il se jeta au sol pour l’éviter et l’éclair passa entre ses deux jambes pendant son bond.
Voldemort s’apprêta à envoyer un deuxième éclair qui aurait été fatal à Harry si Fumseck ne s’était pas précipité pour l’arrêter, rompant les rangs de ceux qui regardaient.
Les Mangemorts et les Aurors avaient regardé le combat, côte à côte, ne pensant pas à s’entredéchirer. Le combat qui avait lieu devant leurs yeux était trop important pour qu’ils puissent faire autre chose que de le contempler avec crainte.
Fumseck s’était réduit en un tas de cendres qui remuait devant Harry.
Harry était mal tombé, sur le coin d’une pierre et ressentait maintenant une forte douleur au coude.
Voldemort était à nouveau terriblement énervé et il s’était entouré d’un halo de lumière rouge.
Harry s’était relevé et le Phénix lui avait fait rater l’occasion, qui était si difficile à se procurer, de vaincre le Survivant.
Il envoya un autre éclair vert énorme et le Bouclier d’Argent d’Harry fondit avant même que le sortilège ne le touche. Il en fit apparaître un autre juste derrière, et un troisième, pour enfin l’arrêter.
Mais un deuxième éclair arrivait derrière, alors que Voldemort était toujours entouré d’un halo rouge.
-    Abris fortem ! Agarminis ! Copperolle !
L’éclair vert finit pas s’arrêter et un troisième arrivait derrière.
Voldemort avait un sourire cruel sur son visage, il était certain qu’Harry craquerait rapidement.
Dans un peu moins de dix minutes, il serait minuit, et Voldemort aurait certainement gâché son occasion de vaincre définitivement Harry s’il ne réussissait pas immédiatement ce qu’il voulait faire depuis tant d’années.
Harry s’avança, il fallait qu’il fasse croire à Voldemort qu’il devait le tuer.
-    Avada kedavra !
Il s’était efforcé de le penser vraiment, pensant bien à vouloir faire du mal au Mal, pour le Bien.
Voldemort ne manqua pas d’être surpris, mais il s’y attendait d’une certaine manière.
Cependant, il arrêta le sortilège avec une facilité déconcertante.
Au moment où il s’apprêta à envoyer un autre sortilège de Mort, plusieurs silhouettes transplanèrent autour d’eux et brisèrent l’ambiance du combat.
Ces sorciers étaient vêtus de capes brunes et avaient sur la tête un masque qui représentait une tête de dragon. Ils étaient une vingtaine et on ne pouvait les distinguer que par leur taille.
Ils se tournèrent un moment vers les Marques dans le ciel, puis s’approchèrent du combat.
-    Regulus ? demanda Voldemort.
-    Non, nous sommes les fidèles du Roi Atomiseur de Boudons, les Dragons ! répondit celui qui menait le groupe.
-    Vous avez fait le mauvais choix de me fuir, vous n’avez plus de Maître, maintenant ! dit Voldemort avec un sourire.
-    Plus de Maître ? demanda le Dragon. Disons qu’il n’a plus de corps, mais notre Maître est bien là ?
-    Non, car je l’ai tué ce matin ! s’exclama Voldemort.
-    Tu t’es raté, alors, Voldemort.
Le Dragon s’écarta et le groupe se scinda en deux. Une ombre apparut alors entre les deux groupes et s’avança devant eux.
-    Non, Voldemort, tu ne m’as pas tué, et tu le sais bien !
L’ombre de Regulus Black parlait avec une voix à peine audible, et très sifflante.
-    Mes Dragons m’aideront à retrouver mon corps !
-    Jamais ! cracha Voldemort. Avada kedavra !
L’éclair vert fusa vers l’ombre qui fit une pirouette et évita le maléfice.
-    Tu ne peux pas me tuer, Voldemort !
Les Aurors ne savaient pas vraiment comment réagir face aux Dragons, ils n’avaient toujours pas réussi à déterminer si Regulus Black était du côté du Bien ou du Mal.
Harry était retourné auprès d’Abelforth, Dobby, Ginny et ses amis, et avait récupéré Fumseck qui était maintenant dans sa poche.
-    Beau combat, Harry ! dit Abelforth.
-    Sans Fumseck, je n’aurais pas tenu longtemps.
-    Harry, je ne veux pas t’entendre dire ça ! Sache que le fait d’être lié à un Phénix n’est pas accessible à tous, c’est un pouvoir que tu as, et tu dois l’utiliser, répondit Abelforth. C’est ce que tu as que Voldemort n’a pas, l’amour, le respect, l’amitié !
Harry regarda autour de lui, ses amis de toujours étaient là pour le soutenir et pour l’aider, et il s’en voulut d’avoir trouvé qu’il avait eu de la chance.
-    L’important est que tu as bien résisté et qu’il ne nous reste que très peu de temps avant minuit, les Dragons viennent prendre le relai pour faire perdre du temps à Voldemort, tant mieux ! Il ne manque plus que Pétunia…
Il y eut plusieurs « pop » et d’autres silhouettes apparurent.
La première d’entre elle, Harry la connaissait bien, c’était la femme chez qui il avait passé toute sa jeunesse, et qui était devenue une sorcière noire très dangereuse et qui avait pour plus grande ambition de le tuer. Il s’agissait de Pétunia Dursley.
Elle avait changé de façon de s’habiller et était vêtue d’une longue cape de soie rose qui aurait pu lui donner l’impression d’être une femme gentille.
Mais sa face avait l’air toujours aussi cruelle, pâle et déformée. Elle portait un chapeau recouvert de fleurs pour masquer son crâne terriblement mutilé par Mrs Bett.
Derrière elle, se tenaient une vingtaine de femmes, qui étaient vêtues de longues robes à fleur, et qui portaient le même chapeau.
P étunia leva sa baguette, et une tête de mort qui tenait une rose dans la bouche apparut au-dessus d’elle, semblable à la Marque qui était sortie du Temple et qui flottait dans le rayon de lumière bleue.
-    Et bien la voilà ! dit Abelforth, qui avait bien anticipé. Je crois qu’ils veulent tous savoir pourquoi leur Marque est apparue ici.
-    Tout le monde est là ! s’exclama Pétunia avant d’éclater de rire. On dirait que vous étiez pressés de me revoir…
Fudge et Shiner étaient juste derrière Harry et il pouvait entendre toute leur discussion.
-    Stridus, qui doit-on attaquer d’abord ? demanda Fudge. Vous les connaissez mieux que moi.
-    Personne ! répondit Shiner sur un ton sec.
Il avait gardé son teint rouge car il n’acceptait pas de ne pas avoir été nommé Ministre.
-    Comment ça personne ? demanda Fudge.
-    Si on en attaque un, les deux autres vont nous attaquer pour montrer qui est le plus fort. Ils veulent s’impressionner entre eux pour voir qui est le plus fort. Il faut seulement les contenir ici pour ne pas qu’ils s’en aillent. Nous ne sommes pas assez nombreux pour les vaincre tous.
-    Ne peut-on pas les provoquer pour qu’ils se battent entre eux ? demanda Fudge.
-    Pourquoi pas ! répondit Shiner. Et après on les récupère tous…
-    Il faut demander de l’aide à Potter, où est-il, d’ailleurs ?
-    Devant vous, répondit Shiner.
Fudge se tut et Harry fit comme s’il était très intéressé par ce qui se passait devant.
Les Dragons, les Fleurs du Mal et les Mangemorts étaient placés en une sorte de triangle et personne ne savait qui attaquer.
-    Tenez-les à l’écart pendant que je tue Potter ! s’exclama Voldemort.
-    Voilà, ils vont se battre entre eux, murmura Fudge. Ils sont idiots.
Voldemort se retourna vers le groupe des Aurors où Harry se trouvait. Il le chercha des yeux et le trouva.
Sans se soucier s’il pouvait toucher d’autres personnes, il envoya vers Harry un puissant maléfice invisible qu’Harry bloqua avec le Bouclier d’Argent.
Pendant ce temps, le combat entre les Mangemorts, les Fleurs du Mal et les Dragons faisait rage. Tous se battaient les uns contre les autres dans une confusion indescriptible.
Mrs Bett prenait d’ailleurs un plaisir énorme à se battre au milieu. Elle venait de reconnaître Pétunia et lui avait foncé dessus.
-    Tuez-la ! s’exclama Pétunia en la reconnaissant.
Elle ne pouvait pas se tromper, il n’y avait qu’une seule sorcière dans le monde qui avait un piercing sur la langue qui clignotait en prenant toutes les couleurs possibles.
Harry n’avait rien vu d’autre que plusieurs éclairs verts qui avaient foncé sur Mrs Bett, car Voldemort venait lui-même de lui en envoyer un.
Harry l’esquiva sans trop de difficultés.
Il vérifia que Mrs Bett était toujours vivante. C’était le cas, et il ne savait pas comment elle s’en était sortie. Elle venait maintenant de sauter sur les épaules d’un des Dragons et lui avait retourné son masque si bien qu’il ne voyait plus rien.
-    Fontaipent ! pensa Harry, en Fourchelang.
Il s’était concentré pour faire apparaître le trou juste en dessous de Voldemort et pour l’embrouiller, il avait envoyé en même temps le Rayon Rose.
Voldemort s’était donc retrouvé entouré de serpents et avant qu’il n’ait eu le temps de transplaner, il avait déjà été mordu par plusieurs d’entre eux.
Quand il réapparut un peu plus loin, il n’était pas paralysé comme il aurait dû l’être, mais très énervé.
-    Comment oses-tu utiliser le Fourchelang ! Tu es une honte pour Serpentard !
-    Le Fourchelang n’appartient pas à Serpentard ! rétorqua Harry.
-    Tu vas goûter au vrai pouvoir d’un vrai Fourchelang ! Trioascronem !
Harry aurait bien voulu connaître le Bouclier de la Méduse pour impressionner Voldemort, mais il fallait reconnaître qu’il était nettement inférieur à Voldemort dans ce domaine.
Un éclair vert sombre avait foncé sur lui et au moment où il avait pointé sa baguette pour l’arrêter, l’éclair s’était soudain transformé en une sorte de serpent géant à trois têtes et trois queues, monté sur un corps de dragon.
-    Enmageznem ! s’exclama Harry.
Ni les Mangemorts, ni les Fleurs du Mal, ni les Dragons, ni les Aurors, ne combattaient. Ils étaient tous à nouveau plongés dans le combat entre Harry et Voldemort.
Tous les deux avaient parlé en Fourchelang et le combat avait l’air encore plus surnaturel.
Harry avait prononcé l’incantation de la Vague de Haas en Fourchelang, et l’effet avait été totalement différent.
La vague partit comme d’habitude de sa baguette mais elle se mit à tourbillonner comme une gigantesque tornade et se mit à scintiller en émettant une lumière puissante vert fluo.
La créature que Voldemort avait fait apparaître poussa un grognement terrible lorsque la vague la toucha et elle cracha par ses trois têtes une flamme verte constituée de milliers de petites étoiles qui grossirent et qui se mirent à tourner autour de Voldemort et Harry en même temps.
Tous les deux semblaient avoir perdu le contrôle de la situation, et Voldemort venait de faire apparaître un Dôme autour de lui pour se protéger.
Les étoiles heurtèrent Harry de plein fouet et il fut projeté plusieurs mètres en arrière.
Dans une explosion incroyable, les étoiles montèrent dans le ciel et prirent la couleur des vraies étoiles. Alors, que tous ceux qui se trouvaient au Sanctuaire des Marques étaient renversés par l’explosion de lumière verte.
Lorsqu’Harry rouvrit les yeux, il n’avait jamais vu un ciel aussi étoilé.
Il se releva en même temps que les autres et Voldemort. Son Dôme n’avait servi à rien, il était tombé comme tout le monde.
-    Neres defectio !
Voldemort avait prononcé cette incantation en Fourchelang et tout était devenu très sombre.
Voldemort s’était entouré d’un halo de lumière noire qu’Harry ne pouvait pas regarder sans ressentir une terrible douleur à la tête.
Il dut combattre les yeux fermés, en se fiant aux rayonnements.
Voldemort lui envoya un maléfice très puissant, qu’Harry reconnut comme étant un maléfice de Mort.
-    Agarminis ! pensa-t-il.
Le Bouclier d’Argent arrêta le sortilège.
Harry eut soudain l’impression d’être entouré de toutes parts de maléfices de Mort qui fonçaient vers lui. Il ne comprenait plus rien et tout était embrouillé dans sa tête.
Lorsqu’il rouvrit les yeux, plusieurs Voldemort se tenaient tout autour de lui et il transplana de justesse pour éviter une douzaine de maléfices de Mort qui fonçaient vers lui.
L’enchantement de Voldemort cessa et le ciel apparut à nouveau, toujours autant étoilé.
Voldemort envoya trois éclairs violets vers Harry rien qu’en le fixant droit dans les yeux.
-    Serpentaquis !
Avec le Serpent d’Eau, il bloqua les trois éclairs, mais les yeux de Voldemort étaient devenus d’un vert brillant qui émettait des rayonnements terribles.
Harry tourna la tête et se dut se jeter par terre pour esquiver deux sortilèges de mort.
Il avait de plus en plus mal à la tête. Il s’était entouré d’un Dôme et enchaînait les Boucliers d’Argent pour prévenir tout sortilège.
Mais soudain, il ressentit d’énormes rayonnements de colère venant de Voldemort, et ressentit des rayonnements bienfaisants, d’Amour, avec d’autres qu’il ne connaissait pas.
Il rouvrit les yeux et se redressa pour voir ce qui se passait.
Dobby et Ginny se tenaient entre lui et Voldemort. Tous les deux étaient entourés d’un halo de lumière blanche.
-    Endoloris ! lança Ginny.
Harry se releva immédiatement, il avait récupéré toutes ses forces en quelques instants.
Voldemort roula par terre pour éviter le maléfice de Ginny.
Mais Dobby claqua des doigts et le maléfice de Ginny fit demi-tour pour toucher Voldemort droit dans le dos.
Rogue et Jigger venaient de sortir du cercle des observateurs et deux éclairs repoussèrent Ginny et Dobby, sans que ceux-ci ne cherchent à se défendre.
Pétunia apparut également et vint faire face à Voldemort.
-    Avada kedavra ! lança Voldemort qui s’était relevé.
L’éclair s’enfonça dans le sol juste devant Pétunia, qui avait fait apparaître une sorte de miroir virtuel.
-    Avada kedavra ! lança Harry à son tour.
-    Agarminis ! répliqua Voldemort.
Pétunia envoya à son tour un éclair vert et le halo autour de Voldemort s’intensifia.
Le sol se mit à vibrer et le maléfice de Mort de Pétunia se transforma en une fumée verte qui se dissipa rapidement.
Les blocs de pierre s’animèrent tous et foncèrent sur Pétunia et Harry.
Pétunia les transforma en pétales de rose qui tombèrent lentement au sol.
Mais Harry ne savait pas faire ça et Dobby qui s’était relevé vint à son aide. Les rochers se désagrégèrent et se transformèrent en une pluie de sable.
-    AVADA KEDAVRA ! lança Voldemort.
Son maléfice était lui aussi entouré d’un halo rouge et sans Dobby, Harry n’aurait rien pu faire.
Un rayon blanc fonça vers le maléfice et le halo rouge disparut en émettant une chaleur insoutenable.
A ce moment-là, l’ombre de Regulus fonça vers Voldemort qui fit apparaître autour de lui un cocon de lumière bleue.
Pétunia envoya un éclair vert qui traversa l’ombre de Regulus sans l’affecter.
L’éclair explosa violemment une fois l’ombre traversée, et Regulus fut envoyé très haut dans les airs, alors que le cocon de Voldemort explosait à son tour.
Pendant ce temps, Harry venait tout juste d’arrêter l’énorme éclair vert qui avait continué son chemin malgré l’aide de Dobby.
Pétunia venait d’envoyer un éclair vert vers Ginny qui l’avait arrêté alors que les Aurors se battaient contre les Mangemorts et les Dragons.
Rogue et Jigger combattaient contre le Dragon qui avait mené leur groupe.
Jigger venait de faire apparaître une tornade d’éclairs qui était en train d’endormir lentement le Dragon.
La baguette de Rogue émettait des étoiles rouges qui étaient en train de paralyser son corps.
-    Avada kedavra ! répéta Harry, visant Voldemort.
Il décocha une Flèche de Mort vers Pétunia qui la fit exploser.
Il se mit soudain à pleuvoir des trombes d’eau ; des nuages noirs étaient apparus.
Mrs Bett volait sur un balai et se battait pour éviter l’ombre de Regulus qui tentait de la traverser.
-    Ahaha !
Voldemort leva la tête, et après avoir esquiva le maléfice de Mort d’Harry, envoya une Flèche de Mort vers Mrs Bett.
Celle-ci traversa Regulus à la place et une fumée noire s’en dégagea.
Le Dragon dont s’occupait Jigger et Rogue venait de riposter et des bulles dorées foncèrent sur Rogue qui tomba sur le dos.
Voldemort venait de voir cela et s’était approché. Il envoya un sortilège de Mort vers le Dragon mais celui-ci le renvoya en faisant apparaître un miroir.
Il faillit toucher Joe Jigger qui avait transplané dans un tourbillon de sa cape.
L’éclair fonça ensuite sur Harry mais Dobby le fit disparaître.
Voldemort décocha une autre Flèche de Mort, mais sur Dobby cette fois-ci.
-    DOBBY ! hurla Harry.
Mrs Bett s’écrasa au milieu de la scène de combat, dans le tas de pétales de rose.
-    Endoloris ! dit Pétunia.
Mrs Bett explosa de rire, comme à chaque fois qu’on la torturait.
Mais Harry n’avait pas envie de rigoler, Dobby avait reçu la flèche dans l’épaule.
Harry se pencha sur lui immédiatement.
Il avait d’abord lancé un regard terrible à Voldemort.
Il s’était à nouveau entouré d’un halo de lumière blanche, mélangé à un autre rouge.
Voldemort, en le regardant dans les yeux, avait rapidement perdu son sourire triomphant et était tombé comme mort, même s’il ne l’était pas.
Harry sentit du mouvement dans sa poche.
Fumseck remuait et sortit, il n’était qu’un petit oiseau sans plumes, presque ridicule.
Il se percha sur le torse de Dobby qui regardait Harry droit dans les yeux.
-    Dobby ! dit Harry, les yeux remplis de larmes.
Ginny, Harry et Fumseck pleuraient en voyant Dobby dans cet état et lentement, la flèche disparut et Dobby se releva.
Harry n’entendait plus que le chant du Phénix.
Toutes les détonations qui résonnaient tout autour de lui, tous les sifflements des éclairs qui passaient au-dessus de leur tête en les évitant, tous les cris, toutes les incantations qui se mêlaient, tous les rires de Mrs Bett, rien ne parvenait plus à ses oreilles.
Dobby était maintenant guéri et avait rouvert les yeux.
Voldemort était toujours étendu par terre, sur le ventre.
Mrs Bett passa en courant et lui marcha dessus en prenant bien soin de le piétiner.
Mais Harry savait que le combat n’était pas encore terminé. A sa montre, il manquait encore une minute avant minuit.
Il chercha Trelawney des yeux. Elle était avec Abelforth, qui était la seule personne à ne pas combattre.
Ron, Hermione et les Weasley qui étaient revenus de Poudlard pour apporter leur aide étaient maintenant en train de repousser les attaques de Pétunia.
Fudge et Shiner combattaient de manière acharnée avec les Fleurs du Mal qui envoyaient des sortilèges impressionnants.
Les Aurors étaient répartis et aidaient tout le monde, mais s’occupaient surtout des Mangemorts.
Pour l’instant, il y avait eu très peu de victimes, en comparaison du nombre de personnes qui combattaient dans un fouillis indescriptible.
L’ombre de Regulus Black planait au-dessus de ses Dragons et Regulus semblait leur communiquer ses ordres.
Rogue et Jigger étaient en train d’aider Voldemort à se relever, et Rogue envoya un éclair de stupéfixion à Harry qui l’évita sans problèmes.
Harry alla immédiatement aider ceux qui combattaient Pétunia, et qui rencontraient beaucoup de difficultés.
-    Harry, tu te joins à eux ! Avada kedavra !
Harry contra le maléfice et répliqua immédiatement.
-    Weaking !
Pétunia agita sa baguette et le rayon bleu se dissipa.
-    Doong… Doong… Doong… Doong… Doong… Doong… Doong… Doong… Doong… Doong… Doong… Doong…
Lorsque les cloches avaient sonné leur premier coup, Voldemort s’était enfin relevé et avait regardé Harry, le regard terrifié.
Tout le monde savait qu’une prophétie serait faite ce soir à minuit et tous s’étaient tournés vers Abelforth qui lâcha Trelawney.
Celle-ci n’avait cessé de se secouer et de se débattre, mais elle s’était maintenant figée, agitée de tremblements.
Ses yeux s’étaient mis à rouler dans leur orbite et elle ouvrit la bouche, pour parler de la voix rauque qu’elle utilisait habituellement pour énoncer les prophéties.
Tout le monde s’était placé en cercle, autour d’elle, pour écouter.

Le temps est écoulé… Minuit a sonné…
Le Seigneur des Ténèbres a depuis longtemps désigné…
Celui qui a le pouvoir de le vaincre…
Les deux se sont affrontés et ont tout tenté pour survivre…
Ils ont refusé la prophétie en survivant tous les deux…
Mais rien ne changera…
Qu’aucun d’eux ne peut vivre tant que l’autre survit…
S’ils ne sont pas capables d’accomplir leur destinée…
Alors ils en perdront la main…
Le Roi Atomiseur de Boudons et la Fleur du Mal sont plus téméraires…
Ils pourront accomplir la destinée en tuant l’un d’eux…
Le Seigneur des Ténèbres et le Survivant pourront toujours s’affronter…
Mais alors les deux autres ne laisseront jamais la paix au vainqueur…
Sauf s’il retrouve la Clef de la Paix et la remet en sécurité…
Et les détruit à jamais…
Le Temple du Sanctuaire des Marques l’y attend pour la déposer…
Seuls les quatre précédemment nommés peuvent y pénétrer…
Si le Roi Atomiseur de Boudons tue l’un des deux… alors il règnera à jamais…
Et la Fleur du Mal disparaîtra…
Si la Fleur du Mal tue l’un des deux… alors elle règnera à jamais…
Et le Roi Atomiseur de Boudons disparaîtra…
Dans ces deux cas… celui qui aura survécu…
Ne sera plus jamais ce qu’il était… et sera soumis au nouveau Maître…
Car il n’aura pas été maître de sa destinée…
La destinée était établie… aucun d’eux ne devait vivre tant que l’autre survivait…
Mais la destinée n’a pas changé… aucun d’eux ne peut vivre tant que l’autre survit…
Si l’un d’eux réussit de sa propre main… il souffrira alors du temps passé…
Mais comptons sur le Roi Atomiseur de Boudons et la Fleur du Mal…
Pour accélérer la destinée…
L’un d’eux ne mourra peut-être pas de la main de l’autre…
Mais aucun d’eux ne peut vivre tant que l’autre survit…

Chapitre précédent - Chapitre suivant